Accueil arrow Histoire de l'éducation arrow Bourgon, Jean Ignace Joseph (1797-1841), historien et professeur de Faculté à Besançon

A lire aussi

Tous les articles

Bourgon, Jean Ignace Joseph (1797-1841), historien et professeur de Faculté à Besançon Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ancien élève de l'École normale [1815], une première orientation le destine à une carrière de grammairien. Mais, docteur ès-lettres [Strasbourg, 1829], avec une thèse sur l'historien grec Polybe, devient professeur d'histoire au collège royal de Strasbourg, puis de Besançon. 
Il est nommé à la Faculté des Lettres de Besançon, comme professeur suppléant [1825-1828], et enfin professeur titulaire, à partir de 1830.  
 
Jean Ignace Joseph Bourgon [1797-1841]. Né le 31 décembre 1796, à Pontarlier [Doubs] ; mort le 11 mai* 1841, à Besançon [Doubs].

1815. ANCIEN ÉLÈVE DE L'ÉCOLE NORMALE.
Ancien élève de la sixième promotion de l'École normale [décembre 1815], qui après la seconde Restauration de 1815 connaît un nouveau « chef de l'école », autrement dit, pour employer un terme qui n'a pas encore cours, un directeur, en la personne du médecin François Guéneau de Mussy [1774-1857], en remplacement de Pierre Claude Bernard* Guéroult [1744-1821], qui a été, de septembre 1810 à septembre 1815, le premier chef de l’École.

François Guéneau de Mussy [1774-1857] sera à la tête de l’École jusqu’en septembre 1822, date de la suppression de l'École par l’ordonnance royale du vendredi 6 septembre 1822, signée Jacques Corbière [1766-1853], ministre secrétaire d’État au département de l’Intérieur, dans le ministère Villèle.
Un de ses frères aînés est Philibert Guéneau de Mussy [1776-1834], Inspecteur général des études [1808], membre de la Commission de l’Instruction publique, créée par ordonnance royale du 15 août 1815, au lendemain des Cent-Jours, et fonctionnant sous cette appellation jusqu’au 1er novembre 1820.
 
Sont reçus cette année, comme pensionnaires, dans la section Lettres, dans l'ordre alphabétique : Étienne Bouchez [ -1850] ; Jean Ignace Joseph Bourgon [1797-1841] ; Jean Cabaret-Dupaty ; N. Charles Chanlaire [ -1860] ; Jacques Defrenne [ -1863] ; Laurent Pierre Delcasso [1797-1887] ; Jean Marc Giffard [1795-1882] ; Pierre Guyot ; Lavigne ; Germain Lecomte [1797-1864] ; P.-L. Le Conte [1796-1857] ; J. Augustin Léger [ -1817] ; Philippe Leterrier ; Louis Motté [ -1817] ; Abel Robert.

1815. UN NOUVEAU RÉGLEMENT DE L'ÉCOLE NORMALE.
Une ordonnance du 15 décembre 1815 vient modifier le règlement de l'École normale : 
La durée des études passe de deux à trois ans. Elle repassera à deux ans, entre 1826 et 1829 inclus.
Un concours d’entrée est institué pour l’année 1816-1817. Il fonctionnera jusqu’à la suppression de l’École en 1822. Il n’y aura pas de concours d’entrée pour l’École préparatoire, de 1826 à 1829. Le concours est rétabli en 1830. 

Plusieurs nouveaux enseignants de littérature sont nommés :  
Joseph Naudet [1786-1878], qui à partir de 1821 sera professeur du collège de France dans la chaire de Poésie latine [1821-1830], futur Inspecteur général des études [arrêté du 21 septembre 1830], puis directeur du Conservatoire de la bibliothèque du Roi [1840]. 
Joseph Victor Leclerc*[orthographié aussi à l'ancienne Le Clerc] [1789-1865] qui a été professeur de rhétorique au lycée Charlemagne, et qui sera Professeur d'Éloquence latine à la Faculté des Lettres de Paris [1824-1865]. 
Jean Louis Burnouf [1775-1844] qui est maître de conférences de Grec et de Latin à l’École normale depuis la création de l’École et qui sera bientôt élu Professeur d'Éloquence latine du Collège de France [1817-1844]. 
Henri Joseph Guillaume Patin [1793-1876], professeur au collège de Bourbon [Condorcet], et qui, venant de soutenir son doctorat ès-lettres [1814], assure comme maître de conférences pour les élèves de seconde année, un enseignement sur la Littérature grecque.

