Accueil arrow Histoire de l'éducation arrow Revillout, Charles (1821-1899), un historien, professeur de Littérature française, à Montpellier

Tous les articles

Revillout, Charles (1821-1899), un historien, professeur de Littérature française, à Montpellier Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
À chaque nouvelle affectation, Besançon, Grenoble, Versailles, Montpellier, Charles Revillout, que ses diplômes et sa fonction enseignante élèvent au rang de notabilité recherchée, est membre de la société savante locale. D’où un foisonnement de mémoires, de rapports, de communications, d’articles et de tirés à part.
Sur des sujets où se croisent sa connaissance du latin, sa minutie d’historien, son goût pour la philologie, et les thèmes obligés d’un professeur de Faculté.

TEXTE.
Charles [Jules] Revillout. Né le 30 janvier 1821, à Issoudun [Indre] ; mort le 18 novembre 1899, à Montpellier [Hérault].
Études au collège de Vesoul [Haute-Saône]. Puis au collège royal de Besançon, [Doubs], où il a eu Jean Perron [1804-1882] comme professeur de philosophie ; Alphonse Agnant, ancien élève de l'École normale [1818] comme professeur de rhétorique.

1839. ANCIEN ÉLÈVE DE L’ÉCOLE NORMALE.
Ancien élève de l'École normale, reçu au concours d’entrée à l’École en octobre 1839.

Après leurs résultats aux épreuves écrites et orales passées dans les diverses académies universitaires, vingt-huit candidats ont été déclaré admissibles, pour une seconde série d’épreuves à Paris, devant une commission composée de maîtres de conférences de l’École normale.
Charles Revillout était, à l’admissibilité, classé quinzième sur vingt-huit admissibles.

Sont finalement déclarés reçus au concours d'entrée de l'École normale, pour l'année 1839, comme élèves pensionnaires, section Lettres, pour une durée de scolarité de trois ans, dans l'ordre alphabétique, les vingt et un élèves suivants :
*Siméon Aubert [1819- ] ; Louis* Bonnel [1819-1894]. Agrégation des classes supérieures des lettres [1845]. Docteur ès-lettres [1850]. Chargé de la rhétorique au collège royal de Saint-Étienne, puis professeur de lettres au lycée de Lyon ; Jules Bonnet [1820-1892], homme de lettres ; Julien Brisbarre [1819- ] professeur de philosophie au collège Rollin ; Emmanuel Chauvet [1819-1910], professeur de Philosophie à la Faculté des Lettres de Caen [1871-1890] ; Joseph Delouche [1821-1872], agrégation pour les classes supérieures des lettres en 1850, inspecteur d’académie à Châteauroux ; Émile Deschanel [1819-1904], professeur du collège de France ; Achille Didier [1819-1870], professeur de rhétorique au lycée Henri-IV ; Henri Druon [1819-1908], agrégation pour les classes supérieures des lettres en 1844, proviseur du lycée de Poitiers ; Adolphe Dubois [1821-1890], professeur de troisième au lycée de Rouen ; Nicolas Charles Leclerc [1819-1853], agrégation pour les classes supérieures des lettres en 1845, professeur de rhétorique au lycée de Metz ; Auguste Henri Lecrocq [1820-1886], futur proviseur du lycée de Moulins ; Victor Ferdinand Legentil [1820-1900], futur professeur de seconde du lycée de Caen ; Albert Leroy [1820- 1881], professeur libre à Paris ; Augustin Pellissier [1819-1894], agrégation de philosophie en 1847, professeur de philosophie au collège privé Sainte-Barbe et Philosophie et littérature au collège Chaptal ; Jacques Marie Étienne Pharou [1819-1899] ; Charles Revillout [1821-1899], professeur de Littérature française de la Faculté des Lettres de Montpellier ; Désiré Saucié [1818-1855], professeur de rhétorique au lycée de Tours ; Martin François Joseph Texte [1819-1878], professeur d’Histoire au collège Rollin ; Louis Hippolyte Tranchau [1819-1896], inspecteur d’académie à Orléans [1872-1879] ; Prosper Trébuchet [1819-1853] , agrégation pour les classes supérieures des lettres en 1847, professeur de rhétorique [première] au lycée d’Angers.

Élève de la division d’histoire en troisième année [1841/1842], Charles Revillout suit l’enseignement d’Auguste Filon [1800-1875], maître de conférences depuis 1834, préparant à l’agrégation d’histoire

1842. CHARGÉ DU COURS D’HISTOIRE À SAINT-ÉTIENNE
Au sortir de l’École normale, Charles Revillout est chargé, en octobre 1842, du cours d'histoire au collège de Saint-Étienne [département de la Loire ; académie de Lyon], devenu collège royal [de troisième classe] depuis avril 1840.

1843. AGRÉGATION D’HISTOIRE ET GÉOGRAPHIE.
Vingt candidats se présentent aux premières épreuves de l’agrégation d’histoire, cinq places ont été mises au concours. 
Charles Revillout est reçu à l’agrégation d'histoire et géographie [1843], classé deuxième sur les cinq candidats reçus.

Alors que Saint-Marc Girardin [1801-1873], membre du Conseil royal de l'Instruction publique, est président du jury, sont reçus à l'agrégation d'Histoire et Géographie en 1843, dans l'ordre du classement :
Athanase Cucheval [1821-1895], élève sortant de l'École normale [1840] ; Charles Revillout [1821-1899], ancien élève de l'École normale [1839], chargé du cours d’histoire au collège royal de Saint-Étienne ; Camille Rousset [1821-1892], maître d’études au collège royal de Saint-Louis ; Abel Desjardins [1814-1886], répétiteur à Paris ; Charles Perrin, chargé du cours d’histoire au collège royal de Nîmes, futur professeur à Lyon [1846].

Étaient membres du jury présidé par Saint-Marc Girardin : Charles Cayx [1793-1858], inspecteur de l’académie de Paris ; François Ragon [1795-1872], inspecteur de l’académie de Paris ; Achille François [1809-1865], professeur d’histoire à la Faculté des Lettres de Lyon ; Charles Merruau [1807-1882], professeur-agrégé des classes d’histoire et de géographie.

Le rapport rédigé par Saint-Marc Girardin à l’intention du ministre de l’Instruction publique [Abel François Villemain], rend compte des prestations des candidats. Des copies rédigées par Charles Revillout il est indiqué : « Les compositions de M. Revillout, qui vient après M. Cucheval [reçu major], sont sages et bien ordonnées ».

