Accueil arrow Histoire de l'éducation arrow Charpentier, Thomas Victor (1841-1900), professeur de philosophie au lycée Louis-le-Grand

Tous les articles

Charpentier, Thomas Victor (1841-1900), professeur de philosophie au lycée Louis-le-Grand Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Professeur de philosophie au parcours classique : École normale, agrégation, thèse. Sa carrière, commencée en province [Alençon ; Clermont ; Montpellier] s'épanouit à Paris [collège Rollin ; Condorcet ; Versailles, dans l'académie de Paris ; Louis-le-Grand].

À distinguer de : Jean Pierre Charpentier [1797-1878], professeur de rhétorique au collège royal de Louis-le-Grand et de Saint-Louis. Inspecteur de l'académie de Paris [octobre 1843-1853].

Thomas Victor Charpentier [1841-1900]. Né le 19 mars 1841, à Alençon [Orne] ; mort le 21 janvier 1900, à Paris [Seine].
Appartient à une famille de normalies : son grand-père Louis Charpentier, normalien de 1810, professeur au lycée de Nantes ; son père Pierre Charles Charpentier, normalien de 1826, professeur de mathématiques au lycée d'Alençon.  

PREMIÈRES ANNÉES D'ÉTUDES.
Études au lycée d'Alençon [département de l'Orne]. Redouble sa rhétorique, à Paris, au collège Stanislas. Puis, pour se préparer au concours d'entrée de l'École normale supérieure, est élève à Sainte-Barbe, et au lycée Louis-le-Grand, où il reçoit en logique l'enseignement de Paul Janet [1823-1899].

1860. ANCIEN ÉLÈVE DE L'ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE.
Ancien élève de l'École normale supérieure [1860], où il effectue une scolarité de trois ans.

Sont déclarés reçus au concours d'entrée de l'École normale supérieure, pour l'année 1860, comme élèves pensionnaires, section Lettres, pour une durée de scolarité de trois ans, dans l'ordre alphabétique, les seize élèves suivants :
Charles Bigot [1840-1893], agrégation pour les classes supérieures des lettres [1864], professeur de littérature française aux Écoles normales de Fontenay-aux-Roses et de Saint-Cloud, et à l’École militaire de Saint-Cyr ; Pierre Gustave Brunet [1805-1896] agrégation de grammaire [1863], proviseur du lycée du Havre ; Thomas Victor Charpentier [1841-1900], élève du Lycée Louis-le-Grand, agrégation de philosophie [1863], professeur de philosophie du lycée Louis-le-Grand ; Auguste Stanislas Hubert Deleau [c.1840-1925], agrégation de grammaire [1863], professeur de quatrième au lycée Condorcet ; Albert Dupont [c.1840-1881], professeur de seconde au lycée de Montpellier ; François Evellin [1835-1910] agrégation de philosophie [1865], délégué Inspecteur général de l'Instruction publique ; Pierre Foncin [1841-1916], agrégation d’histoire et géographie [1863], Inspecteur général de l'instruction publique ; Raoul Frary [1842-1892], agrégation pour les classes supérieures des lettres [1863], homme de lettres ; Théodore Froment [1839-1901], élève du Lycée Louis-le-Grand, agrégation pour les classes supérieures des lettres [1863], professeur de Littérature latine à  la Faculté des Lettres de Bordeaux ; Gachot [c. 1840-1861] ; Henri Joly [1839-1925],  agrégation de philosophie [1863], professeur de Philosophie à la Faculté des Lettres de Dijon ; Georges Morel [1842-1915], agrégation pour les classes supérieures des lettres [1863], inspecteur général de l'Instruction publique ; Louis Petit de Julleville [1841-1900], agrégation pour les classes supérieures des lettres [1863], professeur de Littérature française à la Faculté des Lettres de Paris ; Édouard Sayous [1842-1918], agrégation d’histoire et géographie [1863], professeur d’Histoire et de Géographie de la Faculté des Lettres de Besançon ; Adolphe Waltz [1840-1927], agrégation pour les classes supérieures des lettres [1864], professeur de Langue et littérature latines à la Faculté des Lettres de Bordeaux ; Louis Yon [c.1840-1907], agrégation pour les classes supérieures des lettres [1871], inspecteur d'académie à Montpellier.

