Accueil arrow Histoire arrow Hallberg, Louis Eugène (1839-1921), professeur de Littérature étrangère à Toulouse

Tous les articles

Hallberg, Louis Eugène (1839-1921), professeur de Littérature étrangère à Toulouse Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Hallberg, Louis Eugène (1839-1921), professeur de Littérature étrangère à Toulouse
Page 2

1879. LE PROJET ÉDITORIAL D'ALPHONSE LEMERRE.
Louis Eugène Hallberg s'intègre dans une démarche éditoriale systématique d'Alphonse Lemerre [1838-1912]. Ce dernier n'est pas seulement l'éditeur des Parnassiens, ce par quoi il est souvent cité dans l'histoire de l'édition française.
Alphonse Lemerre mène à bien l'édition d'une sorte de collection d'ouvrages synthétiques < d'Histoire >.

Ainsi, en 1876, une Histoire ancienne des Peuples de l'Orient, jusqu'au premier siècle avant notre ère, de l'historien Paul Gaffarel [1843-1920], professeur à la Faculté des Lettres de Dijon. [Paul Gaffarel, en Histoire,  et Louis Petit de Julleville, en Littérature française, ont été les collègues de Hallberg à Dijon].
En 1875, une Histoire grecque*, par Louis Petit de Julleville [1841-1900], professeur à la Faculté des lettres de Dijon. [Louis Petit de Julleville, en Littérature française, et Paul Gaffarel, en Histoire, ont été les collègues de Hallberg à Dijon].
En 1875, une Histoire romaine, par Eugène Talbot [1814-1894], docteur ès-lettres, professeur de rhétorique au lycée Fontanes [Condorcet].
En 1879-1882, une Histoire d'Israël, en deux volumes, par Eugène Ledrain [1844-1910], chargé du catalogue des antiquités égyptiennes à la Bibliothèque nationale.
En 1876, une Histoire du Moyen Âge, [par Pierre Gosset], etc.

Une place est réservée à < l'Histoire des littératures > :
En 1881, °Histoire de la littérature grecque, par Eugène Talbot [1814-1894], docteur ès-lettres, professeur de rhétorique au lycée Fontanes, membre du Conseil académique de Paris.
En 1883, Histoire de la littérature romaine, par Eugène Talbot.
En 1878, Histoire de la littérature française, par Charles Antoine Gidel [1827-1900] futur proviseur du lycée Louis-le-Grand, en cinq volumes : Depuis son origine jusqu'à la Renaissance [1878] ; depuis la Renaissance jusqu'à la fin du XVII ème siècle [1882] ; depuis la fin du XVII ème siècle jusqu'en 1815 [1883] ; depuis 1815 jusqu'à nos jours [1888].

C'est dans ce cadre que prend place, en 1879, l'Histoire des Littératures étrangères, depuis leurs origines jusqu'en 1850, de Louis Eugène Hallberg, prévue initialement en quatre volumes.

1879. HISTOIRE DES LITTÉRATURES ÉTRANGÈRES. PREMIER VOLUME.
Histoire des Littératures étrangères, depuis leurs origines jusqu'en 1850. Littérature scandinave, allemande, hollandaise, par Eugène Hallberg, professeur à la Faculté des lettres de Toulouse [Paris : Alphonse Lemerre, éditeur, 27-31 Passage Choiseul. In-18, IV-382 p., 1879]. Index.

Dans l'Avis, qui précède la Préface, et rédigé après-coup, Louis Eugène Hallberg fournit une nouvelle division de l'ouvrage :
Premier volume. Littératures du Nord, première et deuxième partie [scandinave, allemande, hollandaise].
Deuxième volume. Littératures du Nord, troisième et quatrième partie [anglaise, anglo-américaine et slave].
Troisième volume. Littératures du Midi, première et deuxième partie [littératures grecque moderne et italienne].
Quatrième volume. Littératures du Midi, troisième et quatrième partie [espagnole, portugaise et brésilienne].
Seuls paraîtront le premier et deuxième volume.

1880. HISTOIRE DES LITTÉRATURES ÉTRANGÈRES. DEUXIÈME VOLUME.
°Histoire des Littératures étrangères. Littératures anglaise-slave, depuis leurs origines jusqu'en 1850 par Eugène Hallberg [Paris : Alphonse Lemerre, éditeur, 27-31 Passage Choiseul. In-18, II-397 p., 1880].

