Accueil arrow Histoire de l'éducation arrow L'École centrale du département de Haute-Loire (Le Puy)

Tous les articles

L'École centrale du département de Haute-Loire (Le Puy) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
DURÉE DE L'ÉCOLE CENTRALE DE HAUTE-LOIRE.
L'École centrale du département de Haute-Loire, établie au Puy, est ouverte à partir de son inauguration le 1er floréal an VI [20 avril 1798], dans des locaux de l'ancien couvent des Capucins, qui deviendront plus tard, ceux du Collège du Puy.
À la suite de la loi du 2 floréal an X [1er mai 1802], votée sous le Consulat, d'après un projet d'Antoine François Fourcroy [1755-1809], établissant les «lycées», un arrêté du préfet décide de la fermeture définitive de l'École centrale du département de Haute-Loire le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804]. 

RÉPARTITION DES ENSEIGNEMENTS.
Selon l'Almanach national de France de l'an VI [1797-1798], les chaires de l'École centrale de Haute-Loire [Le Puy] sont distribuées, selon les trois sections canoniques, de la manière suivante : 

PREMIÈRE SECTION.
Première section ouverte aux élèves ayant au minimum douze ans.
Dessin, Giriat ; Histoire naturelle, X... ; Langues anciennes, Robert.

DEUXIÈME SECTION.
Deuxième section ouverte aux élèves ayant au minimum quatorze ans.
Élements de mathématiques, Rochefort ; Physique et Chimie expérimentale, Pissis.

TROISIÈME SECTION.
Troisième section ouverte aux élèves ayant au minimum seize ans.
Grammaire générale, André ; Belles-Lettres, Barès ; Histoire, Bagès ; Législation, Rabani ; Bibliothécaire, Jamon.

LES TITULAIRES DES CHAIRES.
LE DESSIN.
Giriat, Pierre.
[écrit aussi : Gériat, Claude].
Né à Bourg-en-Bresse. Ancien élève de l'Académie de Peinture et de Sculpture de Paris. Enseigne le dessin auprès d'officiers de différents régiments [1776-1888], d'abord de 1776 à 1780, aux officiers du régiment de la Reine-Dragons ; puis, de 1780 à 1788, à ceux du deuxième régiment des chasseurs des Pyrénées. 
Crée une École de dessin au Puy, dans les locaux de l'Hôtel-de-Ville, avant d'être nommé, sur concours, à l'École centrale du département de la Haute-Loire. Parmi ses concurrents figurent Reboul et Auguste. 
Pierre Giriat assure son enseignement comme professeur de Dessin à l'École centrale du département du Puy-de-Dôme, de l'inauguration de l'École, le 1er floréal an VI [20 avril 1798], jusqu'à la fermeture définitive de l'École, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804]. 
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].

L'HISTOIRE NATURELLE.
Mottet, Pierre Antoine [1748-1824].
[s'écrit aussi Motet, Mollet].
Né en 1748, à Brioude [Auvergne, aujourd'hui département de la Haute-Loire] ; mort au printemps 1824, à Armaux [Yonne].
Ancien ecclésiastique. Prête le serment constitutionnel. Vicaire épiscopal d'Étienne Delcher, élu évêque constitutionnel de la Haute-Loire. 
Ancien élève de la première École normale de l'an III [janvier-mars 1795]. Suit, pour se préparer à son enseignement, avec l'accord du Ministre, les cours de Lamark, de Jussieu, de Lacépède, de Cuvier au Muséum de Paris. 
L'ouverture du cours d'Histoire naturelle n'a lieu qu'en 1801. Pierre Antoine Mottet, titulaire de la chaire d'Histoire naturelle à l'École centrale du département de la Haute-Loire, assure son enseignement jusqu'à la fermeture définitive de l'École, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804].   
Après la suppression de l'École centrale, Pierre Antoine Mottet devient, au Concordat, curé d'Armaux [Yonne].
Auteur de : Les Veillées villageoises ou tableau de la Révolution de France, pour servir d'instruction au peuple, par un citoyen du département de la Haute-Loire [Au Puy : de l'imprimerie de Crespy et Guilhaume. In-12, 100 p., s. d.]. 
Prononce, à l'ouverture de son cours, en l'an IX 1800], un discours, édité : [Le Puy, imprimerie Lacombe. In-8., 30 pp.]. 
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].
 
