Accueil arrow Histoire de l'éducation arrow Demogeot, Jacques, professeur d'Éloquence française

Tous les articles

Demogeot, Jacques, professeur d'Éloquence française Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ce professeur à la Faculté des Lettres de Paris a tous les talents. Traducteur, éditeur de lettres anciennes, conférencier aussi bien en français qu'en anglais, homme de lettres, écrivain, auteur de théâtre, poète, Jacques Demogeot est aussi l'auteur d'une « Histoire de la littérature française depuis ses origines », qui connaît jusqu'en 1933, plus de vingt éditions.
Demogeot, Jacques [Auguste] [1808-1894]. Né le 5 juillet 1808, à Paris ; mort le 10 janvier 1894, à Paris [Seine]. 

Études, à Paris, au séminaire Saint-Nicolas du Chardonnet, petit séminaire du diocèse de Paris, destiné pour l'essentiel aux sujets qui se destinent à l'état ecclésiastique.

1826-1828. PROFESSEUR À SAINT-NICOLAS DU CHARDONNET 
À la suite de ces premières études, devient enseignant au petit séminaire Saint-Nicolas du Chardonnet [1826-1828], où il est, en 1827-1828, professeur de quatrième.

1828-1832. COLLÈGE COMMUNAL DE BEAUVAIS.
Nommé le 2 décembre 1828, régent au collège communal de Beauvais [département de l'Oise ; académie d'Amiens], l'un des dix collèges communaux de l'académie d'Amiens.
Il y reste en fonction jusqu'au 15 octobre 1832. 

1832. AGRÉGATION DES LETTRES. 
Jacques Demogeot est reçu major à l’agrégation des classes supérieures de lettres en 1832. 
Sont reçus cette année, dans l'ordre de classement : Jacques Demogeot [1808-1884], régent au collège communal de Beauvais [2 décembre 1828-15 octobre 1832] ; Antoine René-Pugin ; Jean [Chrysostome] Dabas [1810-1878] élève de l’École normale [1829. École préparatoire], futur professeur à la Faculté des Lettres de Bordeaux [septembre 1838] ;  Émilien Hamel, [1809-1889], élève de l’École normale [1829. École préparatoire], futur professeur de Littérature ancienne de la Faculté des lettres de Toulouse ; Armand Mondot [1804-1887], régent au collège de Dôle, futur professeur de Littérature étrangère à la Faculté des lettres de Montpellier ; Paul Mesnard [1812-1899], maître de conférences au collège Sainte-Barbe, docteur ès-lettres [1832] ; Auguste Nisard [1809-1892], maître élémentaire, à Paris, au collège Rollin, futur recteur de l’académie de Grenoble. 

1832-1833. COLLÈGE ROYAL DE RENNES.
Nommé le 2 décembre 1828, régent de troisième au collège royal de Rennes, en remplacement de Nové-Josserand, ancien élève de l'École normale [1810], nommé en classe de rhétorique.
Il y reste en fonction jusqu'au 2 octobre 1833. Est remplacé par Gilles Henri Casimir Duprey [1810- ], ancien élève de l’École normale [1828], chargé de la troisième.

1833-1838. COLLÈGE ROYAL DE BORDEAUX.
Nommé le 2 octobre 1833, professeur de troisième au collège royal de Bordeaux, en remplacement de Herbault.
Puis, le 8 octobre 1835, nommé professeur de seconde, en remplacement° de Soulié. 
Il y prépare son doctorat [1837], et reste en fonction jusqu'en septembre 1838, date de sa nomination à Lyon. 

1837. DOCTORAT ÈS-LETTRES À TOULOUSE.
Docteur ès-lettres [Toulouse, 1837] avec une thèse latine, sur l'examen des faits de conscience : Ab externarum rerum contemplatione, hoc est ab hominum consuetudine, ab historia ac litteris auxilia psychologiae petenda tueri conabitur J. C. Demogeot [Burdigalae : excudebat Lanefrancus, Bacli successor, apud plateam sancti projecti, n°XIV. In-8, 27 p., 1837]. 

La thèse française a pour titre : Études historiques et littéraires sur Ausone, par J. C. Demogeot [Bordeaux : chez Lanefranque, successeur de Racle. 14 place Saint-Projet. In-8, 74 p., 1837]. Avec en exergue, sur la page de titre, une citation d'Ausone : « Fors erit ut nostros manes sic adserat olim/
Exemplo cupiet qui pius esse meo » Ausone. Profess.
Citation que l'on peut traduire : « Un jour viendra peut-être où quelqu'un réveillera ainsi mes mânes, et à mon exemple voudra faire œuvre pieuse ». 
La thèse n'est pas dédiée.
Numérisé : Gallica BNF.

Jacques Demogeot, selon son expression, y considère Ausone [310-395], poète latin du quatrième siècle vivant à Bordeaux et à Toulouse, à la fois comme un monument historique témoin de ses contemporains, et comme homme et écrivain.

1838-1843. PROFESSEUR DE RHÉTORIQUE AU COLLÈGE ROYAL DE LYON.
Jacques Demogeot est nommé le 15 septembre 1838, professeur de rhétorique au collège royal de Lyon, en remplacement de Jean François Raison [1799-1868], nommé professeur de rhétorique à Paris, au collège royal de Charlemagne. 
En même temps, à partir de 1840, et jusqu'en 1843, assure la suppléance d'Edgar Quinet [1803-1875] dans la chaire de Littérature étrangère de la Faculté des Lettres de Lyon.

