Accueil arrow Histoire arrow Braive, Henri François (1798-1868), normalien, professeur, inspecteur d'académie, et enfin recteur

A lire aussi

Tous les articles

Braive, Henri François (1798-1868), normalien, professeur, inspecteur d'académie, et enfin recteur Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
La carrière d'Henri François Braive est typique des normaliens [Lettres ou Sciences] qui après une assez longue période d'enseignement sont appelés à des fonctions administratives, souvent couronnées par le rectorat.

Ancien élève de l'École normale [1816], professeur agrégé de physique pendant une quinzaine d'années, François Braive est nommé proviseur, puis après un peu plus de dix ans d'activité [1834-1845], accède enfin au rectorat, où il occupe brièvement plusieurs postes [Corse ; Douai ; Montpellier] jusqu'à être <petit recteur> de l'Hérault.

CARRIÈRE D'INSPECTEUR.
Henri François Braive [1798-1868], proviseur du collège royal d'Amiens [1834-1845], est nommé en novembre 1845, inspecteur de l'académie de Bourges auprès de Marie Joseph Caresme [1802-1873], recteur de l'académie de Bourges d'août 1841 à août 1846.Le ressort de l'académie de Bourges, de 1809 à 1848, s'étend sur les départements du Cher ; de l'Indre ; de la Nièvre.À la suite de la loi du 7 septembre 1848, créant vingt académies républicaines, alors que neuf académies sont supprimées par un arrêté de Cavaignac, chef du pouvoir exécutif, l’académie de Bourges est maintenue, ainsi que quinze autres académies.
Le nouveau ressort de l'académie de Bourges s'est agrandi et comprend en 1848-1850 les départements suivants :  Cher ; Creuse [qui relevait de l’académie de Limoges, qui vient d’être supprimée] ; Indre ; Loiret [qui relevait de l’académie d’Orléans, qui vient d’être supprimée] ; Nièvre.

L'autre inspecteur d'académie, en fonction en même temps que lui, est en 1845, Claude Charles Pierquin [1798-1863], inspecteur de 1837 à 1848.
Henri François Braive est nommé en remplacement de Pierre Victor Vidal [1789- ] inspecteur de l'académie de Bourges de 1827 à 1845.
Il reste en poste quelques semaines d'octobre à novembre 1845. Il est remplacé par Jean François Augustin Thiel [1787-1869], en poste à Bourges de février 1846-1848].
Après quoi, Henri François Braive est nommé à Ajaccio, recteur de l'académie de la Corse [octobre 1845-septembre 1846].

CURRICULUM.
Henri François Braive.
[1798-1868]. Né le 14 avril 1798, à Nantes [Loire-Inférieure] ; mort le 11 septembre 1868, à Weggis [canton de Lucerne, Suisse].
Élève du lycée de Nantes. Élève, section Sciences, de l'École normale [1816]. Après sa scolarité de trois ans, est nommé en 1819, <professeur agrégé> en sciences physique au collège royal d'Amiens. Il créé à Amiens un cours public de chimie appliquée aux arts.
Le 11 juillet 1829, Henri François Braive est nommé professeur de sciences physiques au collège royal de Rouen.
Les enseignements scientifiques sont également assurés par Daines, pour la classe de mathématiques spéciales ; et de Gors pour les mathématiques élémentaires.

1834-1845. PROVISEUR DU COLLÈGE D'AMIENS.
Nommé, le 4 octobre 1834, proviseur du collège royal d'Amiens [1834-1845]. À ce titre, il est membre du Conseil académique, dont le recteur de l'académie d'Amiens, Pierre Alphonse Martin [1793-1864], ancien élève de l'École normale [1811], est président.
L'administration du collège d'Amiens est également composée de Fabre, censeur des études ; de Joumard-Villain, économe ; de l'abbé Crépin, aumônier.

1845. INSPECTEUR DE L'ACADÉMIE DE BOURGES.
Puis, après un peu plus de dix ans dans cette fonction, Henri François Braive est nommé pour quelques semaines inspecteur de l'académie de Bourges [septembre/octobre 1845-novembre 1845].

L'autre inspecteur en fonction auprès de Marie Joseph Caresme [1802-1873] recteur de l'académie de Bourges [août 1841-août 1846], en même temps qu'Henri François Braive est Claude Charles Pierquin [1798-1863], en poste de 1837 à 1848.

1845-1846. RECTEUR DE L'ACADÉMIE DE CORSE.
Le département de la Corse relève, en 1809, de l'académie d'Aix, dont le ressort s'étend sur les départements suivants : Basses-Alpes ; Bouches-du-Rhône ; Corse ; Var ; Vaucluse.
À partir de 1819, il existe un troisième poste d'inspecteur à Aix, chargé de l'inspection de la Corse. À partir de janvier 1822, l'inspecteur de l'académie d'Aix, en charge de la Corse réside à Ajaccio.
Enfin, l’académie d’Ajaccio [Corse], en tant que telle, est créée par arrêté du 30 mars 1838.

Henri François Braive  est nommé, en octobre 1845, recteur de l'académie de la Corse [octobre 1845-septembre 1846], en remplacement de Charles Nicolas Huart [1793-1866] en poste à Ajaccio du 16 février 1839 jusqu’en novembre 1845.
L'inspecteur qui l'assiste est Étienne Bouchez [ -1850], ancien inspecteur d'académie à Pau [1846-1847], nommé ultérieurement à Nancy [1848-1850].