JUILLET 1880. ÉLECTION À L'ACADÉMIE DE TOULOUSE.
Louis Eugène Hallier, établi à Toulouse déjà depuis deux ans comme professeur de Littérature étrangère à la Faculté des Lettres, ayant posé sa candidature auprès de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, pour la Classe des Inscriptions et Belles-Lettres, cette candidature est examinée dans la séance du jeudi 22 juillet 1880.

En effet l'Académie avait déclaré deux places vacantes. Alors qu'Alfred Duméril [1825-1897] est président, l'Académie entend le Rapport fait par Roger Lallier [1845-1884], sur les titres et les ouvrages d'Hallberg. Les conclusions de ce rapport sont favorables.
Il est procédé au scrutin. < M. Hallberg ayant obtenu le nombre de suffrages exigé par les règlements, M. le Président le proclame associé ordinaire, en remplacement de M. Léon Brédif, passé correspondant >.

Léon Brédif [1835-1909] a quitté Toulouse, ayant été nommé, le 15 avril 1879, recteur de l'académie de Chambéry, où il restera en poste jusqu'en décembre 1888.
Ancien élève de l'École normale supérieure [1854], agrégé des lettres [1857], docteur ès-lettres [1863]. Après différents postes [Coutances, 1857 ; Caen, 1859 ; Évreux, 1862 ; Alger, 1862 ; Poitiers, 1866], Léon Brédif est nommé professeur de Littérature ancienne à la Faculté des Lettres de Montpellier [1869-1873], puis à la Faculté des Lettres de Toulouse [1873-1879].
Après le poste de recteur à Chambéry, Brédif est nommé recteur de l'académie de Besançon [décembre 1888-novembre 1899] où il reste jusqu'à sa retraite.

MÉMOIRES ET COMMUNICATIONS À L'ACADÉMIE DE TOULOUSE.
Au lendemain de son élection en juillet 1880, Louis Eugène Hallberg, en <académicien modèle>, non seulement participe très régulièrement aux réunions de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, effectue des compte-rendus d'ouvrages, mais s'inscrit aussi dans le tableau de l'ordre du travail, et au moins une fois par an contribue à la vie académique par un Mémoire, ou une Communication, lue en séance.
Ainsi se répartissent, de 1881 à 1912, une vingtaine d'interventions.

1881.
Mémoire : Frédéric II considéré comme historien, d'après les travaux les plus récents de la critique allemande. Lu dans la séance du 13 janvier 1881.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. 1881. Pages 110-123.

1882.
Mémoire : Sur le système de l'Éducation nouvelle du philosophe allemand Fichte.
19 janvier 1882.

1883.
Mémoire : Varnhagen von Ense [1785-1858] esquisse biographique. Lu dans la séance du 11 janvier 1883*.

1884.
Communication : analyse et appréciation d'un manuscrit allemand du XIV ème siècle : Révélations de la sœur Adélaïde Langmann, religieuse au couvent d'Engelthal [près de Nuremberg, en Bavière]. Lue dans la séance du 10 janvier 1884*.

1885.
Mémoire : Les revues allemandes au XVIII ème siècle. Lu dans la séance du 29 janvier 1885.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Huitième série. Année 1885. Tome VII, premier semestre, pages 176 sq.

1886.
Communication : Les chants de guerre des Allemands du XVII ème et XVIII ème siècle. Lue le 21 janvier 1886.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Huitième série. Tome VIII. Année 1886.
Édité en tiré à part [Toulouse : impr. Douladoure-Privat. In-8, 24 p., s.d.].

1888.
Communication : Étude littéraire et psychologique sur le suicide de deux allemands, la chanoinesse Gunderode, en 1806, et Henri de Kleist, en 1811. Lue le 26 janvier 1888.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Année 1888, page 267.

1889.
Communication :Trois utopistes anglais [Thomas Morus, François Godwin et Mrs Manley]. Lue dans la séance du 17 janvier 1889.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Tome XI. Année 1889. Page 195 sq.
Édité en tiré à part [Toulouse : impr. Douladoure-Privat. In-8, 20 p., s.d.].

1890.
Mémoire : La première jeunesse de Goethe ; son séjour à Leipzig d'après sa correspondance. Lu dans la séance du 2 janvier 1890.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome II. Année 1890. Pages 107 sq.
Édité en tiré à part [Toulouse : impr. Douladoure-Privat. In-8, 20 p., s.d.].

