Accueil arrow Histoire arrow Thuillier, Bernardin Aimé (1801-1841), Professeur de philosophie et recteur

Tous les articles

Thuillier, Bernardin Aimé (1801-1841), Professeur de philosophie et recteur Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Agrégé des lettres [1824], Bernardin Aimé Thuillier après une carrière consacrée à l'enseignement de l'histoire, puis de la philosophie dans des collèges de plein exercice [Rollin ; Stanislas] enseigne dans deux collèges royaux [Saint-Louis ; Louis-le-Grand]. Recteur de l'académie de Toulouse [septembre 1835-octobre 1841], il y décède en fonction.

Thuillier, Bernardin Aimé [1801-1841].
Né le 27 [ou 28] juin 1801, à Paris ; mort en octobre 1841, à Toulouse.

ÉTUDES.
Baccalauréat ès-lettres. Licence ès-lettres, qui lui donne la possibilité d'enseigner à l'Université.

PREMIERS EMPLOIS.
En septembre 1820, Bernardin Aimé Thuillier est maître d'études à l'Institution des enfants des chevaliers de Saint-Louis [1815-1827], établie à Senlis, puis à Vaugirard et à Versailles. 
Il y reste un an, puis est nommé au collège Rollin.

1821. COLLÈGE ROLLIN RUE DES POSTES.
En septembre 1821, Bernardin Aimé Thuillier est nommé comme maître d'études au collège Rollin, collège établi 3 rue des Postes, et qui, sous la direction de Henri Nicolle vient d'être décrété collège de plein exercice, en même temps que le collège Stanislas, rue Notre-Dame des Champs. Ces collèges privés de plein exercice sont autorisés à choisir leurs enseignants parmi les membres de l'Université.

Il y reste également un an, puis est nommé au collège Stanislas. 

COLLÈGE STANISLAS.
En janvier 1822, toujours comme maître d'études, Bernardin Aimé Thuillier est nommé au collège Stanislas, établi 34 rue Notre-Dame-des-Champs, dans l'ancien Hôtel Fleury. C'est depuis quelques mois, un collège de plein exercice depuis l'ordonnance royale du 27 février 1821, sous la direction du fondateur, l'abbé Claude Liautard [1774-1842] en poste de 1804 jusqu'au 1er avril 1824, puis remplacé par l'abbé Jean Baptiste Armand Auger [1784-1854]. Pendant ce temps Bernardin Aimé Thuillier se prépare à l'agrégation des lettres.

1824. AGRÉGATION DES LETTRES.
En 1824, le concours d'agrégation <pour les classes supérieures de lettres> [créé à partir de 1821] n'est pas encore centralisé uniquement à Paris. Des centres de concours sont ouverts, selon les besoins, cette année 1824 à Cahors, à Grenoble, à Paris, à Poitiers, à Rouen.

Bernardin Aimé Thuillier est reçu premier à l'agrégation des lettres à Paris. Est reçu, cette année à Paris, en même temps que lui un seul autre candidat :  Joseph Chanut, régent au collège de Soissons, nommé ultérieurement professeur de rhétorique au même collège.

1824-1829. CLASSES SUPÉRIEURES DE LETTRES À STANISLAS.
À partir du moment où Bernardin Aimé Thuillier est agrégé des lettres, il enseigne à Stanislas dans les classes supérieures de lettres [4 septembre 1824-novembre 1829]. Il est en charge de l'enseignement de l'Histoire. Il reste en poste pendant cinq ans dans cette fonction, jusqu'en novembre 1829, où il est alors chargé de l'enseignement de la philosophie.

1829. ENSEIGNEMENT DE LA PHILOSOPHIE AU COLLÈGE STANISLAS.
En novembre 1829, Bernardin Aimé Thuillier est nommé professeur de philosophie en remplacement de François Étienne Michelle [1799-1858], enseignant à Stanislas depuis 1825, qui vient d'être nommé proviseur du collège royal de Besançon, et qui, après deux autres postes de proviseur, sera nommé recteur de l'académie de Strasbourg [1842-1848].

Bernardin Aimé Thuillier reste en poste au collège Stanislas jusqu'en fin 1830, date à laquelle il est nommé au collège royal de Saint-Louis.
Il est remplacé à Stanislas, dans la chaire de philosophie, par Alexandre Edme Gibon [1798-1871].

