Accueil arrow Histoire arrow Leconte, Paul Louis (1796-1857) : de l’Inspection académique au rectorat

Tous les articles

Leconte, Paul Louis (1796-1857) : de l’Inspection académique au rectorat Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Censeur, puis Inspecteur d'Académie pendant vingt-cinq ans, la carrière universitaire de Paul Louis Leconte culmine comme recteur départemental de l'Académie du Cantal, d'août 1850 à août 1854.
Né le 2 octobre 1796, à Amiens [Somme] ; mort le 21 octobre 1857.

UNE PÉRIODE D'ENSEIGNEMENT.
Après son baccalauréat ès-lettres, puis sa licence ès-lettres, diplôme qui lui permet d'enseigner, Paul Louis Leconte est nommé régent de troisième au collège d'Abbeville [chef-lieu du département de la Somme, dans l'Académie d'Amiens], en octobre 1818.
Il y reste pendant trois ans jusqu'en novembre 1821.

Puis Paul Louis Leconte est nommé [novembre 1821-juillet 1822] professeur de quatrième au collège royal de Marseille. Alors que l’abbé Arnaud Denans [1760-1841], est proviseur et Lecomte censeur, y sont enseignants Jossaud, pour la philosophie, agrégé de quatrième en 1810, ancien professeur d’humanités; l'abbé Brunet, pour la rhétorique ; Alcouffe, pour la seconde, ancien agrégé à Lyon ; Reynaud, pour la troisième ; Leconte, pour la quatrième ; Trastour pour la cinquième ; Choppart, pour la sixième.

CENSEUR AU COLLÈGE DE MARSEILLE.
Paul Louis Leconte est nommé censeur au collège royal de Marseille, où il était enseignant.
Il succède comme censeur à l'abbé Magloire Alexandre Calmels [1789-1848], ancien vicaire général d'Albi, nommé proviseur du collège royal de Rodez, et qui deviendra ultérieurement recteur de l'Académie de Besançon. Paul Louis Leconte y reste un an, [juin 1822-novembre 1823], puis est nommé à Cahors Inspecteur à l'Académie.

PLUSIEURS POSTES D'INSPECTEUR D'ACADÉMIE.
À Cahors, il travaille auprès du recteur de l'académie, Alexandre Léonard Chavanat, comte de Brioude [1769-1845], recteur de l'Académie de Cahors depuis novembre 1822.  Cette académie comprend les trois départements : Lot ; Lot-et-Garonne ; Gers.
Paul Louis Leconte vient compléter les autres inspecteurs qui assistent le recteur, à savoir Bonnefous et l'abbé Roche.
Paul Louis Leconte reste en poste à Cahors jusqu'en novembre 1825.

Après quoi, en novembre 1825, Paul Louis Leconte est nommé à Inspecteur d'Académie à Besançon, auprès de l'abbé Magloire Alexandre Calmels [1789-1848], recteur de l'Académie de Besançon [septembre 1824-septembre 1830]. L'autre Inspecteur est l'abbé Perruche, ancien proviseur du collège royal de Besançon.
Paul Louis Leconte reste en poste à Besançon jusqu'en octobre 1830.

Paul Louis Leconte est alors nommé en octobre 1830, Inspecteur d'Académie à Rennes. Il y reste quelques mois jusqu'en décembre 1830, puis revient à Cahors, où il est nommé en décembre 1830, auprès de Jean Claude Grancher [1779-1842] recteur dès avril 1830 [jusqu'en octobre 1835].
L'autre Inspecteur de l'Académie est Delpy de la Cipière, déjà inspecteur auprès de l'ancien recteur le comte Alexandre de Chavannat [1769-1845].
Paul Louis Leconte reste en poste à Cahors jusqu'au 1er octobre 1848.
Après quoi, Paul Louis Leconte est mis à la retraite le 1er octobre 1848.

RECTEUR DE L'ACADÉMIE DU CANTAL.
A la suite de la loi Falloux du 15 mars 1850, les académies, jusqu’alors regroupement de départements, voient leur ressort restreint. Conçues pour un encadrement plus étroit du personnel enseignant, elles deviennent strictement départementales et de « petits recteurs », aux attributions réduites, sont nommés.
C’est dans ce cadre, alors que Félix Esquirou de Parieu [1815-1893], est ministre de l'Instruction publique et des cultes sous le gouvernement Hautpoul [octobre 1849-janvier 1851], que Paul Louis Leconte est rappelé en activité, comme recteur départemental de l'Académie du Cantal [dont le siège académique est établi à Aurillac, chef-lieu du département].
Il est assisté simplement d'un secrétaire : Calmejane.

Il reste en fonction sur toute la durée des petits rectorats, août 1850-août 1854, autrement dit jusqu'au rétablissement des académies régionales, décidé par la loi du 14 juin 1854, et complété par le décret impérial du 22 août 1854. L'Académie de Clermont ayant été supprimée en 1848, puis l'Académie du Cantal étant supprimée en 1854, le département du Cantal est alors rattaché à l'Académie de Limoges.

Après quoi Paul Louis Leconte est mis à la retraite, en date du 22 août 1854.

SOURCE.
Jean-François Condette. Les Recteurs d’Académie en France de 1808 à 1940. Tome II, Dictionnaire biographique. [Paris : Institut national de recherche pédagogique. Collection : Histoire biographique de l’enseignement. In-8, 411 p.+3. 2006].

 S'appuyant sur le dépouillement des Archives, fournit les dates précises des nominations, ainsi qu'à de nombreuses reprises des extraits de rapports d'inspection.

 
< Précédent   Suivant >