1863. AGRÉGATION DE PHILOSOPHIE.
Thomas Victor Charpentier est reçu à l'agrégation de philosophie, en 1863, l’année du rétablissement de l’agrégation de philosophie par le ministre Victor Duruy [1811-1894].
L'agrégation de philosophie avait été supprimée par un décret de mars 1852, supprimant tous les concours d'agrégation. Cette suppression s'explique en partie comme liée à la décision du jury d'agrégation de philosophie de 1851, présidé par Joseph Marie Portalis [1778-1858], premier président de la cour de Cassation, de refuser à l'oral du concours Hippolyte Taine [1828-1893], compte tenu de l'opinion soutenue par ce dernier au sujet du Traité de la connaissance de Dieu de Bossuet.

SUSPENSION ET RÉTABLISSEMENT DES AGRÉGATIONS.
Toutes les agrégations : philosophie, mise en place épisodiquement en 1825, en 1827, puis définitivement en 1830 ; lettres, mise en place en 1821 ; grammaire, mise en place en 1821 ; histoire-géographie, mise en place en 1831 ; mathématiques, mise en place en  1841, comme subdivision de l'agrégation des sciences, créée en 1821 ; physique, mise en place en  1841, comme subdivision de l'agrégation des sciences, créée en 1821 ; allemand, mise en place en 1849 ; anglais, mise en place en 1849, sont supprimées pour l'année 1852.
Pendant quatre ans, en 1853, 1854, 1855 et 1856, n'existent plus qu'une agrégation de lettres et une agrégation de sciences.
Une agrégation de grammaire est rétablie en 1857. En 1858 et en 1859, l'agrégation de sciences se subdivise à nouveau en agrégation de mathématiques et agrégation de physique. Soit en 1858 et en 1859, quatre agrégations : lettres, grammaire, mathématiques, physique.
En 1860, l'agrégation d'histoire et géographie est rétablie. En 1860, 1861, 1862 il y a cinq agrégations : lettres, grammaire, histoire et géographie, mathématiques, physique.
En 1863, l'agrégation de philosophie est rétablie.
Enfin en 1865, l'agrégation d'allemand et l'agrégation d'anglais sont rétablies. On retrouve ainsi le régime des années 1849, 1850, 1851, avec huit agrégations :  philosophie ; lettres ; grammaire ; histoire-géographie ; mathématiques ; physique ; allemand ; anglais.

LE PROGRAMME D'AGRÉGATION DE PHILOSOPHIE POUR 1863.
Le décret du 29 juin 1863 « rend aux classes de logique dans les lycées leur ancien nom de classes de philosophie ». Il rétablit l'agrégation de philosophie.
Un arrêté du 11 juillet 1863, indique la liste des auteurs dans lesquels seront pris les auteurs à expliquer pour l'agrégation : Platon, Gorgias, Phédon ; Aristote, Traité de l'âme, troisième livre ; Cicéron, De Finibus, premier livre ; Descartes, Discours de la méthode, Méditations ; Bossuet, Connaissance de Dieu et de soi-même ; Malebranche, Entretiens métaphysiques.

LISTE DES AGRÉGÉS DE PHILOSOPHIE EN 1863.
En 1863, sont nommés agrégés des lycées dans l’ordre de la philosophie, dans l'ordre de classement :
Jules Lachelier [1832-1918], ancien élève de l'École normale supérieure [1851], déjà agrégé des classes supérieures des lettres en 1856 ; Pierre Leune [1825-1912], ancien élève de l'École normale supérieure [1845], déjà agrégé des classes supérieures des lettres en 1851 ; Désiré Nolen [1838-1904], ancien élève de l’École normale supérieure [1858] ; Édouard Bohn [ -1898], ancien élève de l’École normale supérieure [1854] ; Claude Robert [1828-1895] ; Émile Grucker [1828-1904] ; Louis Saisset [1814-1863].

