Accueil arrow Histoire arrow Dizy, Thomas (1799-1887), de l’École normale (1819) au rectorat (1845-1847)

A lire aussi

Tous les articles

Dizy, Thomas (1799-1887), de l’École normale (1819) au rectorat (1845-1847) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Carrière classique de normalien : licencié, agrégé des classes supérieures, enseignant en province les humanités puis la rhétorique, inspecteur d’académie et enfin recteur.Mais, à la suite d’un profond désaccord avec son ministre de tutelle, ses fonctions rectorales tournent court. La mise à la retraite d’office vient interrompre sa vie professionnelle. 

Thomas Dizy [1799-1887]. Né le 20 mars 1799, à Épernay [Marne] ; mort le 22 juillet 1887, à Châlons-sur-Marne [Marne].

ANCIEN ÉLÈVE DE L’ÉCOLE NORMALE.
Ancien élève de l’École normale [octobre 1819].
Ont été reçus au concours d’entrée à l’École en 1819, section lettres, dans l’ordre alphabétique : Auguste Bascou [vers 1800-1843], futur titulaire de la chaire de Littérature française à la Faculté des Lettres de Besançon [1838-1843] ; Constant Borin ; Marie Bourquin, principal du collège de Sainte-Menhould ; Austremoine Boyer [1798-1865] futur Inspecteur d'Académie à Montpellier ; François Caresme [ -1841], professeur au lycée de Bourges ; Jean Charbonnier [ -1823], professeur au collège d’Alais ; Thomas Delhomme [ -1866], professeur de rhétorique du lycée d’Évreux ; Thomas Dizy [1799-1887], recteur de l’Académie de Grenoble [1845-1847] ; Louis Dubois [ -1884], professeur de quatrième au collège Rollin ; Prosper Durand ; Georges Farcy [1800-1830], homme de lettres ; Eugène Géruzez [1799-1865], Secrétaire de la Faculté des Lettres de Paris ; Louis Hachette [1800-1864], éditeur ; André Idt ; Augustin Henri Lesieur [1800-1875], Inspecteur général de l’enseignement supérieur ; Joseph Nicard, Professeur de cinquième au lycée de Dijon ; Jean Baptiste Pérennès [1800-1873], Professeur de Littérature française et doyen de la Faculté des Lettres de Besançon ; Charles Pons [1802-1853], professeur d’histoire, doyen de la Faculté des Lettres d’Aix ; Louis Quicherat [1799-1884], Conservateur à la Bibliothèque Sainte-Geneviève.

Après les trois années de l’École normale, titulaire d’une licence ès-lettres, est nommé régent de rhétorique au collège royal d’Angers.

1826. AGRÉGATION DES LETTRES À TOULOUSE.
Agrégation des lettres en 1826, à Toulouse. Sont agrégés des lettres à Toulouse en 1826 : Thomas Dizy ; Jacques Méric ; Victor Joseph Dandré, futur professeur de troisième au collège royal de Toulouse ; Guillaume Anne Patru [1798-1879], docteur ès-lettres en 1848, futur professeur de philosophie au collège royal de Grenoble.

1827-1838. CARRIÈRE D’ENSEIGNANT.
Après l’agrégation des lettres, reste encore un an au collège royal d’Angers ; puis, en septembre 1827, est nommé professeur de troisième au collège royal de Reims, qui fait alors, avec Versailles, partie de l’Académie de Paris. Un an après y est nommé professeur de rhétorique.
Il y a comme collègues l’abbé Brunon, en philosophie, ancien professeur de philosophie à Avignon ; Pierre Bazile Flamanville, en seconde, ancien élève de l’École normale [1816], futur Inspecteur d’Académie à Reims ; Monnot des Angles en troisième ; Lebailly, en quatrième ; Toussaint Charpentier en cinquième et Philippe Charpentier en sixième.

Il reste en poste  pendant dix ans, jusqu’en mai 1838. Il est ensuite nommé Inspecteur d’Académie  à Grenoble par arrêté d’Achille de Salvandy [1795-1856] ministre de l’Instruction publique dans le deuxième ministère Molé [15 avril 1837-31 mars 1839]

1838-1845. INSPECTEUR D’ACADÉMIE À GRENOBLE.
Thomas Dizy reste sept ans Inspecteur d’Académie à Grenoble [mai 1838-mai 1845], auprès des recteurs Patrice Larroque [1801-1879], puis Joseph Avignon [1799-1867] et enfin de Germain Lecomte [1797-1864].
L’autre inspecteur d’académie est Soulié [nommé par arrêté du ministre le 27 septembre 1835].
Le secrétaire du rectorat est Hermenous, qui deviendra secrétaire caissier de la Faculté de Droit.
 
1845-1847. RECTEUR DE L’ACADÉMIE DE GRENOBLE.
Thomas Dizy est ensuite nommé, sous le ministère Salvandy, qui a succédé à François Villemain, recteur de l’Académie de Grenoble [mars 1845-janvier 1847]. Cette académie comprend trois départements : les Hautes-Alpes, la Drôme et l’Isère.
Les deux inspecteurs qui l’assistent sont Dunglas, ancien proviseur du collège de Montpellier et Boyer. Le secrétaire est Couret.

Il remplace ainsi Germain Marie Lecomte [1797-1864] qui a été en fonction pendant un an et demi, jusqu‘en février 1845, puis nommé recteur à Orléans.
http://pages.textesrares.com/index.php/Rubriques/Germain-Lecomte-1797-1864-de-lEcole-normale-au-rectorat.html

À la suite d’un différent avec Achille de Salvandy pour la seconde fois ministre de l’Instruction publique [février 1845-février 1848], où se mêlent affaires personnelles et parti pris idéologique, Thomas Dizy est suspendu en janvier 1847 [Condette donne de larges extraits des courriers de protestation du recteur].
Thomas Dizy est placé en congé avec traitement, puis mis à la retraite en novembre 1849. Il est alors remplacé par Charles Nicolas Huart [1793-1866], qui occupe le poste de recteur de Grenoble pendant un an.

SOURCE.

Jean-François Condette. Les Recteurs d’Académie en France de 1808 à 1940. Tome II, Dictionnaire biographique. Paris : Institut national de recherche pédagogique. Collection : Histoire biographique de l’enseignement. In-8, 411 p. +3. 2006.
Fournit les dates précises des nominations et les sources des archives.

c JJB, 12-2011

 
< Précédent   Suivant >