1843. PROFESSEUR D’HISTOIRE AU COLLÈGE DE BESANÇON.
Après l'agrégation, Charles Révillout est nommé, en octobre 1843, et selon l’usage d’abord « provisoirement », professeur d'histoire au collège royal de Besançon [département du Doubs ; académie de Besançon], en remplacement de Laurens, licencié ès-lettres, chargé du cours, nommé chargé de la deuxième chaire d'histoire au collège royal de Marseille [fonction nouvelle].
Charles Revillout reste en poste jusqu'en octobre 1848, date à laquelle il est remplacé par Eugène Brochard, ancien élève de l’École normale [1842], antérieurement professeur d'histoire au lycée du Puy.

1844. DISCOURS DE DISTRIBUTION DES PRIX.
En tant que jeune professeur venant d’être nommé au collège, Charles Revillout est amené, le 27 août 1844, à prononcer le Discours […] à la distribution des prix du collège de Besançon : Sur l'importance de l'étude de l'histoire.
[Besançon : imprimerie de C. Deis. In-18, 13 p., 1844].

1848. NÉCROLOGIE DE L’ARRIÈRE PETITE NIÈCE DE FÉNELON.
Charles Revillout, qui vient juste de quitter Besançon, pour se rendre à Grenoble où il est nommé en octobre 1848, rédige une Notice nécrologique sur Mme de Valay, arrière-petite-nièce de Fénelon, morte à Besançon le 3 décembre 1848.
[Paris : imprimerie de Plon frères. In-8, 3 p., 1848].
Le texte commence par ces mots : Besançon vient de voir s'éteindre...
Signé : Revilliout [sic]. Professeur d’histoire.
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5788170c/f2.image.r=Notice%20n%C3%A9crologique%20sur%20Mme%20de%20Valay

Madame de Valay [1767-1847], née de Salignac de Lamothe Fénelon, est née le 14 avril 1767 à la Martinique. Elle épouse Désiré Pierre Pétremand de Valay [1758-1849], futur maire de Besançon, en 1798. Elle est décédée le 3 décembre 1847 à Besançon.

1848. PROFESSEUR D’HISTOIRE AU LYCÉE DE GRENOBLE.
Charles Revillout est nommé, en octobre 1848, professeur d'histoire au lycée de Grenoble [département de l'Isère ; académie de Grenoble], en remplacement de Paul Léger, ancien élève de l’École normale [1830].
Au 30 septembre 1853, Charles Revillout est promu professeur de deuxième classe.

Charles Revillout reste en poste au lycée impérial de Grenoble, pendant près de quinze ans, jusqu'en octobre 1862, date à laquelle il est remplacé par Eugène Cosneau [1836-1936], antérieurement chargé de l'enseignement de l'histoire au collège impérial d'Auch, futur professeur d’histoire à Paris, au lycée Henri-IV.

1850. DISCOURS DE DISTRIBUTION DES PRIX.
Charles Revillout, le 28 août 1850, prononce le Discours […] à la distribution des prix du lycée de Grenoble : Sur l'étude de l'histoire. 
[Grenoble : imprimerie de C.-P. Baratier. In-8, 14 p., s. d. (1850)]. 

1850. DOCTORAT ÈS-LETTRES.
Docteur ès-lettres [Paris, 6 juillet 1850] avec une thèse latine : De Romani exercitus delectu et supplemento ab Actiaca pugna usque ad aevum Theodosianum. Diquisition historica. Auctore Car. Jul. Revillout, Scholae Normalis Alumno. Historiae professore aggregato [Parisiis : apud Joubert, Bibliopolam. In-8, 57 p., 1849°].
La thèse est dédiée : « Doctissimo et Praestantissimo/ Viro/ Amedeo Thierry//
D. D. D. [Dono Dedit Dedicavi] ».
Numérisé :
https://books.google.com/.../De_Romani_exercitus_delectu_et_sup

La thèse, en français [6 juillet 1850], a pour titre : De l'Arianisme des peuples germaniques qui ont envahi l'empire romain. Thèse pour le Doctorat, présentée par Charles-Jules Revillout, Ancien élève de l'École normale, professeur d'histoire au Lycée de Grenoble, et précédemment au Lycée de Besançon, Docteur ès-lettres
[Paris : Madame Veuve Joubert, libraire, rue des Grès-Sorbonne, 14 ; Besançon : Veuve Charles Deis, imprimeur. In-8, 395 p., 1850]. Table des matières. Errata.

La thèse est dédiée : « A mon Père/ M. le Dr Revillout, Inspecteur honoraire des Eaux de Luxeuil. »
Numérisé :
• Google.
https://books.google.com/books/.../De_l_arianisme_des_peuples_germaniques_q.html?i...
• Hathi Trust.
https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=njp.32101064456237&view=1up&seq=7

1850. MEMBRE PUIS SECRÉTAIRE PERPÉTUEL DE L’ACADÉMIE DELPHINALE.
L’Académie delphinale est née en juillet 1772, tout d’abord sous la forme d’un simple conseil de gestion de douze membres, désignés pour assurer la conservation des trente-quatre mille ouvrages de la bibliothèque de Mgr. Jean de Caulet [1693-1771], évêque de Grenoble, achetée par souscription publique après sa mort, survenue le 27 septembre 1771. Bibliothèque à laquelle s’ajoutera peu après celle des Avocats.
Ce conseil, porté à vingt-cinq membres en 1773, est approuvé par lettres patentes royales en novembre 1780, sous le nom de Société littéraire, puis d’Académie delphinale en mars 1789, avec quarante titulaires résidant obligatoirement à Grenoble et cent associés, libres de leur résidence. 

Supprimée par la Convention, d’abord par le décret du 25 novembre 1792, qui suspend tout remplacement et toute nomination, puis par le décret du 8 août 1793, qui supprime toutes les sociétés savantes, l’Académie réapparaît en 1796, sous le nom de Lycée des Sciences et des Arts ; puis en 1802, sous le nom de Société des Sciences et des Arts de la ville de Grenoble, avec cinquante membres.
Mise en sommeil après les Cent-Jours, elle reprend vie en 1836, et en 1844 retrouve son nom d’Académie delphinale.