LES LANGUES ANCIENNES.
Robert-Rochemure, Augustin [1753- ].
[écrit Robert, Augustin].
Né le 11 septembre 1753, à Chanaleilles [Auvergne, aujourd'hui département de Haute-Loire].
Curé de Laval-sur-Doulon au moment où se déclare la Révolution. Prête serment à la Constitution civile du clergé. Nommé curé de la paroisse de Coubon [Haute-Loire] en 1791. Premier titulaire de la chaire de Langues anciennes de l'École centrale du département du Puy-de-Dôme. 
Il y enseigne, sans doute quelques mois, à partir de l'ouverture de l'École, le 1er floréal an VI [20 avril 1798], puis est remplacé, comme professeur de Langues anciennes, par J. M. Depons. 
Auteur de : Essai histori-poétique du pays de Velai [Haute-Loire] et notamment du vieux château de Polignac et de sa banlieue, origine de l'illustre famille de ce nom, et des divinités qu'on y adorait dans le temps, dont on remarque encore plusieurs monuments [Paris : de l'imprimerie de Demonville. In-8, 24 p., 1830]. Dédié au prince de Polignac, tiré à 150 exemplaires.
Abrégé historico-poétique de la ville de Vienne [Isère], ancienne métropole des Allobroges, capitale de l'empire romain dans les Gaules, ensuite des deux royaumes de Bourgogne, aujourd'hui sous-préfecture, avec de courtes notices comparatives, en forme d'épisodes, des grands hommes anciens et récents, surtout de France [Lyon : de l'imprimerie de Perret. In-8, 16 p., 1833]. Texte en vers.

Depons, J.-M.
[dit aussi de Pons de Frugères ; écrit parfois Depont ; Depons ; De Pons].
Nommé en remplacement d'Augustin Robert, premier titulaire de la chaire de Langues anciennes. J. M. Depons assure son enseignement comme professeur de Langues anciennes à l'École centrale du département du Puy-de-Dôme, jusqu'à la fermeture définitive de l'École, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804].  
Après la suppression de l'École centrale, J. M. Depons est nommé professeur de Littérature latine à la Faculté des Lettres de Clermont [avril 1810-1811]. Son cours de Littérature latine porte sur Horace et le genre lyrique, sur l'élégie et la satire.
Auteur de : Cours de latinité. Fables choisies de Phèdre et de Faërne, et autres pièces relatives à la morale, présentées aux jeunes étudiants dans l'ordre qui doit leur être le plus utile [Riom et Clermont : Landriot et Rousset. In-18, 209 p., an VII de la République-1798].
Discours sur les sciences, prononcé par le professeur des langues anciennes, l'ouverture de l'année scolaire, an Xème de la République française, à l'école centrale du Puy-de-Dôme [Clermont : imprimerie de Rousset et Landriot. In-8, (2)-34-(2) pp., 1801]. 
Définition du genre épique, et Essai sur le plan de l'Iliade, par J.-M. de Pons, de Frugère [Clermont-Ferrand : impr. de Landriot et Rousset. In-8, XVI-140 p. an XIII-1804].
Nouvelles observations sur les Fables de La Fontaine [Clermont : impr. de Landriot. In-18, 94 p., 1808].
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].

LES ÉLÉMENTS DE MATHÉMATIQUES.
Beau  
Originaire du Puy. Ancien membre de la Congrégation des Dominicains. Nommé titulaire de la chaire de Mathématiques élémentaires, Beau, n'acceptant pas le poste, est remplacé par Marie Rochefort.

Rochefort, Marie.
Originaire du Puy-de-Dôme. Ancien membre de la Congrégation des Sacramentaires. Ancien professeur au collège de Brioude. Remplace Beau, qui a d'abord été désigné pour le poste de Mathématiques, mais qui a refusé la nomination.
Marie Rochefort assure son enseignement de Mathématiques à l'École centrale du département de la Haute-Loire jusqu'à la fermeture définitive de l'École, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804]. 
Ouvre, le 21 floréal an IX [11 mai 1801], un cours destiné à familiariser les habitants de la Haute-Loire avec le nouveau système des poids et mesures.
Marie Rochefort crée, à l'automne de l'année 1800, un pensionnat près l'École centrale, sous le patronage du préfet Antoine Rabusson-Lamothe [1756-1821]. 
Après la suppression de l'École centrale, Marie Rochefort s'établit comme curé de Sauxillanges [Puy-de-Dôme]. Il y meurt, assassiné dans son presbytère par un aliéné.   
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796]. 

LA PHYSIQUE.
Pissis, Pierre Joseph [1771-1811].
Né en 1771, à Brioude [Auvergne, aujourd'hui département de Haute-Loire] ; mort en février 1811, à Blesle [Haute-Loire].
Docteur en médecine, établi à Brioude. Pierre Joseph Pissis assure son enseignement comme professeur de Physique et Chimie expérimentales à l'École centrale du département du Puy-de-Dôme, de l'inauguration de l'École, le 1er floréal an VI [20 avril 1798], jusqu'à la fermeture définitive de l'École, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804].
Après la suppression de l'École centrale, Pierre Joseph Pissis reprend son activité de médecin.
Publie : Lettre écrite par le citoyen Pissis à la Société populaire de Brioude […] Paris, 21 germinal an II 
(S. l. n. d.) In-4° , 1 p. À propos des accusations qu'il avait portées injustement contre la Commune.
Manuel d'hygiène, par P.-J. Pissis, médecin, professeur de chimie à l'École centrale du département de la Haute-Loire [Au Puy : chez J.-A, Crespy et Gullaume,. In-8, an XI (1803)]. 
Le volume est terminé par le Discours du philosophe Phavorin, tendant à engager une dame illustre à nourrir elle-même ses enfants, traduit du latin d'Aulu-Gelle [Nuits attiques. Livre XII, chapitre 1].
Réédité sous un titre un peu différent : L'Art de conserver sa santé, ou Manuel d'hygiène, par P.-J. Pissis,  médecin, ex-professeur de chimie à l'École centrale du Département de la Haute-Loire
[Paris : Barba, Moreau, Le Brasseur. In-8, 343 p., an XIII-1805)]. De l'air ;  des aliments ;  des excrétions ;  du mouvement ;  du sommeil ;  des saisons et des climats ;  hygiène des gens ; des sexes, des professions, de la beauté.
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].

