Accueil arrow Histoire arrow Delaunay, Émile (1799-1875), professeur de Littérature française

Tous les articles

Delaunay, Émile (1799-1875), professeur de Littérature française Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Professeur de Littérature française à la Faculté de Rennes, Émile [Athanase] Dionet, dit Delaunay [1799-1875] est l’homme d’un seul poste : il y reste un peu plus de trente ans. l est aussi l’homme d’un seul manuel, rédigé pour la préparation au baccalauréat, en collaboration avec Antoine Léandre Sardou [1803-1881].
Né le 1er juillet 1799, à Paris [département de la Seine] ; décédé le 20 février 1875.

COLLÈGE ROYAL DE BOURBON.
Émile Athanase Delaunay est élève au collège royal de Bourbon [Lycée Condorcet]. En seconde en 1815-1816, il y obtient en seconde, pour le thème, un quatrième accessit, alors que Auguste Charles Désiré Filon, élève du même collège obtient le premier prix, et Jacques Amable Regnault le deuxième prix.


1831. AGRÉGATION DES LETTRES.
Après sa licence-ès-lettres, Émile Athanase Delaunay est reçu à l’agrégation des lettres en septembre 1831.
Sont reçus cette année, dans l’ordre de classement : Philippe Roux [1808-1887], ancien élève de l’École normale [1826]  ; Nicolas Roger, déjà agrégé de grammaire en 1822 ; Frédéric Hatry [1801-1842], ancien élève de l’École normale [1821] ; François Génin [1803-1856], ancien élève de l’École normale [1821] ; Dlonet dit Émile Athanase Delaunay ; Jules Genouille, Paul Galeron ; André Chanselle ; Louis Jourdain [1807-1872], ancien élève de l’École normale [1826] ; Pascal Bazin [1807-1854], ancien élève de l’École normale [1828].

1831. DOCTORAT ÈS-LETTRES.
Docteur ès-lettres [Paris. 24 août 1831], avec une thèse latine portant sur De Cynismo ac praecipue de Antisthène, Diogene et Cratete. [Parisiis : typis Fain. In-4, 31 p., 1831].
La thèse de littérature en français a pour titre : Dissertation sur le genre de poésie que les Grecs appelaient silles. [Paris : impr. et fonderie de Fain, rue Racine, n° 4. In-4, 26 p., 1831].
La page de titre porte en exergue une citation d’Elien, écrivain latin de langue grecque : « On appelle Sille une critique qui blesse en badinant».

Comme il est d’usage, la thèse reçoit le permis d’imprimer par Hippolyte Rousselle, Inspecteur de l’Académie de Paris. Elle a été vue et lue par Nicolas Éloi Lemaire [1767-1832], doyen de la Faculté des Lettres de Paris [1826 à 1832].

1838. PROFESSEUR À LA FACULTÉ DES LETTRES DE RENNES.
Dans le cadre de l’Université Impériale, la Faculté des Lettres de Rennes est créée en 1810.
Mais, à la Restauration, un arrêté de la commission de l’Instruction publique du 31 octobre 1815, présidée par Paul Royer-Collard [1763-1845], arrêté confirmé par l’ordonnance royale du 18 janvier 1816, décide de la suppression de Facultés au sein de dix-sept Académies.
Les deux facultés existantes à Rennes, Faculté de Droit et Faculté des Lettres, sont supprimées.

La Faculté des Lettres n’est rétablie qu’en 1838, avec cinq chaires :
Philosophie [Félix Ravaisson, nommé, mais qui n’occupe pas le poste] occupée par Francis Marie Riaux [1810-1883] ; Histoire avec Pierre Joseph Varin [1802-1849], premier doyen de la nouvelle Faculté ; Littérature ancienne avec Thomas Henri Martin [1813-1884], futur doyen ; Littérature française avec Émile Athanase Delaunay ; Littérature étrangère avec Xavier Marmier [1808-1892].
La Faculté ouvre ses cours le 1er décembre 1838 dans la salle des séances du conseil municipal.

Ainsi Émile Athanase* Delaunay est nommé en 1838 professeur, titulaire de la chaire de Littérature française, qui avait été occupée de 1810 à 1815 par l’abbé Augustin Germé, ancien professeur de Belles-Lettres au lycée de Rennes.
Émile Athanase Delaunay reste en poste pendant plus de trente ans, jusqu’en 1872. Il est supplée en 1841-1842 par Charles Labitte [1816-1845].
Son cours est consacré à la littérature française, du moyen-âge au XVIIème siècle.

Louis Duchesne [1823-1892] le remplace en 1872, comme chargé de cours, puis en 1874, comme professeur titulaire [1874-1885].

1850-1852. MANUEL POUR LA PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT.
Émile Athanase Delaunay rédige, en 1850, un Manuel d'études pour la préparation au baccalauréat ès-lettres, rédigé conformément au nouveau programme du 26 novembre 1849. Littérature, par M. Delaunay. [Paris : Dezobry et E. Magdeleine. In-18, 64 p., 1850].

Puis, selon le même principe, Émile Athanase Delaunay participe, avec Antoine Léandre Sardou [1803-1881], spécialiste de manuels en tout genre pour le baccalauréat, à la rédaction d’un Manuel d'études pour la préparation au baccalauréat ès-lettres rédigé conformément au programme du 5 septembre 1852. Notices historiques et littéraires sur les auteurs grecs, latins et français, par M. Delaunay, précédées 1. d'un extrait des règlements ; 2. de conseils pour faire la version et des règles principales de la grammaire française, par M. Sardou ; 3. de conseils pour la composition écrite, par M. Delaunay. [Paris : Dezobry et E. Magdeleine. In-18, VIII-119 p., 1853].
Réédité en 1855, même pagination.

LA FAMILLE DELAUNAY.
Né le 1er juillet 1799, à Paris, Émile Athanase* Delaunay est le père de Didier Delaunay [1840-1922], ancien élève de l’École normale supérieure [1861], professeur de Littérature latine et institutions romaines [1880-1911], à la Faculté des Lettres de Rennes.
Didier Delaunay est né le 13 décembre 1840, et décédé le 3 février 1922.

DÉCORATION.
Légion d’honneur. Nommé chevalier le 12 août 1864.



 
< Précédent   Suivant >