Un certificat d’aptitude à l’agrégation des lycées dans l’ordre de la philosophie sera délivré à Émile Segond [1839-1923], ancien élève de l’École normale supérieure [1856] chargé de la classe de deuxième au lycée de Nice ; à Thomas Victor Charpentier [1841-1900] et à Henri Joly [1839-1925], élèves sortant de l’École normale supérieure [1860].

L’arrêté de Victor Duruy [1811-1894], en date du 15 septembre 1863, paraît dans le Journal général de l’instruction publique, volume 32, n° 75, jeudi 17 septembre 1863, page 727*.

1863. CHARGÉ DE COURS DE PHILOSOPHIE À ALENÇON.
Thomas Victor Charpentier, à la suite de son agrégation de philosophie, est nommé le 22 août 1863, chargé du cours de philosophie au lycée impérial d'Alençon [département de l'Orne ; académie de Caen], où il a effectué ses premières études, en remplacement de Henri Marmier [c. 1820-1871], ancien élève de l'École normale [1840], chargé du cours de logique.

Thomas Victor Charpentier y reste en fonction jusqu'au 4 avril 1864, date de sa nomination à Clermont. Il est alors remplacé par François Evellin [1835-1910], ancien élève de l’École normale supérieure [1860], antérieurement chargé de cours de philosophie au lycée impérial de Bourg.

1864. CHARGÉ DE COURS DE PHILOSOPHIE À CLERMONT.
Chargé de cours de philosophie, en avril 1864, au lycée impérial de Clermont [département  du Puy-de-Dôme ; académie de Clermont], en remplacement de Jean Baptiste* Tissandier [1822-1881].
Thomas Victor Charpentier est en fonction jusqu'au 6 octobre 1866, date de sa nomination à Montpellier. Il est alors remplacé par Joseph Millet [1827-NNN], chargé du cours.

1865. LICENCE DE DROIT.
Thomas Victor Charpentier soutient à Paris, le 23 aout 1865, une thèse pour sa licence de droit : Des conditions essentielles pour la validité des conventions. Édité [Alençon : E. de Broise. In-8, 55 p.,1865].

1866. CHARGÉ DE COURS DE PHILOSOPHIE À MONTPELLIER.
Thomas Victor Charpentier est nommé, le 6 octobre 1866, chargé de cours de philosophie au lycée impérial de Montpellier, en remplacement d'Alfred Fouillée [1838-1912], nommé à Bordeaux.
Thomas Victor Charpentier reste en poste jusqu'au 25 septembre 1868, date de sa nomination à Paris, au collège Rollin. Il est alors remplacé à Montpellier par Bernard.

1868. PROFESSEUR DE PHILOSOPHIE À PARIS, AU COLLÈGE ROLLIN.
Nommé le 25 septembre 1868, professeur de philosophie, à Paris, au collège Rollin, en remplacement d'Émile Beaussire [1824-1889], ancien élève de l’École normale [1844], nommé au lycée Charlemagne.
Thomas Victor Charpentier reste en poste au collège Rollin jusqu'au 16 décembre 1869.

1869.  PROFESSEUR DE PHILOSOPHIE AU LYCÉE BONAPARTE.
Nommé le 16 décembre 1869, professeur de philosophie, à Paris, au lycée Bonaparte [Condorcet], en remplacement de Benjamin Aubé [1826-1887], ancien élève de l’École normale supérieure [1847].
Thomas Victor Charpentier reste en poste jusqu'au 6 avril 1871.

1871. DOCTEUR ÈS-LETTRES.
Docteur ès-lettres [Paris, juillet 1871] avec une thèse latine De methodo mathematica in iis scientiis adhibenda quae ad varias philosophiae moralis partes spectent. T.-V. Charpentier. Scholae normalis olim alumnus [La méthode mathématique appliquée à la Métaphysique] [Paris : Ernest Thorin, Libraire. 58, boulevard St. Michel, près la Sorbonne et l'École de Droit. In-8, 80 p., 1870].
La thèse n'est pas dédiée.
Numérisé : Google Books.
https://books.google.fr/books?id=e_L4QdifufIC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false
Édité également : [Paris : C. Delagrave. In-8, 80 p., 1870].