LA GRAMMAIRE GÉNÉRALE.
Bellemont.
[écrit aussi Belmont].  
Ancien membre de la Congrégation des Génovéfains. Nommé, sans concours, titulaire de la chaire de Grammaire générale, Bellemont, n'acceptant pas le poste, est remplacé par François André.

André, François.
Originaire du Puy. Remplace Bellemont, qui a d'abord été désigné pour le poste de Grammaire générale, mais qui a refusé le poste.
François André occupe, sans concours, cette fonction de professeur de Grammaire générale de l'École centrale du département de la Haute-Loire, de l'ouverture de l'École, le 1er floréal an VI [20 avril 1798], jusqu'à sa fermeture effective, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804].
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].

LES BELLES-LETTRES.
Barrès, Pierre [1766-1838].
[s'écrit aussi Barés ; Barres].
Né le 27 septembre 1766, à Blesle, [Auvergne, aujourd'hui arrondissement de Brioude, département de la Haute-Loire] ; mort en 1838, à Bordeaux [Gironde].
Ancien diacre, au moment de la Révolution. François Dominique est nommé, sans concours, titulaire de la chaire de Belles-lettres à l'École centrale du département de la Haute-Loire. Il occupe cette fonction, de l'ouverture de l'École, le 1er floréal an VI [20 avril 1798], jusqu'à sa fermeture effective, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804].
Après la suppression de l'École centrale, Pierre Barrès est nommé Secrétaire général de la Préfecture de Haute-Loire, fonction qu'il occupe pendant seize ans. 
Se retire au grand séminaire de Bordeaux, où il est ordonné prêtre. Devient professeur de Théologie à la Faculté de Théologie, puis grand vicaire des archevêques d'Aviau, de Chéverus et Donnet.
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].

L'HISTOIRE.
Bagès, Pierre [ -1826]. 
[s'écrit aussi Boges ; Bages ; Bagis].
Né à Brioude [Auvergne, aujourd'hui département de la Haute-Loire] ; mort à Brioude, en 1826. 
Ecclésiastique. Ancien professeur au Collège de Brioude. 
Titulaire, sans concours, de la chaire d'Histoire, à l'École centrale du département de la Haute-Loire, Pierre Bagès occupe cette fonction, de l'ouverture de l'École, le 1er floréal an VI [20 avril 1798], jusqu'à sa fermeture effective, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804].
Après la suppression de l'École centrale, Pierre Bagès est nommé proviseur du collège du Puy [1805-1806].
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].

LA LÉGISLATION.
Rabany-Vigier, Claude [1755-1851].  
[écrit parfois Rasbani ; Rabani].
Claude Rabany est le frère du littérateur Antoine Rabany-Beauregard [1762-1843]. 
Né à Brioude [Auvergne, aujourd'hui département de la Haute-Loire]. Ancien moine de l'ordre des Bénédictins. 
Titulaire, sans concours, de la chaire de Législation, à l'École centrale du département de la Haute-Loire, Claude Rabany occupe cette fonction, de l'ouverture de l'École, le 1er floréal an VI [20 avril 1798], jusqu'à sa fermeture effective, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804].
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].

LE BIBLIOTHÉCAIRE.
Jamon, François Dominique [1742- ].
Né le 29 avril 1742, à Montfaucon-du-Velay [Haute-Loire]. 
Ancien élève des Jésuites. Régent de cinquième au collège de Saint-Flour. Ancien directeur de l'atelier de salpêtre, puis Commissaire du pouvoir exécutif près l'administration municipale [1795]. Membre du premier Jury d'Instruction, avec Livinhac et Gueyffier-Talairat.  
Est nommé ensuite, sans concours, Bibliothécaire de l'École centrale du département de la Haute-Loire.
François Dominique Jamon occupe cette fonction, de l'ouverture de l'École, le 1er floréal an VI [20 avril 1798], jusqu'à sa fermeture effective, le 15 fructidor an XII [2 septembre 1804].
Membre de la Société libre d'Agriculture de Haute-Loire, à sa création le 14 ventôse an IV [4 mars 1796].

SOURCE.
https://archive.org/stream/lecolecentraled00mosngoog/lecolecentraled00mosngoog_djvu.txt
 
< Précédent   Suivant >