Accueil arrow Histoire de l'éducation arrow Matter, Jacques (1791-1864). les missions d'un Inspecteur général des études

A lire aussi

Tous les articles

Matter, Jacques (1791-1864). les missions d'un Inspecteur général des études Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Figure du protestantisme français, Jacques Matter fut tout à la fois professeur, directeur, pasteur, inspecteur d'académie.  Inspecteur général des études [1832-1845], il en accomplit les différentes charges : tournées d'inspection des académies provinciales et des collèges parisiens, membre de jury d'agrégation, rédacteur d'un Manuel général. 
Jacques Matter [1791-1864]. Né le 31 mai 1791, à Alt-Eckendorf [Bas-Rhin], dans une famille protestante, de langue allemande ; mort le 22 juin 1864, à Strasbourg [Bas-Rhin].

1832. INSPECTEUR GÉNÉRAL DES ÉTUDES.
Alors qu'il est, depuis 1828, l'un des trois inspecteurs de l'académie de Strasbourg, auprès du recteur  Désiré Ordinaire [1773-1847], Jacques Matter est nommé Inspecteur général des études, par l'arrêté ministériel du 20 octobre 1832, pris par François Guizot [1787-1874], une première fois ministre de l’Instruction publique et des Cultes.
Ceci en remplacement de Charles Julien Lioult* Chênedollé [1769-1833], nommé le 4 avril 1830, et mis d'office à la retraite le 23 avril 1832.
Il rejoint ainsi le corps des Inspecteurs généraux créé en juin 1802 sous le Consulat, complété sous l'Empire, en septembre 1808 ; maintenu et aménagé sous la Restauration et renouvelé sous la Monarchie de Juillet.

Jacques Matter restera en fonction comme Inspecteur général des études jusqu’au 10 février 1845. Reçoit alors le titre d'Inspecteur général honoraire.

1845-1846. INSPECTEUR GÉNÉRAL DES BIBLIOTHÈQUES.
Puis sera nommé Inspecteur général des bibliothèques [12  février 1845-mai 1846], en remplacement de Félix Ravaisson [1813-1900], à nouveau, pour quelques mois, chef du secrétariat de l'administration centrale de l'Instruction publique.


LES DOUZE INSPECTEURS GÉNÉRAUX EN 1832.
Après la nomination de Jacques Matter, la liste des douze Inspecteurs généraux des études s'établit en 1832 comme suit, à peu de choses près dans l'ordre de leur nomination : Jean Antoine Letronne [1787-1848], Inspecteur général depuis avril 1819 ; Ferdinand François Désiré Budan de Boislaurent [1761-1840], Inspecteur général depuis septembre 1808 ; Hippolyte Rousselle [1785-1863], Inspecteur général depuis mars 1821 ; André Marie Ampère [1775-1836], Inspecteur général depuis septembre 1808 ; Charles Louis Félix Dinet [1775-1856], Inspecteur général depuis septembre 1824 ; Charles Dominique Marie Blanquet du Chaylat [1773-1844], Inspecteur général depuis septembre 1824 ; Antoine Poullet de Lisle [1778-1849], Inspecteur général depuis février 1828 ; Jean Louis Burnouf [1775-1844], Inspecteur général depuis septembre 1830 ; Frédéric Cuvier [1773-1838], Inspecteur général depuis mars 1831 ; Joseph Naudet [1786-1878], Inspecteur général depuis septembre 1830 ; Paul François Dubois [1793-1874], Inspecteur général depuis septembre 1830 ; Jacques Matter [1791-1864], Inspecteur général depuis octobre 1832.

LES MISSIONS DES INSPECTEURS GÉNÉRAUX.
Les missions des Inspecteurs généraux sont définies, dès « la loi générale sur l'Instruction publique » du 11 floréal an X [1er mai 1802] et son article 17, prévoyant la nomination de trois inspecteurs généraux des études :  « [Ils] visiteront une fois au moins l'année les lycées, en arrêteront définitivement la comptabilité, examineront toutes les parties de l'enseignement et de l'administration et en rendront compte au gouvernement ».

