Accueil arrow Histoire arrow Canaple, Pierre Nicolas (1765-1857) : du préceptorat à l'inspection académique (Aix, Nîmes)

Tous les articles

Canaple, Pierre Nicolas (1765-1857) : du préceptorat à l'inspection académique (Aix, Nîmes) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La carrière de l'abbé Canaple se conçoit dans la situation du très fort besoin de personnel d'encadrement provoqué par la nomination en 1809, à la tête d'une trentaine d'académies, des recteurs assistés chacun par deux inspecteurs.
Pierre Nicolas Canaple présente, au meilleur niveau, toutes les garanties souhaitables, quant à ses sentiments personnels et à ses compétences. 

En effet, c'est un prêtre, diplômé de l'ancienne Université, émigré pendant la Révolution française, qui a pu être parfaitement apprécié alors qu'il était précepteur des enfants d'un Préfet, et déjà jugé digne d'une fonction d'autorité comme proviseur d'un lycée. Il est en conformité avec le profil des soixante autres inspecteurs qui sont nommés en même temps que lui.  

LES DÉBUTS D'UNE CARRIÈRE.
L'abbé Pierre Nicolas Canaple est né le 22 mai 1765, à Doudelainville, dans l'arrondissement d'Abbeville [aujourd'hui département de la Somme] ; mort le 1er mai 1857, dans sa quatre-vingt douzième année.
Prêtre du diocèse d'Amiens, qui couvre alors les pays de Haute-Picardie. Gradué de l'ancienne Université de Paris.

De 1788 à 1792, Pierre Nicolas Canaple est professeur d'humanités [aujourd'hui équivalent d'une classe de seconde] dans un pensionnat d'Abeville. Il émigre en Angleterre, au plus fort de la Révolution française, et gagne sa vie en enseignant le latin et le français à Londres [1792-1801].

Rentre en France en 1801, et enseigne l'anglais à Abbeville. Entre en relation avec Louis André Boniface, comte de Castellane [1758-1837], pour devenir à Paris le précepteur de ses enfants, puis à Pau, où Castellane est nommé, le 13 germinal an X [3 avril 1802], préfet des Basses-Pyrénées [1802-1810], en remplacement d'Emmanuel Roegaz de Serviez.
 

1809. PROFESSEUR À LA FACULTÉ DES LETTRES DE PAU.
En 1809, à la création des Facultés des Lettres, l'abbé Pierre Nicolas Canaple [1765-1857] est nommé professeur de Philosophie à la Facultés des Lettres, en même temps qu'il est proviseur du lycée de Pau, en remplacement de Pierre Lagrave, le premier proviseur, ancien professeur de mathématiques à l'École centrale de la Dordogne. 
Les autres professeurs de la Faculté sont, dans la chaire de Littérature [1809-1810], l'abbé Jean Baptiste Sentetz [1761-1838], puis [1810-1815] Jean Baptiste Bégat [1764-1836] ; dans la chaire d'Histoire [1811-1815] Nays de Candau [1763-1820], futur inspecteur d'académie de Pau.

Mais Canaple n'occupe la chaire de Philosophie de la Faculté, que pendant un an [1809-1810], celle-ci étant attribuée définitivement  [1810-1815] au 1er novembre 1810 à l'abbé Dominique Éliçagaray [1758-1822], futur membre du Conseil royal de l'Instruction publique et Inspecteur général, qui assume en même temps la fonction de recteur de l'académie de Pau [1809 à 1815], et celle de doyen de la Faculté. 

Canaple reste en disponibilité quelques mois, jusqu'à sa future nomination comme inspecteur d'académie.

1812. INSPECTEUR DE L'ACADÉMIE D'AIX.
En 1812, par un arrêté du 12 avril, l'abbé Pierre Nicolas Canaple est nommé inspecteur de l'académie d'Aix, où André Alexandre* d’Eymar [1754-1840] est recteur [1809-1822] depuis mars 1809. 
Il succède comme inspecteur à Georges Vasse de Saint-Ouen [1775-1863], inspecteur de 1809 à avril 1812.
L'arrondissement de l'académie d'Aix s'étend sur les six départements suivants : Basses-Alpes ; Bouches-du-Rhône ; Alpes-Maritimes ; Corse ; Var ; Vaucluse.

