Accueil arrow Histoire de l'éducation arrow Milfaut, Constant Joseph [1803-1882], la belle carrière d'un surveillant d'école parisien

A lire aussi

Tous les articles

Milfaut, Constant Joseph [1803-1882], la belle carrière d'un surveillant d'école parisien Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
On trouve Constant Joseph Milfaut d'abord à Paris, simplement maître d'études au collège Louis-le-Grand. Puis, après 1830, surveillant à l'École normale. Sa carrière passe ensuite, en différentes villes de province, par les étapes supérieures des fonctions administratives d'autorité : censeur, proviseur, inspecteur d'académie. 
Sans jamais, faute d'un doctorat ès-lettres, pouvoir atteindre un niveau encore plus élevé : celui de recteur, ou d'Inspecteur général...

Constant Joseph Milfaut.
Né le 1er février 1803, à Béthune [Pas-de-Calais] ; mort le 5 décembre 1882, à Mâcon [Saône-et-Loire].

Licencié ès-lettres.

1828-1832. MAÎTRE D'ÉTUDES À LOUIS-LE-GRAND.
Maître d'études à Paris, au collège royal Louis-le-Grand [2 février 1828-2 mai 1832].

1832-1838. MAÎTRE SURVEILLANT À L'ÉCOLE NORMALE.
La fonction de maître surveillant à l'École normale existe depuis la création de l'École en 1810. Elle a été assumée tout d'abord par Fariau Saint-Ange, de 1810 à 1816, fils de l'académicien, futur rédacteur du Journal des Débats ; et par Morizot, de 1810 à 1815. Ils sont rejoints, dès 1811, par Jean Louis Burnouf et par Herembourg.
Constant Joseph Milfaut occupe la dix-huitième place dans la chronologie des surveillants. À partir de 1826, la fonction n'est généralement occupée que deux ou trois ans. Pourtant Milfaut, nommé en 1832, reste en poste pendant presque six ans, du 2 mai 1832 au 2 juin 1838. C'est une des durées de maintien les plus longues.

1838-1841. SURVEILLANT GÉNÉRAL À L'ÉCOLE NORMALE.
La fonction de surveillant général n'est créée à l'École normale qu'en 1829, avec Letellier, en poste comme surveillant général en 1829 jusqu'en 1830 inclus. Il avait été d'abord maître surveillant en 1827-1829.
Le second surveillant général est Jumel, en poste de 1831 à 1838.

Constant Joseph Milfaut est nommé, chronologiquement, le troisième surveillant général à l'École normale [2 juin 1838-7 septembre 1841], en remplacement de Jumel. Qui, lui aussi, a été maître surveillant  de 1828 à 1831.  
Constant Joseph Milfaut, lorsqu'il est nommé censeur au lycée de Limoges, en septembre 1841, est remplacé à l'École normale par Edmond Hébert [1812-1890], quatrième surveillant général, qui reçoit le titre de sous-directeur, en poste de 1841 à 1858.

1841-1843. CENSEUR AU COLLÈGE ROYAL DE LIMOGES.
Constant Joseph Milfaut est nommé censeur des études au collège royal de Limoges, Haute-Vienne, académie de Limoges  [7 septembre 1841-22 décembre 1843], en remplacement de Joseph Foncin [1807-1894], ancien élève de l'École normale [1828, École préparatoire], agrégation de grammaire [1833], futur proviseur du lycée de Montpellier, en poste à Limoges comme censeur des études du 2 mai 1840 au 30 août 1841. 
Milfaut, comme censeur des études, travaille d'abord auprès de Jean Louis Jannet [1795-1861], ancien élève de l'École normale [1814], proviseur du 27 août 1840 au 8 septembre 1842, et surtout auprès de Jean Alexandre Ubertin [1797-1879], proviseur du lycée de Limoges, du 8 septembre 1842 au 1er mai 1848, et futur recteur [Nîmes, Grenoble, Pyrénées-Orientales].
Une première partie de carrière administrative d'autorité commence avec cette nomination à Montpellier, et va se poursuivre à Caen [1843-1846]

1843-1846. CENSEUR AU COLLÈGE ROYAL DE CAEN.
Lycée impérial [1806-1815], l'établissement devient collège royal [1815-1848]. Reçoit le nom de lycée Malherbe, à la fin du XIX ème siècle, le 19 août 1892. 
Constant Joseph Milfaut est nommé censeur des études au collège royal de Caen, en Calvados [22 décembre 1843-10 septembre 1846], en remplacement d'André François Cassin [1795-1853], nommé un des deux inspecteurs de l'académie d'Angers [1842-1843].
Milfaut, comme censeur des études à Caen, travaille d'abord auprès de Louis Auguste Sandras [1795-1876], proviseur du 15 avril 1839 au 20 août 1844, et ensuite auprès de Michel Renard [1798- ], proviseur du  collège royal de Caen du 20 août 1844 au 25 septembre 1848.