Les tournées, qui durent trois ou quatre mois, sont effectuées par binôme, un inspecteur plus particulièrement chargé des sciences, l'autre plus particulièrement chargé des lettres.
A la suite des inspections, les inspecteurs généraux rédigent un rapport, généralement assez bref, de une à cinq pages, adressé, selon les époques, directement au Grand-Maître ou au Ministre de l'Instruction publique.

LES RAPPORTS D'INSPECTION DE JACQUES MATTER : 1833-1844.
Comme l'indiquent Isabelle Havelange, Françoise Huguet, Bernadette Lebedeff, dans leur Dictionnaire biographique consacré aux Inspecteurs généraux de l'Instruction publique [1986] : « Ont été retrouvés trois cent soixante rapports, rédigés entre 1833 et 1846. Vingt-trois concernent les facultés des lettres, de médecine, de droit de Strasbourg, Besançon, Nantes et Montpellier essentiellement. […] deux cent quatre-vingt-quinze rapports traitant de la situation des collèges [..]  ».
Une liste, seulement partielle, des rapports d'inspection peut être établie à partir des « cartons » recueillis par les Archives nationales Cette liste est éditée dans la monographie de Guy Caplat et Bernadette Lebedeff-Chopin : L'Inspection générale de l'enseignement supérieur au XIX ème siècle.

La liste des rapports retrouvés de Jacques Matter s'établit comme suit :  
En 1833, un rapport d'inspection de Jacques Matter effectué avec André Marie Ampère [1775-1839].

En 1837 [13 juin 1837], un rapport d'inspection effectué avec Antoine Augustin Cournot [1801-1877] sur l'École supérieure de pharmacie de Montpellier.

En 1838 [17 mai 1838], un rapport d'inspection de l'École secondaire de médecine de Clermont.

En 1839 [13 avril 1839], un rapport d'inspection effectué avec Jean Claude Eugène Péclet [1793-1857] sur les Facultés des Lettres ; [5 et 6 mai 1839],  un rapport d'inspection sur la Faculté de Droit de Poitiers ; [2 juin 1839], un rapport d'inspection effectué avec Jean Claude Eugène Péclet [1793-1857] sur l'École secondaire de Médecine de Nantes ; [26 juin 1839], un rapport d'inspection effectué avec Jean Claude Eugène Péclet [1793-1857] sur la Faculté de Droit de Rennes ; [8 août 1839],  un rapport d'inspection effectué avec Jean Claude Eugène Péclet [1793-1857] sur l'École secondaire de Médecine d'Alger.

En 1842 [10 juin 1842], un rapport d'inspection sur la Faculté de Droit de Strasbourg ; [25 juillet 1842], un rapport d'inspection sur la Faculté des Lettres de Strasbourg ; [14 octobre 1842], un rapport d'inspection sur l'École préparatoire de Médecine et de Pharmacie de Besançon.

En 1843 [15 juin 1843], un rapport d'inspection sur la Faculté des Lettres de Besançon ; [22 juin 1843], un rapport d'inspection sur l'École préparatoire de Médecine et de Pharmacie de Besançon ; [4 et 22 juillet 1843], un rapport d'inspection sur la Faculté de Droit de Strasbourg ; [22 juillet 1843], un rapport d'inspection sur la Faculté Théologique et un autre rapport sur la Faculté des Lettres de Strasbourg.

En 1844 [30 juillet 1844], un rapport d'inspection sur la Faculté de Théologie protestante de Montauban. 

1837. LA TOURNÉE D'INSPECTIONS DE 1837.
Comme chaque année le tableau des tournées d'inspection des établissement d'enseignement, par les Inspecteurs généraux en binôme, est défini en fin mai.