L'abbé Pierre Nicolas Canaple est l'un des deux inspecteurs de l'académie : l'autre inspecteur étant Jean Baptiste Félicité de Coëtlogon [1773-1827], nommé en 1809, et qui reste jusqu'en 1817.

L'abbé Pierre Nicolas Canaple ne reste qu'un an en poste à Aix. Après quoi, est nommé à Nîmes. Il est alors remplacé à Aix, par Antoine Fiacre François de Félix [1777-1846], qui a été dans un premier temps [de 1809 à 1813] le secrétaire de l'académie d'Aix, et qui deviendra recteur de l'académie de Nîmes [1817-1830]. 

1812. MEMBRE DU CONSEIL ACADÉMIQUE AUPRÈS DU RECTORAT.
Alors qu'il est inspecteur de l'académie d'Aix, l'abbé Pierre Nicolas Canaple fait partie du Conseil académique. 
C'est un arrêté du Conseil de l'Université, pris en date du 26 mai 1812, qui prescrit la division du Conseil académique en trois sections de quatre membres chacune, se réunissant au moins une fois par mois. 
Sont crées une première section chargée de l'état et du perfectionnement des études, ainsi que de l'administration et de la police des écoles, composée de Jean Baptiste Félicité de Coëtlogon, Florens, Balsac et Topin, sous la présidence du recteur ; une deuxième section chargée de la comptabilité de l'académie et des écoles, composée de Florens, Marie, Constans et Topin, sous la présidence de Pierre Nicolas Canaple ; une troisième section chargée du contentieux et des affaires du sceau,composée de Florens, Balsac, Constans et Marie, sous la présidence de Jean Baptiste Félicité de Coëtlogon. 

1813. INSPECTEUR DE L'ACADÉMIE DE NÎMES. 
En 1813, par un arrêté du 31 mars, l'abbé Pierre Nicolas Canaple est nommé inspecteur de l'académie de Nîmes, où l’abbé Pierre Tédenat [1755-1832] est recteur [1809-1817] depuis août 1809. Il succède comme inspecteur à Antoine Fiacre François de Félix [1777-1846], inspecteur à Nîmes de 1809 à début 1813, et qui, dans un chassé-croisé, vient d'être nommé à Aix pour remplacer Canaple.
L'arrondissement de l'académie de Nîmes s'étend sur les quatre départements suivants : l'Ardèche ; le Gard ; la Loire ; le Vaucluse.

L'abbé Pierre Nicolas Canaple est l'un des deux inspecteurs de l'académie de Nîmes : l'autre inspecteur étant Dupré de Piermal [1771-1847], nommé en 1809, et qui sera en fonction jusqu'en 1814.
L'abbé Pierre Nicolas Canaple reste quatre ans en poste à Nîmes. Après quoi, est nommé à nouveau à Aix. Il est alors remplacé à Nîmes par Oyharçabal, qui reste en poste jusqu'en 1820.

1817-1830. À NOUVEAU INSPECTEUR À AIX.
En 1817, l'abbé Pierre Nicolas Canaple est, à nouveau, nommé inspecteur de l'académie d'Aix, dans une sorte de chassé-croisé avec Antoine Fiacre François de Félix, resté à Aix, de 1813 à 1817.
Canaple est installé cette fois treize ans à Aix, restant en poste jusqu'en 1830. 
Il sera remplacé [1830-1836] par Ange Thomas Zénon Pons [1789-1836], ancien professeur de rhétorique au collège de Toulon, en poste comme inspecteur jusqu'à l'année de son décès en 1836.

1830-1835. VICAIRE GÉNÉRAL DE L'ÉVÊCHÉ D'AMIENS.
Après la Révolution de 1830, Pierre Nicolas Canaple, qui est dans sa soixante-cinquième année, quitte l'Université.
Le 8 mars 1830, l'abbé Pierre Nicolas Canaple devient vicaire général de l'évêché d'Amiens, auprès de  Jean Pierre de Gallien de Chabons. Il assure cette fonction jusqu'en septembre 1835, date à laquelle il sollicite, pour des raisons de santé, sa mise à la retraite. Il est alors âgé de soixante-dix ans. 
Après quoi il est un des chanoines du chapitre cathédral, du 6 septembre 1835, jusqu'à son décès le 1er mai 1857.
Entre temps, du 22 décembre 1837 au 28 mai 1838 l'abbé Pierre Nicolas Canaple est vicaire général capitulaire. 
 
< Précédent   Suivant >