Devenant proviseur au collège royal de La Rochelle, Milfaut est remplacé comme censeur au collège royal de Caen par l'abbé Jean François Desprez [ -1881], censeur du 10 septembre 1846 au 7 février 1853, et futur proviseur du lycée de Caen [1853-1881].

1846-1848. PROVISEUR AU COLLÈGE ROYAL DE LA ROCHELLE.
Constant Joseph Milfaut gravit un échelon en étant nommé proviseur, successivement à La Rochelle [1846-1848] ; à Angers [1848-1850] ; à Mâcon [1850-1854].
Le collège de La Rochelle, est à l'origine une école secondaire communale, ouverte en 1803, puis transformée en collège communal. Ce collège, érigé en collège royal par l'ordonnance du 29 août 1843, a été ouvert en octobre 1843.
Constant Joseph Milfaut devient le second proviseur au collège royal de La Rochelle, en Charente-Inférieure, académie de Poitiers [10 septembre 1846-6 septembre 1848], en remplacement du premier proviseur : Jean Renobert Paillet [1801-1864], nommé proviseur à Douai [1846-1849].
Il est assisté par Guérin, censeur des études du 10 septembre 1846 au 6 septembre 1848.
Lorsque Milfaut sera nommé au lycée d'Angers, ce sera Guérin, son ancien censeur, qui le remplacera dans le poste de proviseur [6 septembre 1848-6 janvier 1854].

1848-1850. PROVISEUR AU LYCÉE D'ANGERS.
Proviseur au lycée d'Angers, en Maine-et-Loire, académie d'Angers [13 septembre 1848-30 août 1850], en remplacement de Jean Sorin [1799-1881], ancien élève de l'École normale [1817], agrégation de grammaire [Caen, 1821], nommé l'un des deux inspecteurs de l'académie d'Angers.
Milfaut est assisté d'abord par Charles André Taiée [1804- ], censeur des études [24 septembre 1841-9 juin 1849] ; puis par Maurice Poinsignon [1814- ], censeur des études, du 12 juin 1849 au 31 août 1850.

Lorsqu'il est nommé proviseur à Mâcon [30 août 1850], Constant Joseph Milfaut est remplacé comme proviseur au lycée d'Angers par Pierre Gabriel Mézières [1802- ], proviseur du 30 août 1850 au 16 septembre 1856, date de sa retraite.

1850-1854. PROVISEUR AU LYCÉE DE MÂCON.
Cette période correspond au moment de la création de quatre-vingt six petites académies départementales, selon les dispositions de la loi organique du 15 mars 1850, inspirée par Alfred de Falloux [1811-1886], et mise en oeuvre par le ministre de l’Instruction publique et des Cultes [octobre 1849-janvier 1851] Félix Esquirou de Parieu [1815-1893].

Constant Joseph Milfaut est nommé proviseur au lycée de Mâcon [lycée de deuxième classe], en Saône-et-Loire [30 août 1850-23 août 1854], en remplacement de Doucin, qui a été proviseur du 7 septembre 1847 au 9 août 1850.
Il est assisté par Cournot, censeur des études, nommé également le 30 août 1850, et qui restera en poste jusqu'au 12 septembre 1854. Cournot, après avoir été proviseur du lycée impérial de Chaumont [deuxième classe] achèvera sa carrière comme proviseur du lycée impérial de Dijon [deuxième classe] où il est nommé en septembre 1868. 
Lorsqu'il sera nommé inspecteur d'académie, Constant Joseph Milfaut sera remplacé comme proviseur au lycée de Mâcon, le 24 août 1854, par André François Bourgeois [1813- ], ancien censeur de lycée de Toulouse. 
Nommé une deuxième fois proviseur au lycée de Mâcon, Milfaut remplacera à son tour Bourgeois.