En mai 1837, les tournées d'inspection sont établies de la manière suivante : 
Les établissements des académies d'Amiens, de Caen, de Douai, de Rouen seront inspectés par Joseph Naudet [1786-1878] et Pierre Louis Marie Bourdon [1779-1854].
Joseph Naudet [1786-1878] est Inspecteur général des études depuis le 21 septembre 1830.
Pierre Louis Marie Bourdon [1779-1854] est Inspecteur général des études depuis le 4 octobre 1835

Les établissements des académies d'Angers, d'Orléans, de Poitiers, de Rennes seront inspectés par Antoine Poullet-Delisle [1778-1849] et Georges Ozaneaux [1795-1852].
Antoine Poullet-Delisle [1778-1849] est Inspecteur général des études depuis le 28 février 1828.
Georges Ozaneaux [1795-1852] est Inspecteur général des études depuis le 14 avril 1837.

Les établissements des académies de Bourges, de Clermont, de Montpellier, de Nîmes seront inspectés par Jacques Matter [1791-1864] et Antoine Augustin Cournot [1801-1877].
Antoine Augustin Cournot [1801-1877], alors recteur de l'académie de Grenoble [5 octobre 1835-septembre 1838] est délégué provisoirement pour cette tournée d'inspection. Sera nommé Inspecteur général des études au 18 septembre 1838, en remplacement de Charles Marie Adrien Blanquet du Chayla [1773-1844], admis à la retraite.

1833. MEMBRE DU JURY D'AGRÉGATION DE PHILOSOPHIE.
En tant qu'Inspecteur général des études, et compte tenu de sa formation, Jacques Matter est choisi pour siéger à Paris, comme membre du jury d'agrégation de philosophie. 

Une première fois du samedi 24 août au tout début septembre 1833.
Sont en 1833, auprès de Victor Cousin [1792-1867], une nouvelle fois, président du jury, membres du jury d'agrégation de philosophie : Frédéric Cuvier [1773-1838], Inspecteur général des études depuis le 31 mars 1831 ; Jacques Matter [1791-1864], Inspecteur général des études depuis le 20 octobre 1832 ; Jean Jacques Séverin* de Cardaillac [1766-1845], inspecteur de l’académie de Paris [1829-1845] depuis le 7 octobre 1829 ; Philibert Damiron [1794-1862], professeur de philosophie au collège royal de Louis-le-Grand, depuis le 30 septembre 1830. 

Un seul candidat est reçu : 
Étienne Vacherot [1809-1897], ancien élève de l'École normale [1827, École préparatoire], professeur de philosophie au collège royal de Cahors [26 octobre 1830-juillet 1832]. 

Refusés à l'agrégation de philosophie en 1833 : 
Auguste Morelle [vers 1809-1887], ancien élève de l’École normale [1827, École préparatoire], chargé du cours de philosophie au collège royal d’Angers ; sera reçu à l’agrégation de philosophie en 1838. François Bonnin [1801-1876], régent de philosophie au collège communal de Bourbon-Vendée ; se présentera de nouveau, mais sans succès, à l'agrégation de philosophie en 1834.   

1834. À NOUVEAU MEMBRE DU JURY D'AGRÉGATION DE PHILOSOPHIE.
De même Jacques Matter fait partie des membres du jury d'agrégation de philosophie qui siègent, du 23 août au tout début septembre 1834, auprès de Victor Cousin [1792-1867], une nouvelle fois, président du jury. 
Sont membres du jury d'agrégation de philosophie en 1834 : Frédéric Cuvier [1773-1838], Inspecteur général des études depuis le 31 mars 1831 ; Jacques Matter [1791-1864], Inspecteur général des études depuis le 20 octobre 1832 ; Jean Jacques Séverin de Cardaillac* [1766-1845], inspecteur de l’académie de Paris [1829-1845] depuis le 7 octobre 1829 ; Pierre Laromiguière [1756-1837], professeur de Philosophie à la Faculté des Lettres de Paris, titulaire de la chaire depuis le 19 septembre 1809.

