Accueil arrow Histoire arrow Eugène Baret (1814-1887), inspecteur général de l’Instruction primaire

A lire aussi

Tous les articles

Eugène Baret (1814-1887), inspecteur général de l’Instruction primaire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Eugène Baret [1814-1887], normalien, agrégé, docteur, croise un double parcours universitaire. Spécialiste d’Espagnol, il inaugure l’enseignement de Littérature étrangère à la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand [1855], avec de nombreux ouvrages sur la littérature espagnole. Puis, à partir de 1873, occupe des fonctions administratives de plus en plus importantes : inspecteur d’académie, recteur, inspecteur général de l’Instruction primaire.

Baret, [Pierre] Eugène [1814-1887]. Inspecteur général de l’instruction primaire. Né le 16 décembre 1814, à Bergerac [Dordogne] ; mort le 4 avril 1887, à Paris.

Élève du collège de Bergerac et, à Paris à partir de 1832, du collège royal de Henri-IV.

1834. ÉCOLE NORMALE

Ancien élève demi-boursier de l’École normale [octobre 1834].

Sont élèves de cette promotion, dans l’ordre alphabétique : Eugène Baret ; Francisque Bouillier ; Henri Joseph Chevriaux ; Auguste Debs ; Jean Jacques Guillemin ; Pierre Hamel  ; Désiré Henne ; Antoine Macé de Lépinay ; Charles Picquet ; Alexis Pierron ; Léon Puiseux ; Pierre Gabriel François Révol ; Rudolph ; Jean Louis Taulier.  

PREMIERS POSTES.

Après la scolarité de trois ans à l’École normale est nommé successivement professeur au collège d’Amiens [1837], à Auch [1840], à La Rochelle [1845], à Poitiers [1846].

1849. AGRÉGATION DES LETTRES.

Agrégation des lettres [1849]. Cette année sont reçus : Alexis Chassang, Léopold Marcou, Charles-Eugène Boudhors, Eugène Réaume, Hippolyte Durand, Joseph-Daniel Guigniaut, Valada, Albert Henri Constant Poyard, Eugène Baret, Maurice Salomon, Pierre Charles Victor Courdavaux, Antoine Campaux.

1853. DOCTORAT ÈS-LETTRES.

*Docteur ès-lettres [Paris, 16 juillet 1853] avec une thèse sur Amadis de Gaule, roman de chevalerie espagnol de Garcia Rodriguez de Montalvo du début du XVIème siècle, intitulée  : De l’Amadis de Gaule et de son influence sur les moeurs et la littérature au XVIème et au XVII ème siècle, avec une notice bibliographique, par Eugène Baret, ancien élève de l’École normale, docteur ès-lettre [Paris : Auguste Durand, libraire éditeur, rue des Grès, 5. In-8, 205 p., 1853].

Réédité en 1873, comme deuxième édition [Paris : A. Durand. In-8, 234 p., 1873]. L’ouvrage est dédié à la Mémoire de Monsieur Ch.-M. de Feletz, de l’Académie française.

La thèse latine a pour titre : De Themistio sophista et apud imperatores oratore [Parisiis : excudebant Firmin-Didot fratres. In-8, 66 p., 1853].

Sur le thème de l’Amadis de Gaule, publie en 1853, des Études sur la rédaction espagnole de l'″Amadis de Gaule″ de Garcia Ordoñez de Montalvo, par E. Baret, ancien élève de l’École normale, professeur agrégé au lycée de Poitiers. [Paris : Auguste Durand, libraire-éditeur, rue des Grès, 5. In-8, 204 p.,1853].

Eugène Baret est nommé à Angers [1853-1855].

En 1854, fait paraître dans la Revue de l’Anjou, un article sur Nouvelles Observations sur Roland et sur la Chanson de Roncevaux. Repris en brochure [Angers : impr. de Cosnier et Lachèse. In-8, 33 p.].

1855. PROFESSEUR DE LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE À CLERMONT.

Est nommé, en 1855, professeur dans la toute nouvelle chaire de littérature étrangère de la Faculté des lettres de Clermont. Cette chaire de littérature étrangère s’inscrit dans le mouvement de création des chaires de littérature étrangère, à partir de 1830-1840 : Paris [Charles Fauriel] ; Bordeaux [Francisque Michel] ; Lyon [Edgar Quinet] ; montpellier [Achille Jubinal] ; Rennes [Xavier Marmier] ; Strasbourg [Frédéric Guillaume Bergmann].

Il fait éditer en brochure le discours d’ouverture : Discours prononcé à l'ouverture du Cours de littérature étrangère à la Faculté des lettres de Clermont, par E. Baret [Clermont : impr. de Thibaud-Landriot. In-8, 20 p., 1855].

De même douze ans plus tard, la leçon d’ouverture du 3 décembre 1867 [Clermont, typ. Ferdinand Thibaud. In-8, 24 p., 1868].