1840. NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE LYON.
Alors qu'il est professeur de rhétorique au collège royal de Lyon, Jacques Demogeot publie dans la revue Lyon ancien et moderne un article : Notice historique sur le Collège royal de Lyon, par J. Demogeot. Repris en tiré à part [Lyon : impr. De L. Boitel. In-8, 44 p., 1840].

1840. CRÉATION DE L'AGRÉGATION DES FACULTÉS.
En tant que Ministre de l'Instruction publique, Victor Cousin crée [ordonnance royale du mardi 24 mars 1840], auprès des Facultés, des agrégés, nommés au concours, capables de suppléer des professeurs absents. 

Pour l’année 1840, trois postes sont créés en Philosophie, trois postes en Littérature ancienne et moderne, trois en Histoire et géographie.

1840. L'AGRÉGATION DES FACULTÉS DE LITTÉRATURE ANCIENNE ET MODERNE.
Pour la Littérature ancienne et moderne, un premier concours a lieu le 13 avril 1840. Y sont reçus : Eugène Géruzez [1799-1865] ; Jean Pierre Charpentier [1797-1878].

Puis un second concours a lieu le 13 octobre 1840. Jacques Demogeot est l'un des sept candidats, tous docteurs ès-lettres, autorisés à se présenter à ce concours de 1840 : Adolphe Berger [1810-1869] ; Jacques Demogeot [1808-1894] ; Émile Egger [1813-1885] ; Léon Feugère [1810-1858] ; Bernard Jullien [1798-1881] ; Frédéric Ozanam [1813-1853] ; Jean Pierre Rossignol [1803-1893]. 
Mais seuls sont reçus à ce concours du 13 octobre 1840 : Adolphe Berger ; Émile Egger ; Frédéric Ozanam.
Ainsi, Jacques Demogeot échoue au concours du 13 octobre 1840, mais il se représentera au concours du 17 septembre 1844 et y sera reçu. 

1840. SUPPLÉANT DE QUINET À LA FACULTÉ DES LETTRES DE LYON.
De 1840 à 1843, Jacques Demogeot est <professeur suppléant> dans la chaire de Littérature étrangère de la Faculté des Lettres de Lyon. L'arrêté de nomination est en date du 27 octobre 1840 : « M. Demogeot, docteur ès-lettres, professeur de rhétorique  au collège royal de Lyon, est chargé  du cours de littérature étrangère pendant la durée du congé accordé à M. Edgar Quinet ».

Jacques Demogeot  prend comme sujet de cours les origines de la poésie italienne, et plus particulièrement le siècle de Dante. 
Le cours commence le 6 mars 1841. Le discours d'ouverture du Cours de littérature étrangère, est prononcé par Jacques Demogeot le 6 mars 1841, et publié dans la Revue du Lyonnais.

Cette chaire de Littérature étrangère a été créée à Lyon, en 1838, au moment de la re-création de la Faculté, supprimée à la seconde Restauration, le 31 octobre 1815. 
La chaire de Littérature étrangère est rétablie, par ordonnance royale du 24 août 1838, prise sous le troisième ministère Soult, alors que Narcisse Achille de Salvandy [1795-1856] est ministre de l’Instruction publique, de 1840 à 1845.
C'est l'une des cinq chaires de la Faculté : Philosophie [Francisque Bouillier] ; Histoire [Achille François], Littérature ancienne [Nicolas Demons], Littérature française [Jean Michel Reynaud] ; Littérature étrangère [Edgar Quinet].

Cette reconstitution de la Faculté de Lyon s’inscrit dans un mouvement plus large qui voit la re-création des Facultés des Lettres de Bordeaux, Lyon, Montpellier, Rennes, par ordonnance royale du 24 août 1838 ; la reconstitution de la Faculté de Poitiers, par ordonnance royale du 8 octobre 1845 ; et la re-création de la Faculté des Lettres d’Aix, par ordonnance royale du 11 juin 1846. 

La chaire de Littérature étrangère est confiée à Edgar Quinet [1803-1875], comme chargé de cours de 1838 à 1839, puis comme professeur de 1839 à octobre 1840. 
Edgar Quinet quitte sa chaire de Littérature étrangère à Lyon, pour devenir professeur du collège de France dans la chaire de Langues et littératures de l'Europe méridionale, créée à son intention. Il gardera sa chaire du collège de France jusqu'à une première révocation en 1846.
Réintégré au collège de France en 1848, Edgar Quinet sera à nouveau révoqué, et banni, en avril 1852.

1842. LA BIBLE GUIOT DE PROVINS.
Jacques Demogeot fait paraître en 1842 dans Revue du Lyonnais, 16, pages 237-252  [Lyon : impr. de L. Boitel] une étude d'une quinzaine de pages : La Bible Guiot de Provins, satire de moeurs du XIIe siècle.

Guiot de Provins, moine de Cluny, poète et écrivain français, né à Provins vers 1150, publie, sous le titre de Bible, paru au début du XIII ème siècle, un poème satirique, de deux mille six cent quatre-vingt six vers octosyllabiques à rime plate. 