Membre résidant de l’Académie delphinale [depuis 1850], secrétaire adjoint, secrétaire en 1851, en remplacement d’Amédée Ducoin [1777-1851], puis élu secrétaire perpétuel [1856], Charles Revillout y lit un certain nombre de Mémoires ou de Rapports. Ceux-ci sont publiés dans le Bulletin de l'Académie delphinale, et repris très souvent en tirés à part.
Charles Revillout, étant promu en octobre 1862 professeur d’histoire au lycée impérial de Versailles [dans l’académie de Paris], il quitte ses fonctions de secrétaire perpétuel de l’Académie delphinale, et le 5 décembre 1862 est nommé « correspondant ». 

• 1850. Rapport sur les Mémoires de la société d’agriculture, sciences et arts d’Angers.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1850. I, 3, pages 760-767.

• 1852. Rapport sur les travaux des sociétés correspondantes [en philosophie et en morale].
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1852. I, 4, pages 495-506
Et 1854. I,5, pages 191-209.

• 1853. Rapport de M. Revillout sur un ouvrage ayant pour titre : Description du comtat Venaissin, de la Bresse et d’une partie de la Provence, de la Suisse et du Piémont, au XVIème siècle, extraits du 1er livre de l’Histoire des Allobroges, par Aymar du Rivail, traduite par M. A. Macé
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1853, I, 5, pages 32-41.

• 1855. Lecture sur Descartes.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1855. I, 5, pages 210-221.

• 1858. °L'Ancienne académie delphinale et l’établissement de la bibliothèque publique à Grenoble, par M. Ch. Revillout.
[Grenoble : A. Merle. In-8, 45 p., 1858].
Extrait de la "Revue des Alpes" et du "Bulletin de l'Académie delphinale" [pages 327 sq.].
Charles Revillout lit ce Mémoire devant l’Académie delphinale le 18 décembre 1857.
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k454084c/f330.item

• 1858. Rapport de M. Revillout, lu le 26 mars 1858, au nom de la Commission du règlement. 
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1859. I, 5, pages 386 sq.

• 1859. Mémoire sur la politique des Romains en Dauphiné.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1859. I, 5, pages 224-244.

• 1859. Rapport de M. Revillout sur un Mémoire communiqué par M. H. Blanchet, sur le Voironnais.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1859, I, 5, pages 97 sq.

• 1859. Rapport de M. Revillout sur les travaux des sociétés correspondantes.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1859, I, 5, pages 191-220.

• 1859. Mémoire de M. Revillout sur la politique des Romains dans le Dauphiné.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1859, I, 5, pages 224-288.

• 1859. Rapport lu par M. Revillout, dans la séance du 1er juillet 1859, sur l’institution d’un concours.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1859, I, 5, pages 542 sq.

• 1860. Funérailles des moines égyptiens au temps de saint Antoine et de Saint-Pacôme.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1856-1860. II, 1, pages 374-386.

• 1860. Donation de la maladrerie de Saint-Étienne de Crossey à la chartreuse de Currière par Amédée V de Savoie.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1856-1860. II, 1, pages 502-512. 

1860. Rapport sur Recherches historiques sur le monastère royal ou chapitre noble de Montfleury, par Henri Maillefaut.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1856-1860. II, 1, pages 317-321.

• 1860. Dissertation sur l'occupation de Grenoble au Xème siècle par une nation payenne. Lecture faite à l'Académie delphinale, dans la séance du 20 janvier 1860, par M. Ch. Revillout, professeur.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1856-1860. II, 1, pages 551-577.
Tiré à part : [Grenoble : Imprimerie de Prudhomme. In-8, 31 p., 1850].

• 1880. Un voyageur dauphinois resté inconnu. Antoine de Brunel, seigneur de St-Maurice-en-Triéves (1622-1696).
Description matérielle : In-16, 40 p.
Publié dans le Bulletin de l'Académie delphinale. 1879. III, 15, pages 127-164.
Tiré à part : [Grenoble : Imprimerie de Gabriel Dupont. In-16, 40 p., 1880].
Numérisé :
https://archive.org/stream/unvoyageurdauph00revigoog/unvoyageurdauph00revigoog_djvu.txt

MEMBRE DE LA COMMISSION POUR L’ÉTABLISSEMENT D’UNE CARTE DES GAULES.
Napoléon III, soucieux de rédiger son « Histoire de Jules César », par l’intermédiaire de la Commission de la topographie des Gaules créée le 17 juillet 1858, décide la publication de trois cartes de la Gaule ancienne : la première, lors de la conquête romaine ; la seconde, dans les derniers temps de l’Empire ; la troisième, sous les Mérovingiens. Ces cartes doivent être complétées par deux Dictionnaires visant à éclairer la topographie antique du territoire

Sont mises à contribution les sociétés savantes des départements.
Pour l’Isère, deux sociétés s’occupent d’histoire et d’archéologie : l’Académie delphinale et la Société de statistique. Chacune délègue trois membres. 
Pour l’Académie Delphinale : André Alexandre Fauché-Prunelle [1795-1863], conseiller à la Cour impériale ; Antonin Macé de Lépinay [1812-1891], professeur d’Histoire à la Faculté des Lettres de Grenoble ; Charles Revillout [1821-1899], professeur d’histoire au lycée impérial.
Pour la Société de statistique : Jean Joseph Antoine Pilot de Thorey [1805-1833], archiviste du département de l’Isère ; Charles Lory [1823-1889], professeur de Géologie et de minéralogie à la Faculté des Sciences ; Hyacinthe Gariel [1812-1890], bibliothécaire de la ville. 
Fauché-Prunelle et le président de la commission ; Gariel et Revillout les secrétaires.

1862. PROFESSEUR D’HISTOIRE AU LYCÉE DE VERSAILLES.
Charles Revillout, professeur d’histoire [première classe] au lycée impérial de Grenoble, est nommé en octobre 1862, professeur d’histoire [troisième classe] au lycée impérial de Versailles, en remplacement de Louis Grégoire [1819-1897], nommé à Paris professeur titulaire d’histoire au lycée impérial Bonaparte [Condorcet].

Versailles, dans le département de Seine-et-Oise [aujourd’hui Yvelines] est dans le ressort de l’académie de Paris [comprenant à cette date neuf départements : Seine ; Cher ; Eure-et-Loir ; Loir-et-Cher ; Loiret ; Marne ; Oise ; Seine-et-Marne ; Seine-et-Oise]. C’est le plus souvent un passage obligé pour bénéficier d’une nomination ultérieure dans un lycée parisien, ou d’un poste de professeur dans une Faculté de province.

Charles Revillout reste en poste à Versailles jusqu'au 19 décembre 1863.