1854-1855. INSPECTEUR DE L'ACADÉMIE DE LYON EN RÉSIDENCE À MÂCON.
Après le relatif échec de la périodes des petits rectorats [1850-1854], la carte universitaire est remaniée : seize académies inter départementales sont créées par la loi Fortoul du 14 juin 1854 et le décret impérial du 22 août 1854 : Aix ; Besançon ; Bordeaux ; Caen ; Clermont ; Dijon ; Douai ; Grenoble ; Lyon ; Montpellier ; Nancy ; Paris ; Poitiers ; Rennes ; Strasbourg ; Toulouse.
Chaque ressort académique comporte deux, trois, voire quatre départements. Ainsi le ressort de l'académie de Lyon, avec à sa tête comme recteur l’abbé Jean Joseph Matthias Noirot [1793-1880], s'étend sur quatre départements : l'Ain ; la Loire ; la Saône-et-Loire ; le Rhône.
Dans chacun de ces départements réside un inspecteur d'académie.
Ainsi en fin 1854, les différents inspecteurs de l'académie de Lyon sont Charles Vivien [1802-1863], ancien recteur départemental du Haut-Rhin [département de Rhône, résidant à Lyon], en fonction de 1854 à 1863 ; Pierre Laville [1790-1862], ancien recteur départemental de l'Oise, puis de l'Ain [département de l'Ain, résidant à Bourg] ; Collet [département de la Loire, résidant à Montbrison] ; Constant Joseph Milfaut [1803-1882], ancien proviseur au lycée de Mâcon [département de Saône-et-Loire, résidant à Mâcon].

1855-1856. PROVISEUR DU LYCÉE DE SAINT-ÉTIENNE.
Proviseur du lycée impérial de Saint-Étienne [lycée de troisième classe] [4 septembre 1855-16 septembre 1856], nommé en remplacement de Charles Guiselin [1816-1880], proviseur du lycée de Saint-Étienne du 7 février 1853 au 4 septembre 1855, qui vient d'être nommé proviseur au lycée impérial de Rennes [1855-1862].
Milfaut assisté par Marc, censeur des études, en fonction du 13 avril 1855 au 27 septembre 1856.
Lorsqu'en septembre 1856, Milfaut est nommé à nouveau à Mâcon, il est remplacé, comme proviseur du lycée de Saint-Étienne, par Coublet, en poste du 16 septembre 1856 au 15 mars 1858.

1856-1863. PROVISEUR DU LYCÉE IMPÉRIAL DE MÂCON. 
À nouveau proviseur du lycée impérial de Mâcon [16 septembre 1856-9 septembre 1863], en remplacement de Bourgeois, proviseur du 24 août 1854 au 23 septembre 1856.
Sera remplacé comme proviseur au lycée de Mâcon par Duval [9 septembre 1863-8 janvier 1866], futur proviseur du lycée impérial de Toulon.

1863-1864. PROVISEUR DU LYCÉE DE BAR-LE-DUC.
Le collège de Bar-le-Duc est érigé en lycée impérial par un décret de Napoléon III, en 1854 [aujourd'hui lycée Raymond Poincaré, depuis le 13 juillet 1935]. 
Constant Joseph Milfaut est nommé proviseur du lycée impérial de Bar-le-Duc [lycée de troisième classe] [15 septembre 1863-23 janvier 1864], en remplacement d'Edwin Petitbon [1808- ], ancien élève de l’École normale supérieure, section Sciences [1826, École préparatoire], proviseur de février 1862 à septembre 1863.
Il est ainsi le troisième proviseur, après Isidore Feuillâtre [1815-1878], ancien élève de l'École normale [1835], agrégé de grammaire [1837], en fonction du 19 août 1857 au 12 février 1862, et après Edwin Petitbon, en fonction de février 1862 à septembre 1863.
Milfaut est admis, le 23 janvier 1864, à faire valoir, à sa demande, ses droits à la retraite. Reçoit le titre d'inspecteur honoraire [9 août 1864].

Est remplacé comme proviseur à Bar-le-Duc, par Jean Auguste Ohmer [1822-1898], ancien élève de l’École normale supérieure [1845], agrégation de grammaire [1848], ancien censeur des études au lycée de Lyon [janvier 1863-janvier 1864], futur proviseur du lycée Charlemagne [1878-1881].

SOURCE.
Charles Fierville. Archives des lycées, proviseurs et censeurs, 1er mai 1802-1er juillet 1893 : documents administratifs recueillis et classés pour la première fois [Paris : Firmin-Didot. In-4. LXXXV-526 p., 1894]. Quatrième partie : notices individuelles.
 
< Précédent   Suivant >