1891.
Communication :La Révolution française, jugée par un Allemand. Lecture faite le 15 janvier 1891.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Tome III. Année 1891. Pages 58 sq.
Édité en tiré à part [Toulouse : impr. Douladoure-Privat. In-8, 20 p., s.d.].

1893.
Mémoire : Les Académies littéraires en Italie et en Allemagne au XVII ème siècle. Lu dans la séance du 12 janvier 1893.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome V. Année 1893. Pages 52 sq.

1894.
Mémoire : Guillaume Tell au théâtre. Lu le 11 janvier 1894.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome VI. Année 1894. Pages 124 sq.

1895.
L'Allemagne en 1848. Lu dans la séance du 10 janvier 1895.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome VII. Année 1895. Pages 93 sq.
Édité en tiré à part [Toulouse : impr. Douladoure-Privat. In-8, 24 p., s.d.].

La Littérature humoristique en Allemagne. Les propos de table de Luther.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome VII. Année 1895. Pages 541 sq.

1896.
Mémoire : Le drame lyrique au point de vue littéraire. Lu dans la séance du 16 janvier, 1896.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome VIII. Pages 153 sq.

1897.
Mémoire : La pédagogie de Goethe d'après ses Mémoires [Poésie et Vérité]. Lu dans la séance du 14 janvier 1897.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome IX. Pages 118 sq.
1898.
Communication : Un chapitre supplémentaire à l'histoire de la querelle des anciens et des modernes. Lue dans la séance du 27 janvier 1898.
Ce texte a été lu également à l'Académie des Jeux Floraux en 1894.

1900.
Communication : Quelques observations sur la prosodie française. Lue dans la séance du 11 janvier 1900.

1903.
Communication : Note sur la genèse des quatre épopées chrétiennes. Lue dans la séance du 14 mai 1903.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Dixième série. Tome III. Pages 245 sq.

1905.
Mémoire : La Réforme de l'éducation d'après un humoriste allemand [Jean Paul Frederik Richter et sa Levana. Lu dans la séance du 30 mars 1905.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Dixième série. Tome V. Année 1905. Pages 82 sq.

1906.
Mémoire : La Réforme de l'éducation d'après un humoriste allemand, deuxième partie [Jean Paul Frederik Richter et sa Levana. Deuxième partie. Lu dans la séance du 29 mars 1906.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Dixième série. Tome VI. Année 1906. Pages 380 sq.

1907.
Mémoire : La Réforme de l'éducation d'après un humoriste allemand, deuxième partie [Jean Paul Frederik Richter et sa Levana. Troisième partie. Lu le 18 avril 1907.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Dixième série. Tome VII. Année 1907. Pages 104 sq.

1909.
Communication : D'Alger à Laghouat, notes et impressions de voyage. Lu le 17 décembre 1909.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Dixième série. Tome IX. Année 1909. Pages 85 sq.

1911.
Les Légendes alsaciennes relatives à Strasbourg. Lu le 4 mai 1911.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Dixième série. Tome XI. Année 1911. Pages 209 sq.

1912.
Communication : Répercussion en Allemagne de la révolution française de 1848. Lue dans la séance du 19 décembre 1912.
Cette communication fait l'objet d'un bref compte-rendu dans l'Express du Midi, organe quotidien de Défense sociale et religieuse, par les soins d'Alfred Duméril, le secrétaire perpétuel de l'Académie.

1881. ÉLOGE DE CALDERON.
Une partie des cours d'Hallberg, à la Faculté des Lettres, porte sur la littérature espagnole en Allemagne. À ce titre il est en relation avec la communauté espagnole établie à Toulouse. Cette dernière le charge officieusement, en avril 1881, d'annoncer à l'Académie de Toulouse, la célébration du  deuxième centenaire de Calderon.
Il est directement sollicité pour participer à la célébration de ce deuxième centenaire, qui se tiendra en même temps à Madrid et à Toulouse. Hallberg, le 22 mai 1881, prononce l'Éloge de Calderon au théâtre du Capitole.
Publié :  Éloge de Calderon : prononcé au grand théâtre du Capitole à Toulouse à l'occasion de la fête de son deuxième centenaire, le 22 mai 1881 [Toulouse :  - Imprimerie H. Montaubin. In-8, 22 p., 1881].
Hallberg fera l'hommage de cette brochure à l'Académie de Toulouse.