1838. LE RÉTABLISSEMENT DE LA FACULTÉ DES LETTRES DE MONTPELLIER.
La Faculté des Lettres de Montpellier avait été constituée, par arrêté ministériel, le 29 juillet 1809, et installée le 30 avril 1810 par le recteur Charles Louis Dumas [1765-1813].
Elle est supprimée, comme seize autres Facultés des Lettres, par un arrêté de la Commission de l’Instruction publique du 31 octobre 1815, présidée par Paul Royer-Collard [1763-1845], arrêté confirmé par l’ordonnance royale du 18 janvier 1816

La Faculté des Lettres est rétablie par une ordonnance royale de Louis-Philippe, le 24 août 1838, alors qu'Achille de Salvandy [1795-1856], est ministre de l’Instruction publique pour la première fois [15 avril 1837-31 mars 1839], dans le deuxième ministère Molé [15 avril 1837-31 mars 1839].

LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE LITTÉRATURE FRANÇAISE.
Le premier titulaire de la chaire de Littérature française à la Faculté des Lettres de Montpellier est Auguste Bascou [c. 1800-1843], ancien élève de l’École normale.
Il y prononce son discours inaugural le 5 janvier 1839. Et reste en fonction jusqu’en 1843, année de son décès en fonction.

Le second titulaire est Saint-René Taillandier [1817-1879], antérieurement professeur suppléant à la Faculté des Lettres de Strasbourg, en poste à Montpellier de 1843 à 1863.

Charles Revillout, troisième titulaire, est nommé, en remplacement de Saint-René Taillandier [1817-1879]. 
Ce dernier, ayant bénéficié d’une délégation à la Faculté des Lettres de Paris est nommé suppléant de la chaire de Poésie française à la Faculté des Lettres de Paris [1863-1868], puis titulaire de la chaire d’Éloquence française [1868-1879]. Futur membre de l'Académie française [1873].

1863. CHARLES REVILLOUT PROFESSEUR DE LITTÉRATURE FRANÇAISE.
À la Faculté des Lettres de Montpellier, Charles Revillout est d’abord professeur suppléant [19 décembre 1863]. Cette nomination fait de Charles Revillout le suppléant de Saint-René Taillandier [1817-1879], qui est désigné lui-même, depuis octobre 1863, comme suppléant de Saint-Marc Girardin, à la Faculté des Lettres de Paris.
Puis Charles Revillout est chargé de cours [23 avril 1868] ; et enfin, le 18 juillet 1868, nommé professeur titulaire [1868-1891].

Atteint par la limite d’âge à la fin de l’année universitaire 1890-1891, Charles Revillout est alors nommé professeur honoraire.
Sera remplacé, en 1891, par Eugène Rigal [1856-1920], antérieurement maître de conférences de philologie grecque et latine à la Faculté des Lettres d’Aix, professeur de Littérature française à l’Université de Montpellier de 1891 au 1er novembre 1910°.

1863-1870. PUBLICATION DES DISCOURS D’OUVERTURE À LA FACULTÉ DES LETTRES.
Selon la tradition universitaire de l’époque, Charles Revillout publie, chaque année, le texte du discours qu’il prononce à l’ouverture de son cours de Littérature française.

• En 1864 : La Prose française avant le XVIIe siècle, discours prononcé à l'ouverture du cours de littérature française, le 19 janvier 1864, par M. Ch. Revillout.
[Montpellier : Imprimerie de J. Martel aîné. In-8, 27 p., 1864]. 
Sur titré : Faculté des lettres de Montpellier.
L’enseignement de l’année 1863-1864 portera sur l’Histoire de la prose française avant le XVIIème siècle.

• En 1864 : Caractère et tendances du XVIIe siècle, discours pour l'ouverture du cours de littérature française. [Année universitaire : 1864-1865]
[Montpellier : Imprimerie de Gras. In-8, 23 p., 1864].
L’enseignement de l’année 1864-1865 portera sur l’Histoire littéraire de la France au XVIIème siècle.

• En 1865 : Les Lettres, les idées et les moeurs pendant la première partie du XVIIIe siècle, discours prononcé à l'ouverture du cours de littérature française, le 2 décembre 1865, par Ch. Revillout.
[Montpellier : Imprimerie de Gras. In-8, 34 p., 1865]. 
Le texte publié également dans le journal le Messager du Midi.
L’enseignement de l’année 1865-1866 portera sur l’Histoire littéraire de la France, dans la première moitié du XVIIIème siècle.

• En 1866 : La Renaissance, leçon pour l'ouverture du cours de littérature française, le 8 décembre 1866, par M. Ch. Revillout.
[Montpellier : Imprimerie de Gras. In-8, 31 p., 1866]. 
Sur titré : Faculté des lettres de Montpellier.
Le texte en a été publié également dans le journal le Messager du Midi.
L’enseignement de l’année 1866-1867 portera sur la Littérature française à l’époque de la Renaissance.

• En 1867-1868 : La littérature française après la Fronde. Leçon d'ouverture du cours de littérature française de la Faculté des lettres de Montpellier, par Ch. Revillout, docteur ès-lettres, professeur suppléant.
[Saint-Germain : De l’imprimerie L. Toinon et Cie. In-8, 27 p., 1868].
Tiré à part. Extrait de la "Revue de Paris", du 1er janvier 1868.
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1176377s
L’enseignement de l’année 1867-1868 portera sur les Lettres et la Société française sous Louis XIV.

• En 1870 : La Littérature du Moyen Âge et le romantisme, leçon d'ouverture faite à la Faculté des lettres de Montpellier, le 29 novembre 1869, par M. Revillout
[Montpellier : Imprimerie de Gras. In-8, 19 p., 1870]. 
Sur titré : Faculté des lettres de Montpellier.
Le texte en a été publié également dans la "Revue des langues romanes".
L’enseignement de l’année 1869-1870 portera sur la Littérature française du moyen âge et ses rapports avec le romantisme.