La Faculté des lettres de l’Université de Clermont créée en 1808, et fonctionnant à partir de 1810 avait été supprimée en septembre 1815 par la Restauration. Elle est recréée à nouveau en 1854 [en même temps que celle de Douai et de Nancy] , au moment où les facultés sont mises en place dans tous les chefs-lieux de rectorat [soit un total de seize facultés].

PUBLICATIONS CONCERNANT LA LITTÉRATURE ESPAGNOLE.

C’est dans cette période qu’il publie :

Espagne et Provence. Études sur la littérature du Midi de l'Europe, accompagnées d'extraits et de pièces rares ou inédites pour faire suite aux travaux de Raynouard et de Fauriel. Par Eugène Baret, ancien élève de l’École normale, Professeur de littérature étrangère à la Faculté de Clermont [Paris : Auguste Durand, libraire-éditeur, rue des Grès, 5. In-8, XII-453 p., 1857]. L’ouvrage est dédié : « À Monsieur Laferrière, membre de l’Institut, Inspecteur général des facultés de Droit , l’auteur dédie cet ouvrage comme une dette et un souvenir ».

Réédité en 1970 : Genève : Slatkine.

Publie en 1858, un compte-rendu : Du Poème du Cid [ses analogie et son origine], traduit pour la première fois en français par M. Damas-Hinard, secrétaire des commandements de l’Impératrice, accompagné de notes et d’un vocabulaire. Paris, chez Perrotin, rue de la Fontaine-Molière, 41. Par M. E. Baret, professeur à la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand. [Moulins : imprimerie de P.-A. Desrosiers et fils. In-8, 38 p., 1858]. Tiré à part de la revue L’Art en province, juin 1858.

Publie, dans la Revue centrale des arts en province, sur le grammairien Gilles Ménage : Ménage, sa vie et ses écrits, par Eugène Baret, professeur à la Faculté des lettres de Clermont. Repris sous forme de brochure [Lyon : impr. de Louis Perrin, rue d’Amboise, 6. In-8, 36 p.,1859].

Publie : Histoire de la littérature espagnole, par Eugène Baret, professeur de littérature étrangère à la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand. Associé étranger de l’Académie d’histoire de Madrid. 78 rue des Écoles [Paris : Dezobry, F. Tandou et Cie, libraires-éditeurs. Collection d'histoires littéraires. In-8, XX-603 p.,1863]. L’ouvrage est dédié à Monsieur le comte de Persigny, ministre de l’Intérieur, membre du Conseil privé.

Deuxième édition en 1873 [In-18, XXII-619 p.].

En 1864, fait paraître : Mémoire sur l'originalité du ″Gil-Blas″ de Le Sage, par M. Eugène Baret [Paris : Imprimerie impériale. In-8, 15 p.,1864].

Les Troubadours et leur influence sur la littérature du midi de l'Europe. Avec des extraits et des pièces rares ou inédites, par Eugène Baret, Professeur de littérature étrangère à la faculté des lettres de clermont. Asssocié étranger de l’Académie d’histoire de Madrid [Paris : Didier. In-8, X-483 p, 1866]. Deuxième édition en 1866. Troisième édition en 1867, même pagination. Réédité en 1891.

Réédité, en fac-simile, en 1991. Texte en français, avec des extraits en français ancien, espagnol, italien, provençal [Nîmes : C. Lacour, collection Rediviva. In-8, X-483 p., couverture illustrée. 1891].

À l’Académie de Clermont-Ferrand intervient en 1862 avec Matériel et public du théâtre espagnol vers la fin du XVIe siècle. Publié en tiré à part, comme Extrait des Mémoires de l'Académie de Clermont-Ferrand [in-8, paginé 399-406, 1862].

Il intervient également avec une Notice historique et littéraire sur le publiciste espagnol Don Mariano de Larra (1832-1837). Publié en tiré à part, comme Extrait des Mémoires de l'Académie de Clermont-Ferrand [Clermont : impr. de E. Thibaud. In-8, 27 p., 1866].

1866. MISSION PRÉVUE AU MEXIQUE.

Est désigné pour occuper la fonction de secrétaire d’État à l’Instruction publique de l’Empire du Mexique. Mais au bout d’un an de préparation et d’attente, la mission est suspendue.

Reprend son poste de professeur de littérature étrangère la Faculté des lettres à Clermont-Ferrand. Il édite, sans nom d’auteur, la Leçon d'ouverture du 3 décembre 1867 [Clermont, typ. Ferd. Thibaud, In-8, 24 p., 1868].

1869. DOYEN DE LA FACULTÉ DES LETTRES DE CLERMONT.

Doyen de la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand [1869].

Édite la traduction des Oeuvres dramatiques de Félix Lope de Vega [Paris. 2 vol. in-8 1869-1870]. Réédité en 1874. C’est cette réédition qui vaudra à Étienne Baret le prix Langlois de l’Académie française.