1886. UNE INCURSION DANS LA LITTÉRATURE ENFANTINE.
Le La Fontaine des enfants, petites leçons de morale pratique, d'après les meilleures fables de La Fontaine, disposées dans un ordre méthodique et commentées par L. E. Hallberg [Paris : Charavay, 4 rue de Furstenberg. In-8. Collection Bibliothèque d'éducation moderne. VIII-150 p., 1886]. Ouvrage illustré.

Cette collection comprend beaucoup d'ouvrages historiques autour de la Révolution française, ainsi que des morceaux choisis [de Mirabeau, de Rousseau].

1889. MAINTENEUR DE L'ACADÉMIE DES JEUX FLORAUX.
Habitant à Toulouse, ce qui est une règle imposée pour pouvoir être pressenti, Louis Eugène Hallberg est élu, en 1889, l'un des quarante, < mainteneur des jeux floraux >, au fauteuil 18. Il prend possession de son fauteuil le 27 janvier 1889, en prononçant un discours sur le Rôle de la poésie dans l'éducation.
« Tout le monde ne peut pas être poète, disait-il, mais tous nous pouvons, nous devons demander à la poésie - et surtout dans les temps de notre jeunesse - les consolations et les vertus dont elle est l'auguste dispensatrice ».
Ce discours et sa réponse aux remerciements du zoologue Gaston Moquin-Tandon [1845-1929] sont insérés au Recueil [1889-1890].

Hallberg succède au magistrat et poète Albert Villeneuve [1806-1887], conseiller à la cour d'Appel, élu en 1868.
Il sera remplacé en 1922 par le juriste Étienne Ernest Hippolyte* Perreau [1870-1943].

Il participe à la vie de la société, en faisant la lecture de plusieurs travaux.
Ainsi, en 1899-1900 : La première jeunesse de Henri Heine ; Les Déclassés dans la vie moderne.

Après son décès, le 15 septembre 1921, un Éloge funèbre de M. Eugène Hallberg, par Émile Thouverez, sera lu en séance publique de l'Académie des Jeux floraux, le 11 juin 1922. Publié en 1923 [Toulouse : Douladoure. In-8, 27 p., 1923].
Émile Thouverez [1862-1939], lui aussi ancien élève de l'École normale [1882] est professeur de Philosophie à la Faculté des Lettres de Toulouse. C'est lui qui succèdera à Hallberg en juin 1910, dans son fauteuil de la Classe des Inscriptions et Belles-Lettres, lorsque ce dernier, s'établissant à sa retraite à Albas, quittera le statut de membre résidant, pour celui de membre associé.

DIFFÉRENTES FONCTIONS AUPRÈS DE L'ACADÉMIE DE TOULOUSE.
L'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, a constitué en son sein, deux comités : un Comité de librairie et d'impression : un Comité économique, chacun de six membres. Fonctionne également une Bibliothèque, avec un ou deux bibliothécaires. Le Président de l'Académie désigne aussi un Économe.
Louis Eugène Hallberg a participé à l'un et l'autre de ces comités et a assuré également les fonctions de Bibliothécaire et d'Économe.

Ainsi en 1881, Hallberg est nommé membre du comité économique de l'Académie. Il siège avec Forestier et Melliès.

HALLBERG, PRÉSIDENT DE L'ACADÉMIE.
À deux reprises, de novembre 1895 à juin 1896, et de novembre 1896 à juin 1897 Louis Eugène Hallberg préside l'Académie.

À ce titre, il prononce le discours d'usage dans la séance publique annuelle : < Galerie de Présidents >. Discours de Hallberg, Président, prononcé dans la séance publique de l'Académie, tenue au Capitole, salle de l'Académie, le dimanche 31 mai 1896.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome VIII. Pages 581 sq.

Il prononce également le discours d'usage lorsqu'il quitte la présidence : L'Académicien modèle. Discours prononcé par Hallberg, quittant la présidence, dans la séance publique du dimanche 13 juin 1897.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Neuvième série. Tome IX. Pages 465 sq.

LES ÉLOGES À L'ACADÉMIE DES SCIENCES, INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES.
Au décès des membres, généralement les plus importants de la Société, des Éloges sont prononcés. Hallberg est amené à prononcer les éloges d'Émilien Hamel, d'Alfred Duméril, d'André Jacques Eugène Deschamps, de Ferdinand Delavigne, professeur de Littérature française, et doyen à la Faculté des Lettres de Toulouse.