1863-1891. LES CONTENUS D’ENSEIGNEMENT DE LITTÉRATURE FRANÇAISE.
En 1863-1864. Histoire de la prose française avant le XVIIème siècle.
En 1864-1865. Histoire littéraire de la France au XVIIème siècle.
En 1865-1866. Histoire littéraire de la France, dans la première moitié du XVIIIème siècle.
En 1866-1867. La Littérature française à l’époque de la Renaissance.
En 1867-1868. Les Lettres et la société française sous Louis XIV.
En 1868-1869. La Littérature française à la fin du XVIIIème siècle et au commencement du XIXème.
En 1869-1870. La Littérature française du moyen âge et ses rapports avec le romantisme.
En 1870-1871. Les Idées et les moeurs du XVIIème siècle étudiés dans ses écrivains.
En 1871-1872. Le Théâtre et le roman au XVIIIème siècle
En 1872-1873. La Littérature française au XIXème siècle jusqu’en 1830.
En 1873-1874. De l’imitation et de l’esprit national dans notre littérature depuis Ronsard jusqu’à Corneille.
En 1874-1875. Les Variations du goût littéraire en France au XVIIème siècle.
En 1875-1876. Les Lettres et la société en France au milieu du XVIIIème siècle.
En 1876-1877. J.-J. Rousseau et ses contemporains.
En 1877-1878. La Littérature française au temps de Mme de Sévigné.
En 1878-1879. Saint-Simon et son temps.
En 1879-1880. Corneille et son œuvre.
En 1880-1881. Le XVIIIème siècle et ses théories littéraires.
En 1881-1882. Histoire de la littérature française depuis la Renaissance jusqu’à Molière.
En 1882-1883. Histoire de la littérature française depuis Molière.
En 1883-1884. Histoire de la littérature dramatique en France. Jusqu’à Voltaire.
En 1884-1885. Suite. Depuis Voltaire.
En 1885-1886. Les grands écrivains en prose depuis la Renaissance jusqu’à la Révolution.
En 1886-1887. Suite.
En 1887-1888. La Littérature française au XIXème siècle.
En 1888-1889. La Poésie française au XVIIème siècle.
En 1889-1890. La Poésie française au XVIIIème siècle.
En 1890-1891. La Poésie française au XIXème siècle.

1887. DISCOURS AUX OBSÈQUES DU DOYEN ALEXANDRE CHARLES GERMAIN.
Les obsèques d’Alexandre Germain, ancien professeur d’Histoire à la Faculté des Lettres de Montpellier de 1838 à 1886, décédé le 26 janvier 1887 à Montpellier, sont célébrées le 29 janvier.

Après la cérémonie religieuse, trois discours d’hommage sont prononcés à la Faculté, où Alexandre Germain avait professé pendant quarante-huit ans : par Ferdinand Castets [1838-1911], professeur de Littérature étrangère qui a succédé en 1881 à Alexandre Charles Germain comme doyen ; par Charles Revillout [1821-1899], au nom des professeurs de la Faculté ; et par Boyer, boursier d’agrégation, au nom des étudiants.
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63724352/f5.image.texteImage

Alexandre Germain [1809-1887], né à Paris le 14 décembre 1809, ancien élève de l’École normale [1830], professeur d’histoire au collège de Nîmes [1833-1838], titulaire de la chaire d’Histoire à la Faculté des Lettres de Montpellier de 1838 à 1886.
Second doyen de la Faculté des Lettres, après le premier décanat de Louis Siguy [1801-1884], professeur de Littérature ancienne, qui s’est déroulé de 1838 à 1861, Alexandre Germain nommé doyen en 1861, a conservé ce titre jusqu’en août 1886.
Correspondant [1860], puis membre libre de l’Académie des Inscriptions-et-Belles-Lettres [1876]. Officier de la Légion d'honneur. 

Le texte des discours est édité : 
[Montpellier : Imprimerie de J. Martel aîné. In-8, 21 p., 1887].
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9619368z/f10.item.texteImage.zoom

ÉTUDES PUBLIÉES PAR L’IMPRIMERIE IMPÉRIALE.
Charles Revillout est un des membres du Comité impérial des travaux historiques et des sociétés savantes [Histoire, philologie et sciences morales]. 
À ce titre, les conférences qu’il prononce dans ce cadre sont publiés par l’Imprimerie impériale.
On trouve ci-dessous, en tête la date de la conférence, et l’année de publication dans le Recueil collectif du Comité et le plus souvent en tiré à part.

• 1861. Note sur l'inquilinat, par Ch. Revillout, Secrétaire de l’Académie delphinale de Grenoble, professeur d’histoire au lycée impérial. 

Paru d’abord dans le recueil : Mémoires lus à la Sorbonne, dans les séances extraordinaires du Comité impérial des travaux historiques et des sociétés savantes, tenues les 21, 22, 23 novembre 1861. Histoire, Philologie et Sciences morales.
[Paris : Imprimerie impériale. 1863]. Pages 179-194.
En tiré à part : [Paris : Impr. Impériale. In-8, 16 p., 1863].
Publié également en tiré à part : [Paris : Durand. In-8, 16 p., 1863].
Numérisé : 
https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=msu.31293027578248&view=1up&seq=197

Ce Mémoire est lu à la Sorbonne, en 1861, dans une des séances extraordinaires du Comité impérial.
« A l'occasion de l’Inquilinat chez les Romains, M. Revillout, de l'Académie de Grenoble, étudie la condition des classes agricoles sous l'empire romain, et marque la différence entre les colons et les inquilins ».

• 1863. Le Clergé chrétien dans les campagnes après la grande invasion. § 1er. 
Établissement des paroisses rurales. 
[Extrait d'un Mémoire sur l'histoire des classes agricoles dans le premier royaume de Bourgogne].

Paru dans le recueil : Mémoires lus à la Sorbonne, dans les séances extraordinaires du Comité impérial des travaux historiques et des sociétés savantes, tenues les 8, 9 et 10 avril 1863. Histoire, Philologie et Sciences morales.
[(Paris) : Imprimerie Impériale. In-8. M. DCCC LXIV (1864)]. Pages 393-407.
Ce Mémoire a été lu dans une des séances extraordinaires du Comité impérial, du 30, 31 mars, 1er avril 1864, tenue à la Sorbonne.

• 1864. Note sur l'Église et les affranchis. Par M. Ch. Revillout, professeur suppléant à la Faculté des Lettres de Montpellier. Correspondant du Ministère de l’instruction publique, de la société des Sciences morales de Seine-et-Oise, et des Académies delphinale et de Savoie. 
[Extrait d'un mémoire sur l'histoire des classes agricoles dans le premier royaume de Bourgogne.].
Paru d’abord dans le recueil : Mémoires lus à la Sorbonne, dans les séances extraordinaires du Comité impérial des travaux historiques et des sociétés savantes, tenues les 30, 31 mars et 1er avril 1864. Histoire, Philologie et Sciences morales.
[(Paris) : Imprimerie Impériale. In-8. M. DCCC LXV (1865)]. Pages 93-110.
Publié en tiré à part : [(Paris) : Imprimerie Impériale. In-8, 18 p., 1864].
Ainsi que : [Paris : Durand. In-8, 1864].
Numérisé : 
http://www.google.it.ao/books?id=k6cJAAAAIAAJ&pg=PA90&focus=viewport&vq=r%C3%A9villou&hl=fr&output=html_text#c_top
Ce Mémoire a été lu dans une des séances extraordinaires du Comité impérial, du 30, 31 mars, 1er avril 1864, tenue à la Sorbonne.