La thèse, en français, a pour titre : °Essai sur la méthode de Descartes. Thèse de doctorat présentée à la Faculté des lettres de Paris, par T.-V. Charpentier, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur suppléant de philosophie au collège Rollin.
[Paris : Ernest Thorin, libraire. 58, boulevard St. Michel. Près la Sorbonne et l'École de Droit. In-8, III-210, 1869]. Préface. Appendice. Table des Matières.
La thèse est dédiée : « A la mémoire de mon père ».
Numérisé : Hathi Trust.
https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=mdp.39015026487697;view=1up;seq=9
Numérisé : Google Books.

1871. COMPTE RENDU DES THÈSES DANS LE BULLETIN ADMINISTRATIF.
Le Bulletin administratif de l'Instruction publique, dans son numéro 260, rend compte de la soutenance des thèses : « Le mercredi 26 juillet, M. Charpentier, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de philosophie au lycée de Versailles, a soutenu les deux thèses suivantes devant la même faculté [Paris].
Dissertatio de methodo mathematica in iis scientiis adhibenda quae ad varias philosophiae moralis partes spectent.
Essai sur la Méthode de Descartes. In-8, IV, 210 pages.

L'originalité de ces deux thèses consiste surtout dans l'alliance des mathématiques avec les spéculations de la philosophie.
Tout en pensant que le candidat a exagéré l'efficacité de la méthode mathématique dans les questions de l'ordre moral, on ne peut que louer le savoir solide de M. Charpentier, sa logique pénétrante et son aptitude remarquable à l'enseignement philosophique.
Dans la soutenance, qui a duré plus de six heures, M. Charpentier a défendu ses opinions avec précision et fermeté. Il a été déclaré, à l'unanimité, digne du grade de docteur ». [Année 1871, volume 14, numéro 260, pp. 162-163].  

1871. PROFESSEUR DE PHILOSOPHIE À VERSAILLES.
Nommé le 6 avril 1871, professeur de philosophie, à Versailles [département de Seine-et-Oise ; académie de Paris]. Thomas Victor Charpentier y reste en poste à peine plus d'un an, jusqu'au 8 octobre 1872.
Est remplacé par Émile Pestelard [1844-1919], chargé du cours, futur agrégé de philosophie [1873].

1872. PROFESSEUR DE PHILOSOPHIE AU LYCÉE LOUIS-LE-GRAND.
Thomas Victor Charpentier est nommé 8 octobre 1872, professeur de philosophie, à Paris, au lycée Louis-le-Grand, en remplacement d'Émile Charles [1826-1897], titulaire du poste, en congé d'inactivité avec traitement du 8 octobre 1872 à octobre 1873.
Nommé le 21 janvier 1874, à nouveau professeur au lycée de Versailles, tout en continuant sa suppléance à Louis-le-Grand.

En août 1874, prononce le discours de distribution des prix : Discours prononcé à la distribution des prix [du lycée Louis-le-Grand], le jeudi 6 août 1874, par M. Charpentier […] [Paris : impr. de E. Donnaud. In-8 , 12 p., 1874].

1875. MÉMOIRE À L'ACADÉMIE DES SCIENCES MORALES ET POLITIQUES.
En 1875, la section de Philosophie de l'Académie des Sciences morales et politiques autorise Thomas Victor Charpentier à faire une lecture devant l'ensemble de l'Académie. Son intervention prend la forme d'un : Mémoire sur la nécessité d'instituer la Logique du probable, par M. Charpentier […].

La section de Philosophie [huit membres] de l'Académie des Sciences morales et politiques est composée en 1875 :
Au fauteuil 1, de Charles Lévêque [1818-1900] ; au fauteuil 2, de Francisque Lélut [1804-1877] ; au fauteuil 3, d'Étienne Vacherot [1809-1897] ; au fauteuil 4, de Charles Rémusat [1797-1875], jusqu'au 9 juin 1875, puis à partir du 11 décembre 1875, de Francisque Bouillier [1813-1899] ; au fauteuil 5, d'Adolphe Franck [1809-1882] ; au fauteuil 6, de Jules Barthélemy Saint-Hilaire [1805-1895] ; au fauteuil 7, de Paul Janet [1823-1899] ; au fauteuil 8, de Jean Félix Nourrisson [1825-1899].