1843. PROFESSEUR DE RHÉTORIQUE À SAINT-LOUIS.
En 1843, Jacques Demogeot est nommé professeur de rhétorique, à Paris, au collège royal de Saint-Louis. D'abord à titre provisoire : 22 septembre 1843 ; puis à titre définitif : 1848.
Il succède à Jean Pierre Charpentier [1797-1878], nommé  en octobre 1843 inspecteur de l'académie de Paris [1843-1853].
Il est ainsi l'un des deux professeurs de rhétorique du collège, l'autre professeur étant, depuis septembre 1837, Jules Loudière [1802-1880]. 

Jacques Demogeot reste en poste, comme l'un des deux professeurs de rhétorique à Saint-Louis jusqu'en 1861, en étant suppléé en 1860 et en 1861, par Octave Gréard (1828-1904], bientôt inspecteur de l'académie de Paris [1864], et futur Inspecteur général de l'Instruction publique pour l'enseignement secondaire [1871].

Après sa retraite, Jacques Demogeot est remplacé en octobre 1861, comme professeur de rhétorique au lycée Saint-Louis, par Alfred Joseph de La Coulonche [1826-1914], futur maître de conférences à l'École normale supérieure [1867-1896]. 

1844. AGRÉGÉ DES FACULTÉS POUR LA LITTÉRATURE ANCIENNE. 
Un nouveau concours pour l’agrégation près les Facultés des Littératures anciennes et modernes a lieu le 17 septembre 1844. Deux concours avaient déjà eu lieu en 1840 : le  13 avril et le 13 octobre 1840, 
Jacques Demogeot, qui se présente pour la deuxième fois, est reçu ; ainsi qu'Ernest Havet [1813-1889], qui, en 1850, sera professeur suppléant à la Faculté des Lettres de Paris [1850-1854]. 

1846. ARTICLES DANS LA REVUE DES DEUX-MONDES.
Jacques Demogeot publie plusieurs articles de critique littéraire dans la Revue des Deux-Mondes. 

Dans la livraison du 1er juin 1846, dans le tome quatorzième [Seizième année. Nouvelle série] : De la Satire au Moyen-Age, article [page 783 sq.] qui rend compte de plusieurs ouvrages :
1. Poésies populaires latines antérieures au XII ème siècle, par Édésletan de Méril.
2. Collection of Early latin Stories, par Wright.
3. Reliquiae antiquiae, par Wright et Halliwell. 
4. Li Romans de Garin le Loherain, par Paris et Du Méril.

Dans la livraison du 1er juin 1847, page 1019 sq., Les Touristes orientaux en Europe, sur quatre ouvrages récemment parus en Angleterre, qui rend compte de plusieurs ouvrages : 
1. Journal of a residence in England of their royal highnesses Reeza Koolee Meerza, Najaf Koolee Meerza, and Taymoor Meerza, of Persia, originally written in Persian, by H. R. H. Najaf Koolee Meerza, and translated by Assaad Y. Kayat.
2. Narrative of the residence of the Persian princes in London, by James Baillie Fraser.
3. Journal of a Residence of two years and a half in Great Britain, by Jehangeer Nowrojee and Hirjeebhoy Merwanjee ; of Bombay, naval architects.
4. Travels in the Penjabet and a visit to Great Britain and Germany, by Mohan Lal, Esq., 1846

1846. SUPPLÉANCE D'OZANAM À LA FACULTÉ DES LETTRES DE PARIS.
Reçu premier au nouveau concours de l'agrégation des Facultés des Lettres, pour les Littératures anciennes et modernes, le 4 octobre 1840, Frédéric Ozanam [1813-1853], professeur de Droit commercial à Lyon, est immédiatement nommé suppléant de Charles Fauriel [1772-1844] dans la chaire de Littérature étrangère à la Faculté des Lettres de Paris. La chaire est vacante par suite de la maladie de Charles Fauriel.
Frédéric Ozanam débute son cours en janvier 1841.
Après la mort de Charles Fauriel, survenue le 15 juillet 1844, Frédéric Ozanam, en novembre 1844, est présenté à l'unanimité en première ligne pour le remplacer. En deuxième ligne étaient présentés Frédéric Gustave Eichhoff [1799-1875], ancien suppléant de Charles Fauriel en 1839-1840 et Jacques Demogeot, tout récent agrégé des Facultés. Eichhoff avait obtenu la majorité des suffrages ; il sera nommé ultérieurement à la Faculté des Lettres de Lyon.
Ainsi Frédéric Ozanam devient le deuxième titulaire de la chaire de Littérature étrangère à la Faculté des Lettres de Paris, du 23 novembre 1844 à 1853, jusqu’à la date de son décès, survenu le 8 septembre 1853. Il est suppléé par Jacques Demogeot en 1846.

1847. ÉDITION DU LIVRE V DES HISTOIRES DE TACITE.
Jacques Demogeot édite, en latin, C. Cornelii Taciti Historiarum libri V. Nouvelle édition [...] par M. Demogeot [Paris : Dezobry, Magdeleine et Cie. In-12, 220 p., 1847].