1866. Une page de l’histoire des guerres de religion, sous le règne de Louis XIII (1621), tirées des minutes d’un notaire dauphinois. Par M. Ch. Revillout, professeur suppléant à la Faculté des Lettres et Membre de la société archéologique de Montpellier, correspondant du Ministère de l’Instruction publique pour les travaux historiques.
Paru dans le recueil : Mémoires lus à la Sorbonne, dans les séances extraordinaires du Comité impérial des travaux historiques et des sociétés savantes, tenues les 4, 5 et 6 avril 1866. Histoire, Philologie et Sciences morales.
[(Paris) : Imprimerie Impériale. In-8. M. DCCC LXVI (1866)]. Pages 177-191.

• Les derniers mois du poëte Joachim Du Bellay
Contient un tableau généalogique de la famille Du Bellay et des lettres de J. Du Bellay, publiées d’après le manuscrit de Montpellier [bibliothèque de l’École de Médecine, H. 24]
Mémoire lu par Charles Revillout à la réunion des Sociétés savantes en Sorbonne en avril 1867.
[Paris : Imprimerie impériale. 1868].

1866. MÉMOIRE SUR LE QUARANTIÈME DES GAULES.
Charles Revillout rédige un Mémoire sur le quarantième des Gaules, qui paraît dans la trente et-unième livraison des Publications de la société Archéologique de Montpellier [pages 331 sq.].
Le quarantième des Gaules est un impôt douanier imposé par Rome à toutes les marchandises franchissant les frontières de la Gaule, dont celle des Alpes. Le montant de l'impôt perçu correspond à 2,5 % [un / quarantième] de la valeur du bien. 

DISCOURS PRONONCÉS À L’ACADÉMIE DES SCIENCES ET LETTRES DE MONTPELLIER.
Membre de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, Charles de Revillout publie un certain nombre des Mémoires lus dans l’assemblée, publiés dans les Mémoires de l'Académie, Section des lettres, et le plus souvent tirés à part.
Les Mémoires sont numérisés :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb326811732/date

• 1872. Mme d'Heudicourt et Mme de Maintenon.
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome V, pages 395-452.
Publié également en tiré à part : [Montpellier : Imprimerie de Boehm et fils. In-4, 58 p., 1872]. 
C’est chronologiquement la première contribution de Charles Revillout publiée par l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier.

• 1875. Un lexicographe du second siècle de notre ère, par M. Ch. Revillout.
À propos d'une édition de Julius Pollux, par A. Boucherie, professeur au lycée de Montpellier.
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome VIII, pages 203-242.
Publié également en tiré part : [Montpellier : Imprimerie de Boehm et fils. In-4, 30 p., 1875] 
Numérisé Gallica.
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6570437r.texteImage

• 1878-1879. Un maître de conférences au milieu du XVIIe siècle. Jean de Soudier de Richesource.
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome VI, pages 669 sq.
Publié également en tiré à part : [Montpellier : Imprimerie de Boehm et fils. In-8, 100 p., 1881].

• 1878-1879. Un maître de conférences au XVIIe siècle. Jean de Soudier de Richesource. [Deuxième Mémoire : la méthode d’enseignement de Jean de Soudier de Richesource et son influence sur ses élèves].
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome VII, pages 41-92.

Note aditionnelle sur Jean de Soudier de Richesource.
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome VII, pages 669-sq.
Publié également en tiré à part : [Montpellier : imprimerie de Boehm et fils. In-4, 100 p., 1881].

• 1882. Le Jurisconsulte Jules Pacius de Beriga avant son établissement à Montpellier (1550-1602), d'après un document inédit, par Ch. Revillout, professeur à la Faculté des lettres de Montpellier.
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome VII, pages 251-278.
Publié également en tiré à part : [Montpellier : imprimerie de Boehm et fils. In-4, 30 p., 1882].

• 1887. Antoine Gombaud, chevalier de Méré, sa famille, son frère et ses amis illustres.
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome VIII, 1er fascicule, pages 1-52.
Publié également en tiré à part : [Montpellier : Imprimerie de C. Boehm. In-4, 56 p., 1887].
Numérisé :
https://catalog.hathitrust.org/Record/101690957

• 1888. Les Mots à la Mode, comédie en un acte et en vers d’E. Boursault, par M. Revillout.
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome VIII, pages 203-242.

1888. Molière, Louis XIV et « Le Tartuffe ».
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. Tome VIII, pages 261-342.

Ces deux textes sur titrés Études littéraires et morales sur le XVIIe siècle : Boursault et la comédie des mots à la mode ; Louis XIV, Molière et le Tartufe. Par Ch. Revillout sont publiés en tiré à part : [Montpellier : Imprimerie de C. Boehm. Deux parties en un volume in-4, 1888].

• 1892. Les maîtres de langue française au XVIIe siècle. Olivier Patru (1604-1681), ses relations avec Boileau Despréaux.
Publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, section des Lettres. 1892. Deuxième série. Tome I
Publié également en tiré à part : [Montpellier : Imprimerie de C. Boehm. In-4, 50 p., 1892].
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1085367/f2.image.texteImage

REVUE DES LANGUES ROMANES.
Charles Revillout est membre de la Société des sciences romanes. À ce titre, il publie un certain nombre d’articles dans la Revue des langues romanes. Sont repris en tiré à part, ou édités en ouvrage.

• 1880. Le Pauvre drille de La Fontaine, par Ch. Revillout.
[Montpellier : Imprimerie de Hamelin frères. In-8, 23 p.,1880].

• 1889. Voltaire et le duc de Richelieu, leurs relations avant le mariage du duc avec Mlle de Guise (1718-1734), étude chronologique et littéraire à propos de la première lettre connue écrite par Voltaire à Richelieu, par Ch. Revillout. 
Revue des lettres romanes 1889.