1830. ENSEIGNEMENT DE LA PHILOSOPHIE À SAINT-LOUIS.
Le 6 octobre 1830, Bernardin Aimé Thuillier est chargé du cours de philosophie au collège royal de Saint-Louis, autrement dit du cours d'Aristide Valette [1794-signalé en 1857], nommé  enseignant suppléant dans la chaire de Philosophie de Pierre Laromiguière [1756-1837] à la Faculté des Lettres de Paris.
Bernardin Aimé Thuillier reste enseignant à Saint-Louis jusqu'en octobre 1833, date à laquelle il est nommé à Louis-le-Grand. Il est alors remplacé comme < chargé du cours > d'Aristide Valette, par Adolphe Garnier [1801-1864].

1830.  ENSEIGNEMENT DE LA PHILOSOPHIE À LOUIS-LE-GRAND.
Bernardin Aimé Thuillier est nommé au collège royal de Louis-le-Grand le 5 octobre 1833. Il y est suppléant de Jean-Philibert Damiron [1794-1862], titulaire de la chaire de philosophie, qui vient lui-même d'être choisi par Victor Cousin [1792-1867] pour le suppléer à la Faculté des Lettres dans la chaire de Philosophie ancienne.

Bernardin Aimé Thuillier reste enseignant à Louis-le-Grand jusqu'en septembre 1835, date à laquelle il est nommé recteur de l'académie de Toulouse. Sa suppléance de Jean Philibert Damiron dans la classe de philosophie est alors assurée par Adolphe Garnier [1801-1864] futur titulaire de la chaire de Philosophie à la Faculté des Lettres de Paris [décembre 1845-1864].

1835. RECTEUR DE L'ACADÉMIE DE TOULOUSE.
L'arrondissement de cette académie s'étend sur les départements suivants : Ariège ; Haute-Garonne ; Tarn ; Tarn-et-Garonne.

Bernardin Aimé Thuillier est nommé recteur de l’académie de Toulouse en septembre 1835*, par arrêté du ministre, en date du 21 septembre 1835. 
En remplacement de Georges Ozaneaux [1795-1852], recteur de l'académie de Toulouse [1832-1835], nommé Inspecteur de l’académie de Paris [septembre 1835-avril 1837].

Bernardin Aimé Thuillier reste en poste jusqu'à son décès en fonction en octobre 1841.

Les deux inspecteurs qui l'assistent sont : 

Patrice Laroque* [ou Larroque] [1801-1879], ancien professeur de philosophie au collège royal de Grenoble [décembre 1827-octobre 1830]. Patrice Larroque est inspecteur d'académie à Toulouse depuis le 9 octobre 1830, et reste en fonction jusqu'en octobre 1836. À la suite de quoi, est nommé recteur de l'académie de Limoges [octobre 1836-septembre 1838]

Aristide Denfert-Rochereau [1795-1840]*, ancien inspecteur de l'académie de Douai [1832] est inspecteur de l'académie de Toulouse, vers 1835. Il reste en poste jusqu'en janvier 1839, date à laquelle il est nommé inspecteur de l'académie d'Angers [1839-1840].

Le secrétaire est Lasalle [ou La Salle].

1841. AUGUSTE DE NOUZEILLES EN REMPLACEMENT DE THUILLIER.
Après sa mort, Bernardin Aimé Thuillier est remplacé comme recteur de l'académie de Toulouse par Auguste de Nouzeilles [1798-1881], ancien recteur de l’académie de Bordeaux [septembre 1838-novembre 1841]. 

SOURCE.
Gustave Dupont-Ferrier. 
[La Vie quotidienne d’un collège parisien pendant plus de trois cent cinquante ans]. Du collège de Clermont au lycée Louis-le-Grand [1563-1920]. Tome 3 [Paris : E. de Boccard, éditeur, 1925].
Fournit les dates précises des nominations.

Jean-François Condette. 

Les Recteurs d'académie en France de 1808 à 1940. Tome II, Dictionnaire biographique. [Paris : Institut national de recherche pédagogique. Collection : Histoire biographique de l'enseignement. In-8, 411 p. +3, 2006].
 
< Précédent   Suivant >