Publie : De l'Enseignement des langues vivantes dans les lycées, par M. Eugène Baret  [Paris : C. Delagrave, In-8, 15 p.,1871].

1873-1880. INSPECTEUR DE L’ACADÉMIE DE PARIS.

En 1873, Étienne Baret est nommé inspecteur de l’Académie de Paris, en remplacement d’Alexis Chassang [1827-1888] appelé à l’inspection générale.

1875. RECTEUR DE L’ACADÉMIE DE SAVOIE.

Deux ans plus tard, en octobre 1875, Étienne Baret est nommé recteur de l’académie de Savoie [créée en 1862 avec Chambéry comme chef-lieu rectoral, à la suite de l’annexion de la Savoie à la France en 1860], en remplacement de Louis Antoine Étienne [1813-1875] recteur depuis novembre 1873, nommé recteur de l’académie de Besançon [décembre 1874].

Étienne Baret reste recteur de l’Académie de Chambéry jusqu’en avril 1878.

Ultérieurement l’académie de Savoie sera intégrée dans le ressort de l’Académie de Grenoble.

1878. INSPECTEUR GÉNÉRAL DE L’INSTRUCTION PRIMAIRE.

En 1878, Eugène Baret est nommé inspecteur général de l’instruction primaire, en remplacement de Gaspard Augustin Beuvain d’Altenheim [1812-1883], à la retraite, qui occupait ce poste depuis octobre 1869.

En 1846, il avait été créé deux postes d’inspecteurs spéciaux de l’instruction primaire, et sous le nom d’inspecteurs généraux de l’instruction primaire, le nombre de postes, passant  par trois, puis quatre [en 1854] avait été porté à huit en 1876.

Ainsi, en 1878, Eugène Baret avait pour collègues : Léon Puiseux [1815-1889] ; Léon Lescoeur [1821-1907] ; Eugène Brouard [1824-1903] ; Hippolyte Cocheris [1829-1882] ; Gustave Vapereau [1819-1906] ; Jean-Pierre Liès-Bodard [1811- ] ; Alfred Gérardin [1825-1881].

1874. PRIX LANGLOIS DE L’ACADÉMIE FRANçAISE.

Reçoit, en 1874, le prix Langlois, prix annuel de traduction de l’Académie française [créé en 1868 par le legs de Louis Langlois], pour les Oeuvres dramatiques, choisies dans le théatre de Lope de Vega.

Le prix lui est donné à l’occasion de la réédition en 1874 de sa traduction des Oeuvres dramatiques de Félix Lope de Vega, publiée initialement en 1869-1870.

Le prix est partagé avec Antoine de Latour, ancien précepteur du duc de Montpensier, pour sa traduction des oeuvres de Calderon.

AUTRES PUBLICATIONS.

En 1875, publie dans la Revue de France : Lord Byron, d'après les Mémoires de Moore. Repris sous forme de brochure [S. l., in-8, paginé 419-432].

Publie la même année : Observations sur l'″Histoire de la littérature espagnole″ de M. Amador de Los Rios [Paris : Pedone-Lauriel. In-8, 48 p.,1875].

Publie en 1878 : Apollinaris Sidonii Opera. Oeuvres de Sidoine Apollinaire, texte latin, publiées pour la première fois dans l'ordre chronologique [...] accompagnées de notes des divers commentateurs, précédées d'une introduction contenant une étude sur Sidoine Apollinaire, par M. Eugène Baret [Paris : E. Thorin.In-8, VIII-637 p.,1878]. Réédité en 1879, même pagination.

L’introduction sera réédité vers 1920, sous le titre : Sidoine Apollinaire et la société gallo-romaine au Ve siècle [Paris : impr. de A. Pougin. In-8, 63 p., circa 1920]

Publie en 1884 : Anthologie espagnole. Complément de l'″Histoire de la littérature espagnole″, de M. Eugène Baret [Paris : C. Delagrave. In-18, 117 p., 1884]

Est admis à la retraite fin novembre 1880. Reçoit le titre d’Inspecteur général honoraire.

DÉCORATIONS.

Officier de l’instruction publique  [1846].
Chevalier de la Légion d’honneur [1869].

SOURCE.

Jean-François Condette. Les Recteurs d’Académie en France de 1808 à 1940. Tome II, Dictionnaire biographique. [Paris : Institut national de recherche pédagogique. Collection : Histoire biographique de l’enseignement. In-8, 411 p. +3. 2006].

I. Havelange, F. Huguet, B. Lebedeff, Les Inspecteurs généraux de l'Instruction publique, dictionnaire biographique 1802-1914, sous la direction de G. Caplat. [Paris : Institut national de recherche pédagogique. Éditions du Cnrs. Collection : Histoire biographique de l’enseignement. In-8, 702 p.,1986].

Patrimoine littéraire européen. Notice Eugène Baret.

Notice in Gustave Vapereau. Dictionnaire universel des contemporains. Hachette. 4-5

 
< Précédent   Suivant >