Sur les huit candidats qui se présentent, deux seulement sont reçus : Marcel Courtade [1803-1873], chargé du cours de philosophie au collège royal d’Auch ; Françis Marie Riaux [1810-1883], élève actuel de l’École normale [1830].

Refusés à l'agrégation de philosophie en 1834 :
Adolphe Bertereau [1811-1879], élève actuel de l’École normale [promotion 1831] ; reçu en 1835. François Bonnin [1801-1876], chargé du cours de philosophie au collège royal de Cahors. Henri Pichard [1811-1884], ancien élève de l’École normale [1830], chargé du cours de philosophie au collège royal de Limoges ; reçu en 1836. Célestin Hippeau [1803-1883], déjà docteur ès-lettres [1833].

1836. MEMBRE DU JURY D'AGRÉGATION DE PHILOSOPHIE POUR LA TROISIÈME FOIS.
Jacques Mater est membre du jury d'agrégation de philosophie une troisième fois, en 1836.

Alors que Victor Cousin est, une nouvelle fois, président du jury, sont membres auprès de lui : Frédéric Cuvier [1773-1838], Inspecteur général des études, depuis le 31 mars 1831 ; Jacques Matter [1791-1864], Inspecteur général des études depuis le 20 octobre 1832 ; Jean Jacques Séverin de Cardaillac [1766-1845], inspecteur de l’académie de Paris [1830-1845] depuis le 7 octobre 1829 ; Philibert* Damiron [1794-1862], professeur de philosophie au collège royal Louis-le-Grand, depuis le 30 septembre 1830. 

Sur dix candidats se présentant en 1836, six sont reçus, à l'agrégation de philosophie : 
dans l'ordre de classement : 
Félix Ravaisson [1813-1900], répétiteur au collège Rollin ; Jules Simon [1814-1896], élève de l’École normale [1833] ; Alfred Lorquet [1815-1883], élève de l’École normale [1833] ; Émile Saisset [1814-1863], élève de l’École normale [1833] ; Marcellin Bontoux [1810-1864], ancien élève de l’École normale [1832], chargé du cours de philosophie au collège royal de Pontivy [Morbihan] ; Henri Pichard [1811-1884], ancien élève de l’École normale [1830], chargé du cours de philosophie au collège royal de Cahors [à partir du 11 janvier 1834 jusqu'au 1er septembre 1836].

Ont été refusés quatre candidats : Pierre Auguste Ménétrel [1812-1899], ancien élève de l’École normale [1832], futur inspecteur d’académie à Périgueux ; Jean Baptiste Marius Ricard [1807-1886], ancien élève de l’École normale [1828], futur inspecteur d’académie à Toulon ; Pierre Auguste Boutron [1813-1874], ancien élève de l’École normale [1833], qui sera reçu en 1845 ; Janel.

1833. MANUEL GÉNÉRAL DE L'INSTRUCTION PRIMAIRE.
Le Manuel général de l'instruction primaire n'est pas un ouvrage mais une revue mensuelle dont le premier numéro, qui porte la date de novembre-décembre 1832, paraît en réalité en janvier 1833.
Le titre complet de la revue est « Manuel général, ou Journal de l'instruction primaire, destiné à guider les instituteurs dans le choix des méthodes et à répandre dans toutes les communes de France les meilleurs principes d'éducation, publié sous la direction d'un inspecteur général des études et de plusieurs autres membres de l'Université ».

C'est le 19 octobre 1832, huit jours après son entrée au ministère de l'Instruction publique et des Cultes [jeudi 11 octobre 1832-samedi 10 novembre 1834], que François Guizot [1787-1874] présente à Louis-Philippe un rapport par lequel il lui proposait « d'autoriser en principe la publication d'un recueil périodique à l'usage des écoles primaires de tous les degrés ; ce recueil devra contenir : 
1° la publication de tous les documents relatifs à l'instruction populaire en France. 
2° la publication de tout ce qui intéresse l'instruction primaire dans les principaux pays du monde civilisé. 
3° l'analyse des ouvrages relatifs à l'instruction primaire. 
4° des conseils et des directions propres à assurer les progrès de cette instruction dans toutes les parties du royaume.
Pour présenter toutes les garanties désirables, cette publication serait confiée à un haut fonctionnaire de l’Université, sous la direction du Conseil royal ».

