Accueil arrow Varia arrow Paris, 4 de la rue Monsieur-le-Prince

A lire aussi

Tous les articles

Paris, 4 de la rue Monsieur-le-Prince Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Dans le sixième arrondissement de Paris, dans l'axe de la petite rue Dupuytren, on aperçoit de loin l'entrée monumentale d'un immeuble de trois étages. En s'approchant on peut admirer sa porte à double vantaux égaux, de plus de cinq mètres de haut, avec son  encadrement en pierre qui s'élève jusqu'à la base du deuxième étage.

En cet emplacement du 4 rue Monsieur-le-Prince [anciennement rue des Fossés Monsieur le Prince] s'élevait un hôtel particulier, édifié en 1750-1753, pour Pierre Darlons, l'un des secrétaires du prince de Condé, sur un terrain qui s'étendait en profondeur jusqu'à l'actuelle rue de Condé. Le bâtiment est également appelé Hôtel de Bracq.

Seule subsiste aujourd'hui la porte monumentale, surmontée d'une fenêtre à ailerons sculptés, avec un appui en fer forgé. 
La porte cochère, en plein cintre, coiffée d'un mascaron à figure féminine placé dans un cartouche ailé, est entourée d'un pilastre. On voit, aux piédroits, au pied du porche, deux bornes en pierre, chasse-roues, destinés à protéger le mur des passages des voitures. 

Lorsqu'à l'occasion de travaux la porte s'ouvre, une lumière plus rasante met en valeur les boiseries sculptées de la porte en chêne. Les tympans, comme il est de coutume dans la style Louis XV, sont richement décorés : sous les volutes des feuilles d'acanthe, autour du globe terrestre, sont répartis des outils scientifiques, compas, équerre, tire-ligne, rapporteur, pantographe...

On aperçoit à l'intérieur de la première cour les éléments d'une fontaine, on devine l'emplacement d'un escalier intérieur. La façade blanchie met en valeur le colombage avec son ossature sombre des poutres horizontales et verticales.

Eugène Atget [1857-1927] a consacré plusieurs photographies à cet ensemble  [classé aujourd'hui à l'inventaire des Monuments historiques]. L'un de ses clichés de format 22,8x18, comme à l'habitude soigneusement sans personnage, célèbre la symétrie architecturale de la porte. Mais Atget a cependant pris préalablement le soin d'ouvrir le guichet, permettant à un hypothétique piéton qui passerait par là, à cette heure si matinale, d'aller et venir sans encombre. 












 
Suivant >