Accueil arrow Femmes arrow Germain Lecomte [1797-1864], de l’École normale au rectorat

A lire aussi

Tous les articles

Germain Lecomte [1797-1864], de l’École normale au rectorat Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Après seize ans d’enseignement [1818-1834], des fonctions administratives d’encadrement sont confiées à Germain Lecomte : successivement Inspecteur d’académie [1834], et à deux reprises Recteur d’académie, à Grenoble [1843], puis à Orléans [1845], avec un passage de sept ans comme proviseur [1836-1843]. La concentration des académies décidée par le ministre Achille de Vaulabelle en 1848, met fin prématurément à sa carrière.

 

LECOMTE, Germain [Marie].  
[1797-1864]. Né le 12 mars 1797, à Paris ; mort le 29 avril 1864, à Orléans.

Élève boursier du lycée impérial à Paris [aujourd’hui Lycée Louis-le-Grand].

1815. ANCIEN ÉLÈVE DE L’ÉCOLE NORMALE.
Ancien élève de l’École normale [décembre 1815], école qui après la Restauration connaît un nouveau chef de l’École, en la personne du médecin François Guéneau de Mussy [1774-1857], en remplacement de Pierre Guéroult [1744-1821], directeur de l’École depuis 1810.
Sont reçus cette année, dans la section lettres, dans l’ordre alphabétique : Étienne Bouchez ; Jean Ignace Bourgon ; Jean Cabaret-Dupaty ; N. Charles Chanlaire ; Laurent Pierre Delcasso ; Jean Marc Giffard ; Pierre Guyot ; Lavigne ; Germain Lecomte ; P.-L. Le Conte; J. Augustin Léger; Philippe Leterrier ; Louis Motté ; Abel Robert.

1815-1821. ENSEIGNANT AU COLLÈGE ROYAL DE CAEN.
Après l’École normale, dont la durée des études a été portée à trois ans, Lecomte est nommé chargé des classes de seconde au collège royal de Caen [mars 1818] en tant qu’agrégé maître d’études. Il s’agit d’une agrégation décidée par l’autorité centrale à la suite d’une demande du proviseur de l’établissement, l’agrégation des lettres proprement dite, sous forme de concours n’existant qu’à partir de 1821.
Puis Germain Lecomte est chargé de rhétorique [septembre 1818-novembre 1820], professeur de cinquième [novembre 1820-septembre 1821].
En 1821, avec le patronnage de Charles Loyson [1791-1819], lui aussi ancien élève de l’École normale [1811] et alors inspecteur d’académie, Germain Lecomte est nommé professeur de cinquième puis professeur de rhétorique au collège royal d’Orléans.
Il reste dans cette fonction jusqu’en septembre 1834, date à laquelle il est nommé inspecteur d’académie. Il est remplacé dans son poste d’enseignant par Louis Dumaige [1810-1864], ancien élève de l’École normale [1827] et agrégé des lettres [1830].

1834. INSPECTEUR D’ACADÉMIE.
De septembre 1834 à septembre 1836, est inspecteur d’académie à Orléans.

1836. PROVISEUR DU LYCÉE D’ORLÉANS.
Germain Lecomte est nommé proviseur au collège royal d’Orléans en septembre 1836. Il reste en poste jusqu’en septembre 1843.

1843-1845. RECTEUR DE L’ACADÉMIE DE GRENOBLE.
Fin septembre 1843, Germain Lecomte est nommé, comme premier poste de rectorat, recteur de l’Académie de Grenoble [qui recouvre à cette époque les départements des Hautes-Alpes, de la Drôme, et de l’Isère].
Il y remplace Joseph Avignon [1799-1867], qui y a été recteur de 1839 à 1843, dont c’était aussi le premier poste et qui vient d’être promu à Bordeaux.
Les inspecteurs d’académie  sont alors : Soullié et Thomas Dizy.
Germain Lecomte reste en poste jusqu’en mars 1845, puis est nommé à Orléans. Il est remplacé par Thomas Dizy [1799-1887] qui a été inspecteur d’académie à Grenoble de 1838 à 1842, puis en charge de l’administration du lycée de Grenoble de 1842 à 1845.

1845-1848. RECTEUR DE L’ACADÉMIE D’ORLÉANS.
Nommé le 19 février 1845, recteur de l’Académie d’Orléans [dont le ressort comprend les départements de l’Indre-et-Loire, du Loiret, et du Loir-et-Cher].
Il y succède à Prosper Auguste Poulain de Bossay [1798-1876], recteur de l’Académie d’Orléans de septembre 1839 à février 1845, et qui vient d’être nommé proviseur du collège Saint-Louis,  tout en étant recteur honoraire de l’Académie d’Orléans.
Louis François Dumaige [1810-1864] et Eugène Desroziers [1802-1876] sont les Inspecteurs d’académie.
 
1848. SUPPRESSION DE L’ACADÉMIE D’ORLÉANS.
Mais à la suite de la Révolution de 1848, au moment de la création des vingt académies républicaines par la loi du 7 septembre 1848, un certain nombres d’académies sont supprimées, alors qu’Achille de Vaulabelle [1799-1879], est ministre de l'Instruction publique et des cultes [5 juillet 1848-13 octobre 1848].
L’Académie d’Orléans est supprimée, par un arrêté du 7 septembre 1848 [et ne sera recréée qu’en décembre 1961, sous l’appellation d’Académie d’Orléans, puis celle d’Orléans-Tours].
Germain Lecomte est mis en disponibilité à partir du 30 septembre 1848, et admis à la retraite le 31 décembre 1848, avec le titre de recteur honoraire. Il alors cinquante et un ans.

1849-1864. UNE RETRAITE ACTIVE.
Germain Lecomte occupe sa retraite avec toute une série d’activités ; membre de la commission des Hospices d’Orléans, du bureau de l’assistance judiciaire près la Cour impériale, président du conseil d’administration de la Crèche.
Il consacre aussi son temps à des activités universitaires : il siège au bureau d’administration du lycée d’Orléans, à la commission d’examen pour les aspirants au brevet de capacité, préside la commission de surveillance de l’École normale primaire.
Enfin, en 1857, 1858 et 1859, est à Paris, membre du jury d’agrégation de grammaire.

DÉCORATION.
Chevalier de la Légion d’honneur

SOURCE.
Annuaire de l’association des anciens élèves de l’École normale. 1865. Pages 11-13. Notice signée P. Dubois. Reprise dans le Mémorial, pages 162-163.

Jean-François Condette. Les Recteurs d’Académie en France de 1808 à 1940. Tome II, Dictionnaire biographique. [Paris : Institut national de recherche pédagogique. Collection : Histoire biographique de l’enseignement. In-8, 411 p.+3. 2006]. Fournit les dates précises des nominations.

jjb 05-2010 

 
< Précédent   Suivant >