1818. « AGRÉGÉ » DE GRAMMAIRE AU COLLÈGE ROYAL DE BESANÇON. 
Alors que l'abbé d'Aubonne est proviseur, assisté de l'abbé Perruche, censeur des études, Jean Ignace Joseph Bourgon, à sa sortie de l'École normale, est nommé au collège royal de Besançon, comme agrégé de grammaire.
Autrement dit, il est chargé, selon les besoins du service appréciés par le proviseur, et en fonction de l'absence éventuelle d'un enseignant, de faire cours à sa place.
L'agrégation, avec son concours spécifique, dans le domaine des Lettres, de Grammaire, des Sciences, à Paris, ou en province, ne fonctionnera qu'à partir de 1821. 

En 1818, en dehors de l'abbé Marie François Astier [1762-1842], professeur de philosophie depuis 1812 et de l'abbé François Joseph Génisset [1769-1837], ancien professeur à l'École centrale du Jura [Dôle], professeur de rhétorique [auprès de qui Dubois est agrégé] les enseignants de lettres du collège royal sont : Grandaye, ancien professeur de première année d'humanités, pour la seconde ; Toussaint Charles Boucley [1791-1877], pour la troisième ; l'abbé Sirebon pour la quatrième, ancien curé de La Madeleine, futur aumônier du collège ; Lugardon, ancien maître de pension, pour la cinquième ; et Orsat pour la sixième.
Enfin Répécaud fils est agrégé.

Jean Ignace Joseph Bourgon reste dans cette classification en 1820. C'est en 1821, qu'il sera chargé officiellement de l'enseignement de l'histoire.

1818. COURS GRADUÉ DE COMPOSITIONS FRANÇAISES.
Jean Ignace Joseph Bourgon fait paraître, avec E. -L. Frémont, un Cours gradué de compositions françaises, par MM. F*** et B*** [Paris : A. Delalain. Deux parties en un volume in-12].

Réédité en 1826.
Cours gradué de compositions françaises, comprenant des sujets de devoirs relatifs à tous les genres, Définitions, Tableaux, Portraits, Fables, Matières de vers, Mélanges, etc., à l'usage des élèves. Ouvrage destiné aus personnes qui veulent faire seules des études de style, et spécialement à MM. Les Professeurs des Institutions de Demoiselles. Par deux professeurs.
Nouvelle édition, revue et augmentée de plusieurs sujets. [Paris : De l'Imprimerie d'Auguste Delalain, Lib. -Édit., rue des Mathurins St. Jacques, n° 5. In-12, 164 p., 1826]. L'ouvrage paraît sans nom d'auteurs.
• Numérisé par Gallica BNF.

Il existe, à la même date [1826], un Corrigé du cours gradué de compositions françaises [...] par deux professeurs, à l'usage des maîtres [Paris : A. Delalain. In-12, 324 p., 1826].
Les deux professeurs sont : E. -L. Frémont et Jean Ignace Joseph Bourgon. 
• Numérisé par Gallica BNF.

1821. « AGRÉGÉ, CHARGÉ DE L'ENSEIGNEMENT DE L'HISTOIRE ». 
En 1821, Jean Ignace Joseph Bourgon tout en étant seulement « agrégé », est chargé officiellement de l'enseignement de l'histoire au collège royal de Besançon.
Il reste en poste jusqu'en 1828. Puis est nommé à Strasbourg en 1829.