Publié dans Comptes rendus de l'Académie des Sciences morales et politiques. Tome 103. 1875. Pages 657-680 et 678-680.
Et repris sous forme d'un tiré à part [In-8, 28 p., 1875].

1875-1876. MAÎTRE DE CONFÉRENCES DE PHILOSOPHIE À L'ÉCOLE NORMALE.
En philosophie, maître de conférences suppléant d'Alfred Fouillée [1838-1912], à l'École normale supérieure, en 1875 et 1876.
Alfred Fouillé est maître de conférences de philosophie de 1872 à 1875. Jules Lachelier [1832-1918] est maître de conférences de de philosophie de 1764 à 1877.
Thomas Victor Charpentier, maître de conférences en 1875-1876. Léon Ollé-Laprune [1839-1898] est maître de conférences en 1875-1895.

1877. ÉDITION DU TEXTE GREC DU PHÉDON DE PLATON.
Thomas Victor Charpentier fait paraître : Platon. Phédon [texte grec]. Nouvelle édition, précédée d'une introduction, d'un plan analytique des matières, et accompagnées de notes grammaticales et philosophiques, par Charpentier [Paris : E. Belin. In-12, XXVIII-123 p., 1875].
Réédité en 1878.

1878. ÉDITION DU VII ÈME LIVRE DE LA RÉPUBLIQUE DE PLATON.
Thomas Victor Charpentier fait paraître de Platon : La République. VIIe livre. Nouvelle édition, précédée d'une introduction, d'un plan analytique des matières et accompagnée de notes grammaticales et philosophiques par M. Charpentier [Paris : E. Belin. In-12, 78 p., 1878].
La traduction du texte, du grec ancien en français, est celle de Jean Nicolas Grou [1731-1803].

1878. COMPTE RENDU DANS LA REVUE PHILOSOPHIQUE
Thomas Victor Charpentier rédige dans le numéro 6 [troisième année] de la Revue philosophique de la France et de l'étranger, dont Théodule Ribot est le directeur de publication, sous le titre de La Logique du hasard, un article de compte-rendu du livre de John Venn The Logic of Chance [The Logic of Chance, an essay on the foundations and practice of the theorie of probability with reference to its logical bearings and its application to moral and social science. Second edition re-written and greatly enlarged. London, Macmillan, 1876].
L'article, qui paraît sur deux numéros de la Revue, occupe les pages 23-38, et 146-163.

1880. UN ARTICLE SUR THÉODULE RIBOT DANS LA REVUE PHILOSOPHIQUE.
Thomas Victor Charpentier publie dans la Revue philosophique de la France et de l'étranger un article sur « Th. Ribot. La Psychologie allemande contemporaine ». Année 1880. Volume IX.

D'AUTRES COMPTE-RENDUS DANS LA REVUE PHILOSOPHIQUE.
AVRIL-JUILLET 1876.
Dans la Revue philosophique [de la France et de l'étranger] Charpentier rend compte sur deux numéros, de l'ouvrage de Fernand Papillon : Histoire de la philosophie moderne dans ses rapports avec le développement des sciences de la nature, ouvrage posthume , publié par M. Charles Lévêque, membre de l'Institut. Deux volumes in-8, de 351 et 419 p. [Paris : Hachette. 1876].
Le premier volume fait l'objet du compte rendu dans la livraison d'avril 1876, le second volume fait l'objet du compte rendu dans la livraison de juillet 1876 [pages 644-647].

JUILLET 1876.
Dans la Revue philosophique [de la France et de l'étranger] Charpentier rend compte de l'ouvrage de Luguet : Étude sur la notion d'espace d'après Descartes, Leibniz et Kant [Paris. 1875].
[pages 100-102].

JANVIER 1877.
Compte rendu de l'ouvrage de Jules Gérard : Maine de Biran, Essai sur sa philosophie, suivi de fragments inédits. I volume in-8 de 622 p. [Paris : Germer Baillière. 1876].
[pages 416-424]
Deuxième année.