• 1899. Essais de philologie et de littérature, par Ch. Revillout. 
[Les Mots "méchant" et "paire". Les Dialogues de Fénelon sur l'éloquence. Voltaire et le duc de Richelieu. La Légende de Boileau]. 
Ces différentes études sont rassemblées dans un volumineux ouvrage :
[Montpellier : Imprimerie de Hamelin frères. In-8, 479 p., 1899].
Le livre ayant été adressé à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Auguste Bouché-Leclerc [1842-1923] en rend compte : « La partie philologique de ces Essais consiste en remarques sur la vogue dont jouit le mot méchant vers le milieu du XVII è siècle et sur un sens spécial du mot paire, employé au XVI è siècle pour former un singulier aux mots qui en étaient dépourvus. La littérature – c’est-à-dire l’histoire littéraire – est représentée par des études sur la date probable des Dialogues sur l’Éloquence de Fénelon (date fixée aux environs de 1679), sur les relations de Voltaire avec le duc de Richelieu (entre 1718 et 1734) et sur « la légende de Boileau ». L’auteur entend par là la réputation d’infaillibilité en matière de goût que l’on a faite à Boileau et la tendance à exagérer l’influence qu’il a exercé sur ses contemporains. C’est une illusion que Boileau a partagée et propagée lui-même. La légende est remplacée par l’histoire, au cours d’une biographie curieusement fouillée et documentée (pp. 133-477) qui fait descendre Boileau du tout premier rang et « le rapproche de la moyenne de ses contemporains ». Ce volume compact se lit sans fatigue. L’auteur sait être érudit avec agrément et associer à un jugement ferme une bienveillance dont voltaire n’est nullement exclu ».

La Légende de Boileau est parue initialement en plusieurs articles de la Revue [mensuelle] des langues romanes, en 1894 et 1895. 

AUTRES PUBLICATIONS DE CHARLES RÉVILLOUT.
La position universitaire de Charles Revillout, à la fois comme historien et comme professeur de Littérature française à la Faculté des Lettres de Montpellier, l’amène à publier de nombreux articles dans une assez grande variété de revues, articles repris très souvent en tirés à part.
Dans l’ordre chronologique, on peut citer : 

1855.
Étude critique sur le jus italicum ou droit italique, par M. Ch. Revillout.
Revue historique de droit français et étranger. 1855. Tome I. Page 341 sq.
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k162930/f347.image.r=r%C3%A9villout

1856.
Étude sur l'histoire du colonat chez les Romains, par M. Ch. Revillout […].
Revue historique de droit français et étranger. Septembre-octobre 1856. Tome II. Pages 417 sq. 
Publié en tiré à part : [Paris : A. Durand. In-8, 44 p., 1856].

Un deuxième article, avec le même titre, paraît mai-juin et juillet-août 1857, dans la Revue historique de droit français et étranger. 1857. Tome III. Pages 209 sq. et 243 sq.
Publié en tiré à part : [Paris : A. Durand. In-8, 64 p., 1857].
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k16295p/f215.image.r=r%C3%A9villout

Un troisième article, avec le même titre, paraît également dans la Revue historique de droit français et étranger. 1857. Tome III. Pages 343 sq.
Numérisé :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k16295p/f349.image.r=r%C3%A9villout
Les articles sont également publiés réunis : [Paris : A. Durand. In-8, 112p., 1856].

1858.
L’Arianisme à Grenoble, par M. Charles Revillout.
Paraît comme article, sur titré Études critiques sur l’histoire du Dauphiné, dans la Revue des Alpes.
Repris en tiré à part : [Grenoble : Maisonville. In-18, 48 p., 1858].
Le Bulletin de l’Académie delphinale ayant reçu l’ouvrage en hommage, en rend compte : « M. Revillout essaie dans cette première partie d’éclaircir la légende de S. Ceratus, sixième évêque de Grenoble. Il semble résulter de cette étude que Cératus, chassé de son diocèse par les Bourguignons ariens, alla finir sa vie à Simorre en Gascogne ».

La thèse de Charles Revillout, soutenue en français, pour le doctorat ès-lettres [Paris : 1850] avait pour titre : De l'Arianisme des peuples germaniques qui ont envahi l'empire romain. 

1860.
M. le Président Gaspard-Marie Du Boys, né le 20 novembre 1761, mort le 30 mars 1860. 
[Grenoble : Maisonville et fils. In-8, 18 p., 1860].

Gaspard-Marie Du Boys [1761-1860] était avant la Révolution française, Conseiller au Parlement de Grenoble. Député de l’Isère [1815-1816], président de chambre à la Cour d'appel de Grenoble de 1816 à 1848, et conseiller municipal de Grenoble.

1861.
Lettre de M. Ch. Revillout sur une inscription trouvée à Grenoble.
Bulletin de la société de Statistique des sciences naturelles et des arts industriels du département de l’Isère. Deuxième série. Tome V. Livraisons 3 et 4. 1861. 3 p.

1862. 
°Les Familles politiques d'Athènes et les "gentes" de Rome, par M. Ch. Revillout, docteur ès-lettres, agrégé d’histoire.
Paru dans la Revue historique de droit français et étranger. 1862. Volume VIII, pages 385-399.
Publié en tiré à part : [Paris : A. Durand. In-8, 15 p., 1862].
Numérisé : 
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k16300f/f385.image.r=r%C3%A9villout

1865.
Les Questeurs urbains, par M. Ch. Revillout.
[Versailles : Imprimerie de E. Aubert. In-8, 28 p., 1865].
Extrait des "Mémoires de la Société des Sciences morales de Seine-et-Oise" [Versailles], VIIème volume.
Publié également en tiré à part : [Paris : A. Durand. In-8, 28 p., 1865].

1867.
Beaumarchais et la Comédie espagnole.
Conférence faite à l'ancienne loge de Mer de Perpignan, le 15 février 1867, par Ch. Revillout. Professeur suppléant de littérature française, à la Faculté des lettres de Montpellier.
[Montpellier : Imprimerie typographique de Gras. In-8, 34 p., 1867].
Numérisé :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6350529h/f5.image.texteImage.

L’édifice de l’ancienne « loge de Mer » construit au XIV-XVème siècle au centre de Perpignan servait au départ de Bourse de commerce et de Tribunal maritime.
Le bâtiment de style gothique [aujourd’hui Office de Tourisme] est modifié en 1841-1842 pour accueillir un café et une salle de réunion.