Réédité en 1876, et en 1886, sous le titre : C. Cornelii Taciti Historiarum libri 1, 2, 3, 4 et 5. Nouvelle édition d'après les meilleurs textes, avec des sommaires et des notes en français, par M. Demogeot, agrégé près la faculté des lettres de Paris [Paris : librairie Delagrave. In-12, 220 p., 1886].

1847. LETTRES CHOSIES DE PLINE LE JEUNE.
Caii Plinii Secondi epistolae selectae. Lettres choisies de Pline le jeune. Edition nouvelle collationnée sur les meilleurs textes et accompagnée de sommaires, de notes philologiques, archéologiques et littéraires en français, et précédée d'une étude sur Pline par M. Demogeot [Paris : Dezobry, E. Magdeleine et Cie. in-12, VIII-112 p. 1847].

Réédité en 1881 : précédée d'une étude sur Pline par M. Demogeot, professeur honoraire à la Faculté des lettres de Paris  [Paris : Librairie Ch. Delagrave, 15 rue Soufflot. In-8, XXXXII-112 p., 1847]. Table des matières. Étude sur la Vie et les Ouvrages de Pline le Jeune.
Réédité en 1890, comme sixième édition.

1849. ATHÉNÉE POPULAIRE ET HISTOIRE DE FRANCE.
Jacques Demogeot assure un cours d'histoire à l'Athénée populaire du XII ème arrondissement de Paris.

À partir de cet enseignement, il publie : Histoire de France, depuis ses origines jusqu'à Saint Louis, période de croissance du moyen-âge par M. J. Demogeot, Agrégé à la Faculté des Lettres, Professeur de rhétorique au lycée Monge. [Paris : Librairie de L. Curmer, rue de Richelieu, 49, au premier. In-32, 32 p., 1849]. 
Avec en exergue sur la page de titre : « La République doit mettre à la portée de chacun l'instruction indispensable à tous les hommes. (Constitution de 1848) ».
Numérisé : Gallica BNF.
L'ouvrage fait partie de la Bibliothèque L. Curmer, Enseignement universel. Cours de l'Athénée populaire du XIIe arrondissement de Paris.

1852. HISTOIRE DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE DEPUIS SES ORIGINES.
Jacques Demogeot publie une Histoire de la littérature française depuis les origines jusqu'en 1830. Par J. Demogeot, agrégé de la Faculté des Lettres de Paris, professeur de rhétorique au lycée Saint-Louis. Table analytique des matières par Hyacinthe Vinson [Paris : Librairie de L. Hachette et Cie. Rue Pierre-Sarrazin, n° 14 (près de l'École de Médecine). In-18, IV-664 p., 1852]. Préface, signée le 21 août 1851.
Numérisé : Hathi Trust.
Numérisé : Google Books.

Réédité en 1855, comme deuxième édition, sous un titre légèrement différent : Histoire de la Littérature française depuis ses origines jusqu'à nos jours [Paris : L. Hachette. In-18, X-678 p., 1855] dans la collection de l'Histoire universelle publiée, depuis 1850, par une société de professeurs et de savants sous la direction de V. Duruy [1811-1894].
Numérisé : Gallica BNF.

Réédité en 1857, comme troisième édition : Histoire de la Littérature française depuis ses origines jusqu'à nos jours. Par J. Demogeot. Agrégé à la Faculté des lettres de Paris. Professeur de rhétorique au lycée impérial Saint-Louis. Troisième édition [Paris : Librairie de L. Hachette et Cie. Rue Pierre Sarrazin, n° 14 (Près de l'École de médecine). In-8, V-VIII, 678 p., 1857]. Préface de la première édition. Table analytique des matières. Table générale.
Numérisé : Hathi Trust.

Nombreuses rééditions ultérieures : 1860 [quatrième édition] ; 1862 [cinquième édition] ; 1864 [sixième édition] ; 1867 [huitième édition] ; 1868 [neuvième édition] ; 1869 ; 1870 [onzième édition] ; 1871 [douzième édition. Numérisé : Google Books] ; 1873 [XIV-700 p., treizième édition, augmentée d'un appendice contenant l'indication des principales oeuvres littéraires publiées depuis 1830, par H. Vinson] ; 1876 [quinzième édition] ; 1878 [XIV-716 p., seizième édition, augmentée d'un appendice contenant : 1° l'indication des principales oeuvres littéraires publiées depuis 1830 ; 2° les sources et travaux à consulter [par H. Vinson] ; 1880 [dix-septième édition] ; 1881 ; 1886 ; 1908 ;  [1933 [vingt-et-unième édition].

1852. ÉTUDE SUR SHAKESPEARE.
Étude sur Shakespeare : Roméo et Juliette, drame en cinq actes et en vers, par Jacques Demogeot [Paris : L. Hachette. In-18, 117 p., 1852].

Hippolyte Rigault, dans la Revue de l'Instruction publique, publie une critique très favorable du livre de Jacques Demogeot.  Il écrit, à la fin de son article : « C'est une preuve, à mes yeux, [que Demogeot] aspire à la scène, et ce serait pour le théâtre une bonne fortune de faire connaître l'imitation la plus libre, la plus fidèle et la plus élégante qu'on ait encore essayée du chef-d'oeuvre de Shakespeare ».

1853. REVUE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE.
Critique théâtral de la Revue de l'Instruction publique. 