1846-1849. RECTEUR DE L'ACADÉMIE DE DOUAI.
Après quoi, Henri François Braive est nommé recteur de l’académie de Douai [septembre 1846-février 1849], en remplacement de Louis Camaret [1795-1860], recteur de l’académie de Douai de 1842 jusqu'en septembre 1846.
Les deux inspecteurs qui l'assistent sont Adrien Vincent [1793-1853], inspecteur de l’académie de Douai de 1839 à 1848 ; et Jacques [Louis] Faucon [1791-1850], inspecteur de l’académie de Douai de 1845 à 1848.

Il est à noter qu'à la suite de la loi du 7 septembre 1848, créant vingt académies républicaines, l'académie de Douai est maintenu, et que son ressort, qui s'est agrandi, s’étend sur les départements suivants : Nord ; Pas-de-Calais, Somme [qui relevait de l’académie d’Amiens, qui vient d’être supprimée].

1849-1850. RECTEUR DE L'ACADÉMIE DE MONTPELLIER.
Puis Henri François Braive est nommé recteur de l’Académie de Montpellier [février 1849-août 1850], en remplacement de Louis Antoine Dufilhol [1791-1864] recteur de l’académie de Montpellier de février 1848 à février 1849.

Les deux inspecteurs qui l'assistent sont Auguste Vincens de Gourgas [1798-1865], inspecteur de Montpellier de 1848 à 1850, futur recteur départemental de l’Isère [Grenoble] ; et Charles Zévort [1816-1897], inspecteur de Montpellier également de 1848 à 1850, futur vice-recteur de l'académie de Paris, et Inspecteur général de l'Instruction publique pour l'enseignement supérieur [1879].

1850. LA LOI ORGANIQUE DU 15 MARS 1850.
La loi organique du 15 mars 1850, inspirée par Alfred de Falloux [1811-1886], et mise en oeuvre par le ministre de l’Instruction publique et des Cultes [octobre 1849-janvier 1851] Félix Esquirou de Parieu [1815-1893], modifie profondément la fonctionnement universitaire : les académies, jusqu’alors regroupement de départements, voient leur ressort restreint. Conçues pour un encadrement plus étroit du personnel enseignant, elles deviennent strictement départementales et de « petits recteurs », aux attributions réduites, sont nommés.
L'article 7 de la loi stipulant qu'il est établi une académie par département, quatre-vingt sept académies sont créées [dont celle d’Alger]. Quatre-vingt-sept postes sont à pourvoir, dont beaucoup seront occupés par d'anciens inspecteurs d'académie.

1850-1851. RECTEUR DÉPARTEMENTAL DE L'HÉRAULT.
Henri François Braive, reste en poste à Montpellier, en étant nommé recteur départemental de l’académie de l’Hérault [août 1850-mars 1851].
Il reste en poste jusqu'en mars 1851, puis est remplacé par Dominique Alexandre Godron [1807-1880], ancien recteur de l'académie départementale de la Haute-Saône [1850-1851], recteur de l'académie de l'Hérault, du 15 mars 1851 au 2 septembre 1853.
Charles Louis Roussel, ancien élève de l’École normale [1814], est l'inspecteur travaillant auprès de lui.
Ensuite de quoi, Henri François Braive est mis à la retraite en 1852, et reçoit le titre de recteur honoraire.

OBSÈQUES.
Au cours de ses obsèques, Isidore Feuillâtre et Henri Tivier prononcent des discours. Ceux-ci sont édités, d'abord dans le Mémorial d'Amiens, puis en tiré à part : Obsèques de M. Braive, recteur honoraire. [Discours de MM. Feuillâtre et Tivier.] [Amiens : impr. de L. Challier.  In-8, 8 p., 1868].

Isidore Feuillâtre [1815-1878], ancien élève de l'École normale [1835] ; agrégé de grammaire [1837] a été en fin de carrière proviseur du lycée d'Amiens.
Henri Tivier [1824-1913], ancien élève de l'École normale [1843] ; agrégé des lettres [1846] sera professeur de Littérature française [1873-1881] et doyen de la Faculté des Lettres de Besançon.

DÉCORATION.
Officier de l'Université. 30 septembre 1835.
Légion d'Honneur. 7 septembre 1838.

PUBLICATION.
Pas de publication.

SOURCES.
1869. Notice nécrologique dans l'Annuaire de l'Association amicale des anciens élèves de l'École normale [1869. page 15].

1894. Charles Fierville. Archives des lycées, proviseurs et censeurs, 1er mai 1802-1er juillet 1893 : documents administratifs recueillis et classés pour la première fois [Paris : Firmin-Didot. In-4. LXXXV-526 p., 1894]. Quatrième partie : notices individuelles, pages 235-236.

1986. Jacques Effroy. L'Inspecteur d'académie : en résidence départementale hier, aujourd'hui, demain [Pontoise : J. Effroy. In-8, 797 p., 1986]. Bibliographie. Index.

2006. Jean François Condette. Les Recteurs d'académie en France, de 1808 à 1940. Tome II, dictionnaire biographique. [Paris : INRP. In-8, 418 p., 2006].

 
< Précédent   Suivant >