• 1868. 
Discours sur J.-A. Roucher prononcé à la rentrée des facultés et de l'école supérieure de pharmacie de Montpellier, le 16 novembre 1868, par M. Ch. Revillout, Professeur de Littérature française à la Faculté des lettres.
[Montpellier : Jean Martel aîné, Imprimeur de la Faculté des lettres, rue de la Blanquerie 3, près de la Préfecture. In-8, 34 p., 1868].
Numérisé :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63724352/f5.image.texteImage.

1875.
De la date possible du Roman de Flamenca.
Revue des langues romanes. VIII. Octobre 1875. Pages 1 sq.

La revue Romania, 1876, 17, pages 122-123, rend compte de l’article, sous la signature de M.P. [Paul Meyer (1840-1917)]. 

1876.
Étude historique et littéraire sur l’ouvrage latin intitulé Vie de saint Guillaume, par Ch. Revillout.
Extrait des Publications de la Société archéologique de Montpellier, n° 33-36
Publié également en tiré à part [Paris : Dumoulin et Didron. In-4, 82 p., 1876].

Cette publication de Ch. Revillout fait l’objet d’un détaillé et long compte-rendu dans la Revue Romania, signée P. G. [Gaston Paris (1839-1903)]. Année 1877, 23, pages 467-471.

1883. 
Discours prononcé aux obsèques du philologue Anatole Boucherie [1831-1883], cofondateur en 1869 de la Société des langues romanes, célébrées le 5 avril 1883.
Le discours de Charles Revillout est prononcé au nom de la Société des langues romanes.
Numérisé :
https://archive.org/stream/revuedeslangues05unkngoog/revuedeslangues05unkngoog_djvu.txt
Anatole Boucherie, après avoir été professeur de grammaire au lycée de Montpellier, était, nommé à la Faculté des Lettres de Montpellier, comme maître de conférences [7 septembre 1878], chargé d’un cours complémentaire [24 octobre 1879], et chargé du cours de philologie romane [13 novembre 1880].

• 1887. 
Dans le cadre des comptes rendus des travaux des Facultés et de l'École supérieure de pharmacie : Rapport sur la situation des établissements d'enseignement supérieur de Montpellier pendant l'année scolaire 1886-1887. 
[Montpellier : Académie de Montpellier. In-8. 1889].

1895. 
Monographie de Saint-Benoît d’Aniane et de Saint-Guilhelm.

1900.
Les Promoteurs de la Renaissance à Montpellier.
Mémoires de la Société archéologique de Montpellier. Deuxième série. Volume II. Premier fascicule [Montpellier : Martel. 1900] ;

AFFILIATION AUX SOCIÉTÉS SAVANTES.
1831. Membre titulaire de l'Académie des Sciences morales, des Lettres et des Arts de Versailles [Seine-et-Oise]. Puis, correspondant à partir de fin 1863, lorsqu’il est nommé à la Faculté des Lettres de Montpellier.

1850. Membre à Grenoble, de l’Académie delphinale. Membre résidant, élu en 1850. Secrétaire adjoint, puis secrétaire perpétuel. 
Nommé correspondant [décembre 1862], lorsqu’il est nommé comme professeur d’histoire au lycée de Versailles.

1857. Congrès scientifique de France. 
Charles Révillout participe à la vingt-quatrième session du Congrès scientifique de France, tenue à Grenoble, en septembre 1857 ; pour la section Géographie, Histoire et Archéologie, dont il est un des secrétaires. 

1863. Membre correspondant du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) de 1863 à 1880.

1864. Membre titulaire de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, après sa nomination, en décembre 1863, dans la chaire de Littérature française de la Faculté des Lettres.

1864. Membre résidant de la Société archéologique de Montpellier.

1869. Membre de l’Association pour l’encouragement des études grecques.
L’Association a été fondée le 7 mai 1867, et reconnue établissement d'utilité publique le 7 juillet 1869.

1869. Société pour l’étude des Langues romanes. 
Membre du premier conseil d’administration, formé de huit membres résidants.

1878. Société languedocienne de Géographie. 
Cette société comporte trois sections : Géographie physique ; Géographie historique ; Géographie historique et statistique.
Charles Revillout est président de la seconde section.

1884. Correspondant du Ministère de l'Instruction publique. 

1890. Membre, puis président [1893] de la Société des Amis de l’Université de Montpellier, en remplacement de Marie Barthélemy Achille Kühnholtz-Lordat [1820-1893], premier président.

RETRAITE, DÉCÈS ET FUNÉRAILLES.
Atteint par la limite d’âge à la fin de l’année universitaire 1890-1891, Charles Revillout est alors nommé professeur honoraire. Il continue de mener de front plusieurs activités et de publier de nombreux articles. 

Charles Revillout meurt le 18 novembre 1899, à Montpellier. Il est alors âgé de soixante-dix-huit ans. 
Plusieurs discours sont prononcés à ses obsèques : par Antoine Benoist [1846-1922], ancien élève de l’École normale [1864], nouveau recteur de l’académie de Montpellier [1898-1919] ; par Eugène Rigal [1856-1920], ancien maître de conférences de philologie grecque et latine à la Faculté des Lettres d’Aix, qui a succédé à Charles Révillout, dans la chaire de Littérature française de l’Université de Montpellier, de 1891 au 1er novembre 1910 ; par Alfred Blavy [NNN-1902], avocat à la Cour d’appel, vice-président de la Société des Amis de l’Université.
Numérisé :
https://education.persee.fr/doc/revin_1775-6014_1899_num_38_2_9317?pageId=T1_561

DÉCORATION.
Officier de l’Instruction publique [1856].
Légion d'honneur, nommé chevalier le 4 août 1875.

SOURCE.
Livret de la Faculté des Lettres de Montpellier.
Numérisé : 
https://education.persee.fr/doc/revin_1775-6014_1891_num_22_2_2729

BNF Data.
https://data.bnf.fr/fr/12992897/charles_revillout/

SITOLOGIE.
Françoise Huguet et Boris Noguès. Les Professeurs des facultés des lettres et des sciences en France au XIXe siècle (1808-1880), juin 2011.
La notice concernant Charles Révillout est accessible :
http://facultes19.ish-lyon.cnrs.fr/fiche.php?indice=1321

Légion d’honneur.
Le dossier de Charles Révillout est accessible :
http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=NOM&VALUE_1=REVILLOUT&NUMBER=3&GRP=0&REQ=%28%28REVILLOUT%29%20%3aNOM%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=All

 
< Précédent   Suivant >