1856. LES LETTRES ET L'HOMME DE LETTRES.
Jacques Demogeot reçoit, dans les locaux du Conservatoire impérial de musique, le prix de discours décerné par la Société des gens de lettres. 
Son discours est édité : Les Lettres et l'homme de lettres au XIXe siècle, discours qui a obtenu le prix unique décerné par la Société des gens de lettres, suivi d'un dialogue et d'un conte sur les chercheurs d'or, par Jacques Demogeot [Paris : Librairie de L. Hachette et Cie. Rue Pierre Sarrazin, n° 14. In-16, VII-50 p,1856]. Préface, signée J. D. Paris, 18 avril 1856.

Le prix de discours de la Société des gens de lettres, d'un montant de 2 000 francs, a été remis le 17 avril 1856. Charles Augustin Sainte-Beuve [1804-1869] était le rapporteur de la commission d'examen. 
Ce prix a été rendu possible par le don fait par le docteur Véron [qui souhaite garder l'anonymat], le 21 mai 1855, d'une somme de 10 000 francs pour un concours de prose et de poésie à décerner par la Société des gens de lettres. De nombreuses personnalités s'offrent pour former le jury : Émile de Girardin, Prosper Mérimée, Jean Pierre Flourens ; Léon Gozlan ; Louis Reybaud ; Guillaume Viennet ; Achille Jubinal ; Jules Lacroix ; François Ponsard ; Jules Cohen ; Léon Plée, Théophile Gautier ; Jules de Prémaray ; de Sacy ; Saint-Marc Girardin ; Eugène Scribe ; Adolphe Adam ; Félix Sébastien Feuillet de Conches ; Fromental Halévy.

Trente-huit discours, deux cent quarante huit poésies, cent vingt-cinq nouvelles sont envoyés.
Le prix de poésie est remis à Marie Karl Daclin pour le poème Les Chercheurs d'Or.

1857. LA CRITIQUE ET LES CRITIQUES.
La Critique et les critiques en France au XIXe siècle. Discours suivi de Paris nouveau, poëme par Jacques Demogeot. Auteur de Les Lettres et l'homme de lettres au XIXe siècle couronné par la Société des gens de lettres au concours de 1856 [Paris, Librairie de L. Hachette et Cie. Rue Pierre Sarrazin, n°14. In-16, 67 p., 1857].

1857-1861. SUPPLÉANT DE DÉSIRÉ NISARD À LA FACULTÉ DES LETTRES. 
En 1857, Jacques* Demogeot est suppléant de Désiré Nisard [1806-1888] à la Faculté des Lettres de Paris [1857-1861].
Désiré Nisard [1806-1888] est le troisième titulaire de la chaire d’Éloquence française, à la Faculté des Lettres de Paris, du 24 novembre 1852 au 1er décembre 1867, en remplacement de François Villemain [1790-1870], deuxième titulaire de la chaire, du 13 novembre 1815 au 7 mai 1852.
Auparavant, Désiré Nisard a été professeur du collège de France dans la chaire d’Éloquence latine, qu’il occupe de 1844 à 1852.
Jacques* Demogeot assure la suppléance  de Désiré Nisard dans la chaire d’Éloquence française, à la Faculté des Lettres de Paris à partir du 6 novembre 1857, au moment où Désiré Nisard est nommé [novembre 1857] directeur de l’École normale supérieure,  succédant à François Étienne Michelle [1799-1858], directeur de 1850 à 1857. 
Jacques* Demogeot est en fonction à la Faculté des Lettres de Paris, du 6 novembre 1857 au 1er octobre 1861, date où il est admis à faire valoir ses droits à la retraite.
En 1861, la suppléance de Désiré Nisard est assuré par Eugène Gandar [1825-1868], professeur suppléant de 1861 à 1867. Puis en 1868, Saint-René Taillandier [1817-1879] devient le quatrième professeur titulaire de la chaire d’Éloquence française [1868-1870 et 1872-1879], en remplacement de Désiré Nisard  [1806-1888], troisième titulaire.

Le Discours d'ouverture, prononcé le 2 décembre 1857, est publié : Cours d'éloquence française. M. Demogeot, professeur agrégé. Discours d'ouverture prononcé le 2 décembre 1857 [Paris : impr. de P. Dupont. In-8, 19 p., s. d.].

1859. TABLEAU DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE AU XVII ÈME SIÈCLE.
Tableau de la littérature française au XVIIe siècle, avant Corneille et Descartes, par Jacques Demogeot, Agrégé de la Faculté des Lettres de Paris. Professeur suppléant d'Éloquence française [Paris : Librairie de L. Hachette, rue Pierre Sarrazin, n° 14. In-8,  XVI-496 p., 1859]. Avertissement. Introduction. Table des matières.
Le livre est dédié : « A/ Victor Duruy/ Professeur et homme de lettres// Mon cher Duruy,// Je vous dédie ce livre : je voudrais avoir quelque chose de mieux à vous offrir. Tel qu'il est, il me rendra le service de dire tout haut, dès sa première page, combien je suis heureux et fier d'être votre ami. Ce n'est pas seulement à votre savoir et à votre talent d'écrivain que je veux ici rendre hommage ; c'est surtout à l'élévation de votre âme, à la générosité de vos sentiments, à la noblesse de votre caractère ; toutes choses que vous et moi estimons plus que le talent.// Jacques Demogeot// Paris, 16 novembre 1858 ».
Numérisé : Gallica BNF.
Numérisé : Hathi Trust.