Louis-Philippe donne son approbation à cette proposition, et par un arrêté du 20 octobre 1832, François Guizot décide « que M. Matter, inspecteur général des éludes, est chargé, sous la surveillance du Conseil royal, de la rédaction du Manuel général de l'instruction primaire ».
Jacques Matter reste en poste quelques mois, jusqu'en mai 1833. Il est remplacé à la direction du Manuel général, à titre provisoire d'abord, par Michel Lorain [1799-1861], professeur de rhétorique au collège Louis-le-Grand, puis définitivement, de janvier 1834 à mars 1837.

François Guizot chargea de sa publication quatre éditeurs parisiens, associés à cet effet, dont les noms figurent sur la page de titre du Manuel général : L. Hachette ; Firmin Didot frères ; F.-G. Levrault ; Jules Renouard. L'imprimeur fut E. Duverger, 4, rue de Verneuil. Le nouvel organe, au format in-8, prit la place du Journal de l'instruction élémentaire, édité par Hachette de novembre 1830 à octobre 1832, qui cessa de paraître. 
En novembre 1834, le titre devient : Manuel général de l'instruction primaire, journal officiel. Le Manuel général, en tant que tel, paraît jusqu'en octobre 1840.

1838. COMMISSION D'EXAMEN DES COMPOSITIONS D'ÉLÈVES LAURÉATS.
Le 9 janvier 1838, le ministre de l'Instruction publique [Narcisse Achille de Salvandy] créé plusieurs commissions : « chargées d'examiner et de comparer les compositions des élèves  des classes de philosophie, de rhétorique et de seconde qui ont remporté des prix dans tous les collèges royaux de France ».

Celle-ci est composée de : « Désiré Nisard* [1806-1888], Maître de conférences à l'École normale, chef du secrétariat, au ministère de l'Instruction publique, président ; Léonor Pierre Gibon  [1799-1859], Maître de conférences à l'École normale ; Philippe Lebas [1794-1860],  Maître de conférences à l'École normale ; Alfred de Wailly [1800-1869], professeur de rhétorique au collège royal de Henri-IV ; Adolphe Régnier [1804-1884], agrégé de seconde au collège royal Saint-Louis ; Hector Lemaire [1810-1871], agrégé de rhétorique au collège royal Bourbon ».

Font partie de la Commission de Philosophie :
« Jacques Matter [1791-1864], Inspecteur général des études, depuis le 20 octobre 1832, président ; Adolphe Garnier [1801-1864], agrégé de philosophie au collège royal Louis-le-Grand ; Marie Nicolas Bouillet [1798-1864], professeur de philosophie au collège royal Henri-IV ; Hector Poret [1799-1864], professeur de philosophie au collège Rollin ; Félix Ravaisson [1813-1900], agrégé de philosophie ».

1840. LES COMMISSIONS D'INSPECTION DES COLLÈGES ROYAUX DE PARIS.
Les inspections commenceront le 6 mars 1840. Six commissions sont formées.

Pour le collège Louis-le-Grand. 
Georges Ozaneaux [1795-1852], président ; Épagomène Viguier [1793-1867] ; François Sulpice Beudant [1787-1850]. 

Pour le collège Henri-IV. 
Joseph Naudet [1786-1878], président ; Pierre Louis Marie Bourdon [1779-1854] ; Jean Jacques Séverin de Cardaillac [1766-1845]. 

Pour le collège Saint-Louis. 
Jean Louis Burnouf [1775-1844], président ; Jean Antoine Auvray [1775- ] ; Jean Claude Eugène Péclet [1793-1857].