1889.
Émilien Hamel [1809-1889], professeur de Littérature grecque à la Faculté des Lettres de Toulouse, comme professeur suppléant de 1832 à 1837, de Fleury l'Écluse, puis chargé de cours de 1837 à 1839, professeur titulaire de 1839 à 1863. La chaire de Littérature latine et de Littérature grecque fusionnant en 1863, Hamel devient titulaire de la nouvelle chaire de Littérature ancienne, jusqu'en 1973, date à laquelle il prend sa retraite.
Décédé le 21 mars 1889
Hallberg prononce son Éloge. Le texte est publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Tome XI, année 1889. Et repris en tiré à part [Toulouse : Impr. Douladoure-Privat. in-8, 12 p., s. d.].

1898.
Au cours de la séance publique annuelle du 5 juin 1898, de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, Hallberg prononce l'Éloge d'Alfred Duméril.
Le texte est publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 1898, et repris en tiré à part [Toulouse : Impr. Douladoure-Privat. In-8, 20 p., 1898].
Le texte de l'éloge, avait été lu dans la séance du 2 juin 1898, et approuvé.

Alfred Duméril [1825-1897], décédé le 16 août 1897.
Ancien élève de l'École normale [1843], agrégation d'histoire [1846]. Professeur  d'histoire à Limoges [1846] ; Rennes [1850] ; Brest [1853] ; Saint-Omer [1854], Douai. Docteur ès-lettres [1856], professeur d'Histoire à la Faculté des Lettres de Toulouse [1874], doyen de la Faculté de Toulouse [1880-1892]. Directeur de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse [1879-1882]. Secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse.

1902.
Au cours de la séance publique annuelle du 25 mai 1902, de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, Hallberg prononce l'Éloge de Deschamps.
Le texte est publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Dixième série Tome II. 1902, page 32 sq.

André Jacques Eugène Deschamps [1820-1899], enseignant, puis censeur des études au lycée de Nîmes, est associé ordinaire de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse en 1886. Il est décédé en décembre 1899.

1890. L'ANNÉE DES POÈTES.
En 1890, le poète et romancier Charles Fuster [1866-1929] publie le premier volume de l'Année des Poètes [Paris : Au Semeur, 92 boulevard de Port-Royal. in-12, 324 p., 1890] qui paraîtra de 1890 à 1897. Il s'explique sur cette publication :
« Après la fatigue d'oeuvres indigestes et la faillite du roman « documentaire », nous avons eu cette année, les signes évidents d'un réveil, sinon moral et religieux, - comme l'ont affirmé quelques uns, - du moins sentimental et lyrique. On glorifie Jeanne d'Arc ; on fait fête à la Fille de Roland ; on dresse l'apothéose de la poésie en acclamant Lamartine : c'est la renaissance.
Nous avons choisi cet instant pour commencer la publication de l'Année des Poètes ».

Louis Eugène Hallberg figure dans ces < morceaux choisis > qui recueillent environ deux cents auteurs, avec un poème en alexandrins intitulé Le grand Semeur.

1910. ASSOCIÉ LIBRE DE L'ACADÉMIE DE TOULOUSE.
Devenu professeur honoraire en 1909, quittant Toulouse pour s'installer à Albas, Louis Eugène Hallberg demande à quitter son statut de membre résidant, pour devenir en 1910, associé libre.

Sont alors également associés libres : depuis 1897, Gaston Moquin-Tandon [1845-1929], professeur à la Faculté des Sciences, associé ordinaire en 1886 ; depuis 1908, Victor Parant [1848-1924], docteur en médecine, directeur de la maison de santé des aliénés, associé ordinaire en 1886, et le chimiste Aristide Frébault [1842-1929], professeur honoraire à la Faculté de médecine, associé ordinaire en 1885.

AUTRES ACTIVITÉS ENSEIGNANTES.
Louis Eugène Hallberg fut l'un des promoteurs de l'enseignement des jeunes filles à Toulouse. Le premier promoteur des cours de la rue Baour-Lormian qui précédèrent la création du Lycée de la rue Royale [rue Gatien-Arnoult].
Professe également quelques années un cours de langue allemande à l'École vétérinaire.

1899. SAINTE MATHILDE.
Louis Eugène Hallberg, fait paraître en 1899, une Sainte Mathilde, reine de Germanie [Paris : librairie Victor Lecoffre, rue Bonaparte, 90. XXXII-176 p.,1899].
C'est le premier volume d'une collection intitulée <Les Saints>, dirigée par Henri Joly, et qui comprend une vingtaine de titres : un Saint Basile [Paul Allard] ; un Saint Ambroise [duc de Broglie] ; un Saint Dominique [Jean Guiraud], etc...