L'ouvrage fait l'objet, dans sa livraison du 10 mars 1859, de la part de Charles Henry, d'une critique très élogieuse dans la Revue de l'Instruction publique, de la littérature et des sciences en France et dans les pays étrangers. Il y est écrit : « Il me semble que [Demogeot a] conciliéles trois écoles que représentent M. Saint-Marc Girardin, M. Sainte-Beuve et M. Villemain. À l'un, il a emprunté la haute moralité de son caractère, ses fermes convictions. M. Demogeot ne dit-il pas à M. Duruy en lui dédiant son livre : « l'élévation de l'âme, la générosité des sentiments, la noblesse du caractère, sont des choses que vous et moi estimons plus que le talent ». À M. Sainte-Beuve et à son école qui procède par portraits, M. Demogeot a emprunté sa patiente curiosité, son art des recherches et des découvertes biographiques, sa science infinie des détails ; mais il appartient surtout à la grande école historique illustrée par le talent supérieur de M. Villemain. Cette école, au lieu d'un portrait ou d'une suite de portraits isolés, compose un vaste tableau […]. Si j'en crois le livre que je viens d'analyser, c'est parmi les maîtres de cette dernière école que M. Demogeot prendra définitivement son rang ». 

En 1885, Jules Barbey d'Aurevilly [1808-1889] fait paraître sa série Les Oeuvres et les hommes. Dans le volume 6. Les critiques, ou les juges jugés, un chapitre est consacré à Jacques Demogeot. Le texte reprend l'article publié initialement le 16 février 1859,dans le journal Le Pays, journal de l'Empire. 
Mélangeant, selon son habitude, compliments et critiques, Jules Barbey d'Aurevilly juge pourtant plutôt favorablement Jacques Demogeot.
Il écrit : « Les littératures sont aussi ingrates que les peuples. Mais M. Demogeot a la reconnaissance des services rendus et l'amour des maîtres. Malherbe, Vaugelas, le cardinal de Richelieu, ces grands hommes d'État littéraires, ces Hercules qui ont balayé la place pour que le grand Corneille pût passer, et Louis XIV et tout son siècle, ces hommes qu'on pourrait appeler plus glorieusement que Pitt les Ministres des préparatifs, car ils préparèrent le dix-septième siècle en l'ouvrant, voilà les personnalités les mieux comprises de M. Demogeot, parce qu'elles sont les plus aimées, et cela nous suffit, à nous, pour le juger, lui, à travers ses réserves, et pour, malgré nos différences, l'estimer ! ».

1861. ADMIS À LA RETRAITE.
Jacques Demogeot est admis à faire valoir ses droits à la retraite, à partir du 1er octobre 1861. Il est alors âgé de cinquante-trois ans.

1862. CONTES ET CAUSERIES.
Contes et causeries, par Jacques [Paris : Librairie de L. Hachette et Cie. Boulevard Saint-Germain. In-12, 300 p., 1862]. Avec en exergue, sur la page de titre, une citation de l'Heptaméron. Préface. Table des matières.
L'ensemble des textes, une cinquantaine, sont des poésies.
Numérisé : Gallica BNF.
Numérisé : Google Books.

1864. CONFÉRENCE EN ANGLAIS.
Le 15 février 1864, Jacques Demogeot assure une conférence publique en anglais, dans une des salles de la Congrégation wesleyenne, 4 rue Roquépine, sur le caractère général de la Renaissance au quinzième et seizième siècle.

1866. LA PHARSALE DE LUCAIN TRADUITE EN VERS ALEXANDRINS.
Reconnue encore au XXI ème siècle, comme une traduction de qualité, paraît en 1866, La Pharsale de Lucain, traduite en vers français, par Jacques Demogeot, docteur agrégé à la Faculté des lettres de Paris, ancien professeur de rhétorique au Lycée Impérial Saint-Louis [Paris : Librairie de L. Hachette et Cie. Boulevard Saint-Germain, 77. In-8, 626 p., 1866]. Sur une même page, traduction française en alexandrins et texte latin.

Au cours de la guerre civile romaine, de 49 à 45 av.J.- C., qui oppose Pompée et César, les troupes de Pompée, pourtant supérieures en nombre, sont vaincues, le 6 juin 48 av. J.- C., près de la ville de Pharsale, au nord de la Grèce, en Thessalie.
Presque un siècle plus tard, le poète Marcus Annaus Lucain [39-65 ap. J.-C.], neveu de Sénèque, rédige « La Guerre civile » un poème épique en X chants, de près de huit mille vers en hexamètres dactyliques, célébrant cet épisode historique. Oeuvre inachevée : Lucain étant compromis dans le complot de Pison, est contraint au suicide par Néron.

Une des premières traduction et mise en prose en français de la Pharsale de Lucain est celle de Michel de Marolles, en 1623.