JUILLET 1878.
Compte rendu du Mémoire de A. Cugnin : Essai de psychologie appliquée aux sciences mathématiques. Mémoire in-8, 83 p., Nice : Malvano Mignon
Mémoire rédigé à l'intention de la Société de Sciences, Lettres et Arts des alpes-Maritimes.
III [troisième année], VI [pages 540-541].

JANVIER 1881.
Article de T. V. Charpentier. M. Cournot, dans la rubrique Philosophes contemporains
Tome XI.

1881. ÉDITION DU DISCOURS DE LA MÉTHODE DE DESCARTES.
Thomas Victor Charpentier fait paraître de Descartes : Discours de la méthode et première Méditation. Nouvelle édition publiée avec une introduction et des notes, par T.-V. Charpentier. Professeur de philosophie au lycée Louis-le-Grand [Paris : Librairie Hachette et Cie. 79 boulevard Saint-Germain. In-16, 156 p., 1881]. Introduction pages 1-42. En cartonnage d'éditeur l'ouvrage paraît dans la « Nouvelle collection de classiques français, latin, grecs et étrangers, à l'usage des élèves ».
Catalogue d'éditeur.
Réédité en 1885 ; 1886 ; 1888 ; 1892 ; 1903 [septième édition].
L'édition de 1888 est numérisée : Gallica BNF.

1881. MEMBRE DU JURY D'AGRÉGATION DE PHILOSOPHIE.
Thomas Victor Charpentier est nommé membre du jury d'agrégation de philosophie en 1881. Il en demeure membre sans interruption jusqu'en 1890.

1881. ARTICLE SUR COURNOT DANS LA REVUE PHILOSOPHIQUE.
Thomas Victor Charpentier publie dans la Revue philosophique un long article sur Cournot [1881. Volume XI, pages 494 à 518].
Il avait déjà, plusieurs années auparavant, en 1877, publié un article sur Cournot, dans le Journal de Débats, dans la livraison du 1er juin 1877.

1885. ÉDITION DES PRINCIPES DE LA PHILOSOPHIE.
Descartes. Principes de la philosophie. Première partie. Publiée avec une préface et une table de Descartes, une introduction et des notes par T.-V. Charpentier. Ancien professeur de philosophie au lycée Louis-le-Grand [Paris : Librairie Hachette et Cie. 79, Boulevard Saint-Germain. In-16, 174-8 p., 1885]. En cartonnage d'éditeur l'ouvrage paraît dans la « Nouvelle collection de classiques français, latin, grecs et étrangers, à l'usage des élèves ».
Réédité en 1904.
Numérisé : Gallica BNF, pour l'édition de 1904.

1886. ÉDITION DU TRAITÉ DES SENSATIONS DE CONDILLAC.
Thomas Victor Charpentier fait paraître de Condillac : Traité des sensations. Première partie. Publiée avec une introduction, un extrait raisonné [...] et des notes [Paris : Hachette. In-16, 155 p., 1886]. Dans la « Nouvelle collection de classiques français, latin, grecs et étrangers, à l'usage des élèves ».
Réédité en 1902, en 1909, en 1912, en 1923 [septième édition].

DÉCORATION.
Nommé chevalier [2 août 1881], puis promu officier de la Légion d'Honneur [31 décembre 1897].

SOURCE :
1901. Victor Delbos rédige la < Notice nécrologique > qui paraît, pages 60-67, dans le Bulletin de l'Association amicale des Anciens élèves de l'École normale, année 1901 [Paris : Librairie Léopold Cerf. 12, rue Sainte-Anne. In-12, 285 p., 1901].

1925. Gustave Dupont-Ferrier. [La vie quotidienne d’un collège parisien pendant plus de trois-cent cinquante ans] du collège de Clermont au lycée Louis-le-Grand, 1563-1920. Trois tomes. [Paris : E. de Boccard, éditeur. In-8, 1925].

SITOLOGIE.
Les chaires des Facultés de Lettres et de Sciences en France au XIXème siècle :
La fiche concernant Thomas Victor Charpentier est numérisée :
http://facultes19.ish-lyon.cnrs.fr/fiche.php?indice=194
 
< Précédent   Suivant >