Pour le collège Charlemagne. 
Jacques Matter [1791-1864], président ; Antoine Augustin Cournot [1801-1877] ; François Ragon [1795-1872].

Pour le collège Bourbon [Condorcet]. 
Gabriel Fort Dutrey [1792-1870], président ; Charles Cayx [1793-1858] ; Leroy.

Pour les collèges Rollin et Stanislas. 
Nicolas Louis Artaud [1794-1861], président ; Jean Baptiste Firmin* Demonferrand [1795-1844] ; Alexandre Théodore Gaillard [1793-1860].

1846. MEMBRE DE LA COMMISSION D'EXAMEN DES LIVRES.
Narcisse Achille de Salvandy [1795-1856], ministre de l'Instruction publique institue, le 31 janvier 1846, « une commission chargée d'examiner toutes les questions relatives aux livres destinés à l'usage des établissements universitaires, soit quant au mode de procéder  à l'examen de ces livres, soit quant aux formes à donner à l'autorisation dont ils sont l'objet ».

Sont nommés membres de cette commission : Victor Cousin [1792-1867, conseiller titulaire de l'Université, président ; l'abbé Jean Baptiste Glaire [1798-1879], conseiller ordinaire ; Charles Giraud [1802-1881], conseiller ordinaire ; Jean Baptiste André Dumas [1800-1884], conseiller ordinaire ; Joseph Victor Le Clerc [Leclerc] [1789-1865], conseiller ordinaire ; Jean Baptiste Bouillaud [1796-1881], conseiller ordinaire ; Jacques Matter [1791-1864], conseiller ordinaire ; Claude Pouillet [1790-1868, conseiller ordinaire ; Louis Lamotte [1793- ], inspecteur de l'Instruction primaire ; Philibert Guéneau de Mussy [1776-1834]. 

1846. INSPECTEURS VISITANT LES COLLÈGES PARISIENS.
Les commissions sont composées généralement d'Inspecteurs de l'académie de Paris, à chaque fois présidées par un Inspecteur général.
Collège royal de Versailles.
La commission chargée de visiter le collège royal de Versailles est composée de Isidore Geoffroy Saint-Hilaire [1805-1861], Inspecteur général de l'Université, président ; Alexandre Langlois [1788-1854], inspecteur de l'académie de Paris ; Arsène Danton [1814-1869], inspecteur de l'académie de Paris.
La visite commencera le 2 mars 1846

Classes de langues vivantes des collèges de Paris et de Versailles.
Épagomène Viguier [1793-1867], Inspecteur général de l'Université, président ; Jacques Matter [1791-1864], Inspecteur général honoraire, conseiller de l'Université ; Philippe Le Bas [1794-1860], membre de l'Institut, maître de conférences à l'École normale.
La commission commencera le 2 mars son inspection, qui devra être terminée le 21 mars 1846.

SOURCE.
1986. 
Notice « Matter », pages 499-501, dans : Isabelle Havelange, Françoise Huguet, Bernadette Lebedeff.
Les Inspecteurs généraux de l'Instruction publique. Dictionnaire biographique 1802-1914, sous la direction de Guy Caplat.
[Paris : Institut national de recherche pédagogique. Éditions du Cnrs. Collection : Histoire biographique de l’enseignement. In-8, 702 p., 1986].
Fournit les dates précises des nominations, et des renseignements biographiques recueillis grâce au dépouillement des Archives.
Numérisé :
https://www.persee.fr/doc/inrp_0298-5632_1986_ant_11_1_6481

2002. 
Guy Caplat et Bernadette Lebedeff-Chopin : L'Inspection générale de l'enseignement supérieur au XIX ème siècle.
[Paris : Institut national de recherche pédagogique. In-8, 311 p., 2002].
La notice concernant Jacques Matter est numérisée : http://www.persee.fr/doc/inrp_0298-5632_2002_mon_26_1

SITOLOGIE.
Notice sur le Manuel général de l'instruction primaire.
http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3121
 
< Précédent   Suivant >