La traduction en vers français est celle de Guillaume de Brébeuf [1617-1661], parue en 1653, pour les deux premiers livres : La Pharsale de Lucain ou Les Guerres civiles de César et de Pompée, en vers françois [A Rouen, chez Laurens Maury, près le Palais ; et se vend à Paris, chez Charles de Sercy, au Palais, dans la salle Dauphine, à la Bonne Foy Couronnée, et Guillaume de Luyne, au Palais, sous la montée de la cour des Aydes. Avec Privilège du Roy. In-8, 99 p., 1653]. Épître à Monseigneur l'Archevêque de Rouen. Avertissement. Privilège du Roy. Achevé d'imprimer pour la première fois : 13 mai 1653. 
Puis en 1655, pour les dix livres [Paris : chez Antoine de Sommaville, au Palais, dans la Salle des Merciers, à l'Éscu de France. In-4, 330 p., 1655]. Constamment réédité tout au long du XVII ème siècle.

En 1834, paraît, avec le texte latin, une autre traduction en vers, par l'ancien libraire  Nicolas Lepernay [1777-1838], en deux volumes [Paris : Panseron-Pinard, éditeurs, rue S. Denis, 380, Passage Lemoine. In-8, 510 p., 1834]. Notes, à la suite de chacun des dix livres. 
Les traductions en prose les plus classiques sont celles de Marmontel [1723-1799], en 1766 [A Paris : libraire, rue de la Harpe, vis à vis la rue Poupée, à l'image S. Joseph. Deux volumes in-8, LXXIX-304+415 pp., 1766], édition revue et complétée avec le plus grand soin par M. H. Durand. Précédée d'une Etude sur la Pharsale par M. Charpentier [Garnier frères. 1865] ; et celle d'Hauréau [1812-1896], en 1837, dans la collection des auteurs latins avec la traduction française, éditée par Désiré Nisard [1806-1888] [Paris : J.-J. Dubouchet. In-8, 749 p., 1837].
Enfin, en 1835, dans la collection Panckoucke, la Pharsale de Lucain est traduite à nouveau, pour les livres I, II, III, par Philarète Chasles [1798-1873] ; pour les livres IV, V, par Eugène Greslou ; pour les livres Vi-X, par Jean Jacques Courtaud-Diverneresse [1794-1879] [Paris : C. L. F. Panckoucke, éditeur, rue des Poitevins, n°14. Deux volumes in-8, XXXII-380+XIV-406 pp., 1835].

1867. TEXTES CLASSIQUES DE LA LITTÉRATURE FRANÇAISE.
Textes classiques de la littérature française, extraits des grands écrivains français, avec notices biographiques et bibliographiques, appréciations littéraires et notes  explicatives, recueil servant de complément à l'Histoire de la littérature française et composés d'après les programmes officiels de 1866 pour l'enseignement secondaire spécial par J. Demogeot [Paris : Librairie Hachette et Cie, 79 , boulevard Saint-Germain. Deux volumes in-16, VIII-249 p., 1867]. Préface. Table des matières.
Numérisé : Gallica BNF.
Le premier tome : Moyen âge, Renaissance, XVIIe siècle ; le second tome : XVIIIe et XIXe siècles.
Dans la Préface, Jacques Demogeot signale la contribution de E. Rittier, ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, qui l'a « aidé à réunir les pièces de ce recueil ».
Numérisé : Hathi Trust.
Réédité en 1868 ; 1874 [numérisé : Gallica BNF] ; 1875 [numérisé : Gallica BNF] ; 1876 [numérisé : Google Books] ; 1878 ; 1880 ; 1881 ; 1882 ; 1883 ; 1884 [Nouvelle édition augmentée. 25 juillet 1884] ; 1886 ; 1887 ; 1889 ; 1892 ; 1895 ; 1897 ; 1898 ; 1900 ; 1902 ; 1905 ; 1907 ; 1909 ; 1912 ; 1913 [vingt-troisième édition].

1868. DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE EN ANGLETERRE ET EN ÉCOSSE.
De l'Enseignement secondaire en Angleterre et en Écosse. Rapport adressé à Son Exc. M. le Ministre de l'instruction publique, par MM. J. Demogeot, officier de la Légion d'honneur, docteur ès-lettres, agrégé de la Faculté des Lettres de Paris et H. Montucci, chevalier de la Légion d'honneur, docteur ès-sciences mathématiques, professeur agrégé au lycée impérial Saint-Louis [Paris : Imprimerie Impériale. In-8, VIII-664 p., 1868].
Numérisé : Hathi Trust.

Ce rapport, daté du 8 avril 1867, est le résultat de la mission, arrêtée le 15 janvier 1866, par Victor Duruy, ministre de l'Instruction publique, pour étudier l'organisation de l'enseignement secondaire et supérieur en Angleterre et en Écosse.
Jacques Demogeot était un ami intime de Victor Duruy, ancien professeur agrégé d'histoire au lycée Saint-Louis pendant vingt-cinq ans. 
Il sera pour quelques mois un de ses collaborateurs au Ministère de l'Instruction publique sur la question des langues vivantes.

1870. DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR EN ANGLETERRE ET EN ÉCOSSE.
De l'Enseignement supérieur en Angleterre et en Écosse. Rapport adressé à Son Exc. M. le Ministre de l'instruction publique, par MM. J. Demogeot, officier de la Légion d'honneur, docteur ès-lettres, agrégé de la Faculté des Lettres de Paris et H. Montucci, chevalier de la Légion d'honneur, docteur ès-sciences mathématiques, professeur agrégé au lycée impérial Saint-Louis [Paris : Imprimerie Impériale. In-8, I-IV-773 p., 1870]. Table des Matières.
Numérisé : Google Book.