Henri Joly [1839-1925] est un ancien élève de l'École normale supérieure [1860], agrégé de philosophie [1863], professeur de Philosophie à la Faculté des Lettres de Dijon, comme chargé du cours [1871-1873], puis comme professeur titulaire de la chaire [1873-1880]. Maître de conférences de philosophie à la Faculté des Lettres de Paris, suppléant d'Elme Marie Caro [1826-1887], à la Faculté des Lettres de Paris [1881-1886], suppléant d'Adolphe Franck [1809-1887] au collège de France, dans la chaire du Droit de la nature et des gens [1886-1887], jusqu'à la suppression de la chaire transformée en chaire de Psychologie expérimentale et comparée.
C'est Henry Joly qui rédigera la notice nécrologique d'Hallberg dans le Bulletin de l'Association amicale des Anciens élèves de l'École normale.


<!--EndFragment-->
Réédité en 1899, comme deuxième puis comme troisième édition [Paris : V. Lecoffre. In-12, XXXII-176 p., 1899], puis en 1910, comme cinquième édition ; en 1920, comme sixième édition [Paris : J. Gabalda.  In-12, XXXII-176 p., 1920].
L'ouvrage est traduit en italien, en espagnol.

AUTRES PUBLICATIONS.
Justini. Historiae philipicae ex Trogo Pompeio. Nouvelle édition imprimée en gros caractères, avec des notes historiques, géographiques et grammaticales en français, par M. Hallberg, professeur agrégé de l'Université [Paris : Librairie Eugène Belin. In-18, 288 p., 1878]. Réédité en 1880.

Alliance française : conférence faite au théâtre de Cahors, le 22 février 1885 [Cahors : J. Girma. In-8, 32 p., 1885].

Poésies lyriques de Goethe et de Schiller. Extraits publiés avec notice, sommaires et notes, par Eugène Hallberg [Paris : V. Lecoffre. In-18, 204 p., 1900].

REVUES.
Revue politique et littéraire, revue des cours littéraires :
La Mythologie du Nord : cours à la Faculté des Lettres de Dijon en Littérature étrangère - pp. 30-35 - de la [Paris :  Revue politique et littéraire, revue des cours littéraires. Deuxième série, n° 28, 8 janvier 1876] pages 30-35. 

Études nouvelles sur l'Orient : l'éducation en Turquie et en Perse. Publié en tiré à part [Paris. In-4, 4 p., 1877].

Revue de l'Instruction publique.
Sur une réforme de l'enseignement des langues et des littératures étrangères dans les Facultés des lettres, par M. Hallberg. Revue de l'instruction publique.
Publié en tiré à part [Paris : imprimerie de Lahure. In-8, 8 p., 1877].

Annales de la Faculté des Lettres de Toulouse.
La critique littéraire chez Goethe [Annales de la Faculté des Lettres de Toulouse. Tome 2, n° 4. 8 décembre 1893].

Revue de l'enseignement des langues vivantes.
Introduction à une Étude des préfixes et des particules, ou théorie de la composition et de la juxtaposition des verbes allemands [Le Havre : imprimerie du journal Le Havre. In-8, 4 p., s. d.].
La Revue a été fondée en 1884 par Auguste Wolfromm.

DÉCORATION.
Mérite agricole, 1889.
Chevalier de la Légion d'honneur, 1895.

ILLUSTRATION.
Le portrait photographique qui illustre cette notice est placé en tête de l'Éloge de M. Eugène Hallberg, par M. J. Crouzel, publié dans le fascicule de l'année 1922 des Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse.

SOURCE.
Éloge de M. Eugène Hallberg, par M. J. Crouzel. Pages 13 sq.
Mémoires de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. Onzième série. Onzième série. Tome X. 1922. [Toulouse : Les frères Douladoure imprimeurs, 39 rue Saint-Rome. In-8, 1822]. Pages 13 sq.
Jacques Crouzel, docteur en droit [1879], est Bibliothécaire en chef de la Bibliothèque universitaire. Il est membre de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse depuis 1890.

Notice nécrologique dans le Bulletin de l'Association amicale des Anciens élèves de l'École normale [Henri Joly, 1922, 69-72].









 






 


 





 








 



 
< Précédent   Suivant >