Comporte en tête de l'ouvrage une Lettre au ministre de l'Instruction publique [Alexis Émile Segris], signée le 23 mai 1870.
Alexis Émile Segris [1811-1880] est ministre de l'Instruction publique, du 2 janvier au 14 avril 1870. Il a succédé à Olivier Bourbeau [1811-1877], ministre de l'Instruction publique, du 17 juillet 1869 au 2 janvier 1870 ; et à Victor Duruy [1811-1894], ministre de l'Instruction publique, du 23 juin 1863 au 17 juillet 1879.

1872. DEUX SOUVENIRS.
Deux souvenirs, par Jacques Demogeot [Paris : Hachette. In-16, 115 p., 1872].
Souvenirs d'un soldat âgé se remémorant la Révolution de 1848, la guerre de Crimée et l'expédition d'Italie.

1877. NOTES SUR DIVERSES QUESTIONS DE MÉTAPHYSIQUE ET DE LITTÉRATURE.
Notes sur diverses questions de métaphysique et de littérature [Paris : Hachette. In-8, 332 p., 1877].

1880. HISTOIRE DES LITTÉRATURES ÉTRANGÈRES.
Histoire des littératures étrangères considérées dans leurs rapports avec le développement de la littérature française, par J. Demogeot, docteur ès-lettres. Agrégé de la Faculté des lettres de Paris. Ancien professeur de rhétorique au lycée Saint-Louis. [Paris : Librairie Hachette et Cie. 79, boulevard Saint-Germain. Deux volumes in-16, 1880]. Paraît dans la collection Histoire universelle : publiée par une société de professeurs et de savants sous la direction de M. V. Duruy. Préface.
Le livre est dédié.
Littératures méridionales : Littérature italienne. Littérature espagnole.
Littérature septentrionales : Littérature anglaise. Littérature allemande.
Numérisé : Gallica BNF.

Réédité en 1884 [deuxième édition] ; en 1889 [troisième édition] ; en 1892 [troisième édition] ; en 1895 [quatrième édition] ; en 1897 ; en 1900 [cinquième édition] ; en 1906 [quatrième édition] ; en 1914 [sixième édition].

1882. ÉTUDE SUR DANTE ET SILVIO PELLICO.
Jacques Demogeot publie une Étude sur Dante et Silvio Pellico. Francesca de Rimini, drame en cinq actes et en vers, par Jacques Demogeot [Paris : Hachette. In-12, 91 p., 1882].
Francesca de Rimini est à la fois une héroïne se débattant dans le second des neuf cercles de l'Enfer de la Divine Comédie de Dante [Chant V, vers 88 à 142] et le titre d'une tragédie écrite en 1814 par Silvio Pellico et créée le 16 août 1815 au Théâtre royal de Milan.

L'histoire emprunte à un fait réel qui s'est déroulé au printemps 1300 : Francesca a été mariée contre son gré par son père à Lanciotto Malatesta. Mais elle s'éprend de son beau-frère Paolo. Une nuit, alors qu'ils échangent leur premier baiser, Lanciotto Malatesta les surprend et les tue d'un seul coup d'épée.

Le 14 avril 1882 avait été donné à l'Opéra une représentation de l'opéra en quatre actes, avec prologue et épilogue, musique d'Ambroise Thomas [1811-1896], sur un livret de Jules Barbier et de Michel Carré, intitulé Françoise de Rimini. 

1887. DÉDICACE À JACQUES DEMOGEOT D'UNE TRADUCTION DE DANTE.
Hyacinthe Vinson (de la Gironde) publie en 1887, une traduction de l'Enfer de Dante Aligheri. Traduit en vers par tercets conformes à ceux du texte [Paris : Librairie Hachette et Cie. 79, boulevard St-Germain. In-16, XIV-232 p., 1887].
Comporte une dédicace en alexandrins de Hyacinthe Vinson à Jacques Demogeot.
Numérisé : Gallica BNF.

DÉCÈS. 
Inhumé près de Paris au cimetière de la ville de Fontenay-aux-Roses. 

DÉCORATION.
Officier de l'Université [mai 1846].
Officier de la Légion d'honneur [1865].

SITOLOGIE.
http://facultes19.ish-lyon.cnrs.fr/fiche.php?indice=307

SOURCE.
Christophe Charle. Dictionnaire biographique des universitaires aux XIXe et XXe siècles. Volume I. La Faculté des Lettres de Paris [1809-1908] [Paris : Institut National de Recherche Pédagogique. Éditions du CNRS. Collection : Histoire biographique de l’enseignement. In-8, 181 p., 1985]. Préface de Maurice Agulhon.
Notice Demogeot, pages 59-60.
Accessible sur Internet : http://www.persee.fr/doc/inrp_0298-5632_1985_ant_2_1_2611

Le site de la BNF [Bibliothèque nationale de France] indique comme second prénom Auguste, et non Charles, souvent, mais faussement, attribué.
 
< Précédent   Suivant >