1827. ABRÉGÉ D'HISTOIRE UNIVERSELLE.
Abrégé d'histoire universelle. Première partie, comprenant l'histoire de Juifs, des Assyriens, des Perses, des Égyptiens et des Gecs, jusqu'à la mort d'Alexandre le Grand […] par M. Bourgon [Paris : Brunot-Labbé. In-12, II-199 p., et tableaux, 1827].
Réédité en 1832, comme deuxième édition [In-12, II-244-XII p., et tableaux].
Réédité en 1833, comme troisième édition [In-12, VIII-256 p., et tableaux].
Réédité en 1834, comme quatrième édition [In-12, VI-264 p., et tableaux] sous un titre légèrement différent : Abrégé d'histoire universelle. Première partie, Histoire ancienne, avec des tableaux lithographiés de synchronismes, par M. Bourgon.
Réédité en 1836, comme sixième édition [In-12, 268 p., et tableaux].
Réédité en 1839, comme septième édition [In-12, 268 p., et tableaux].
Réédité en 1844, comme huitième édition [In-12, 268 p., et tableaux dépliants].
Réédité en 1846, comme neuvième édition [In-12, VII-268 p. et tableaux].

La deuxième partie paraît en 1829, sous le titre : Abrégé d'histoire universelle. Deuxième partie, comprenant l'histoire des Romains depuis la fondation de Rome, et celle de tous les peuples principaux, depuis la mort d'Alexandre le Grand jusqu'à l'avènement d'Auguste à l'Empire [Paris : Brunot-Labbé. 1829].
Réédité en 1834, comme deuxième édition [In-12, 547 p., et tableaux] sous le titre Abrégé de l'histoire romaine.
Réédité en 1836, comme troisième édition [Besançon : chez Bintot, libraire-éditeur. Place St. Pierre. In-12, XVI-411 p., et tableaux]. Table des Matières.
• Numérisé par Hathi Trust
• Numérisé par Google Books.
Réédité en 1838, comme sixième édition [In-12, 268 p., et tableaux].

1829. PROFESSEUR D'HISTOIRE AU COLLÈGE ROYAL DE STRASBOURG.
Jean Ignace Joseph Bourgon est nommé, en 1829, professeur d'histoire au collège royal de Strasbourg.
Il est nommé en remplacement de Charles Cuvier [1798-1881], professeur d'histoire au collège depuis 1821, et qui vient d'être nommé Professeur d'histoire à la Faculté des Lettres de Strasbourg [1829-1860].

1829. DOCTORAT ÈS-LETTRES À STRASBOURG.
Docteur ès-lettres [Strasbourg, 1829], avec une thèse latine De Memoria [Argentorati : typis Viduae Silbermann. In-4, 25 p., 1829]. 
Le président du jury de thèse est Louis Bautain [1796-1867], professeur de Philosophie à la Faculté des Lettres de Strasbourg. 

La thèse, en français [15 juin 1829], a pour titre : Polybe considéré comme historien romain, ou examen critique des principaux évènements de l’histoire romaine que cet écrivain a passé sous silence, ou qu’il n’a pas rapportés comme les autres historiens. Thèse de littérature présentée à la Faculté des Lettres de Strasbourg, et soutenue publiquement le jeudi 15 juin 1829, à trois heures, par J. I. J. Bourgon, de Pontarlier (Doubs), docteur ès-lettres, ancien élève de l'École normale, professeur d'histoire au collège royal de Besançon, membre titulaire des sociétés académiques de Besançon et du Bas-Rhin. [Strasbourg : de l'imprimerie de Mme Veuve Silbermann, place Saint-Thomas, n° 3. In-4, 47 p., 1829].
Le Président de la Thèse, en français, est M. Charles Cuvier, Professeur d'Histoire à la Faculté des Lettres. 
La thèse n'est pas dédiée.
• Numérisé par Google Books, pour la thèse de littérature, en français.

NOTICE BRÈVE SUR CHARLES CUVIER.
Charles Cuvier [1798-1881], maître d'études à Paris, au collège Louis-le-Grand [1821], est nommé en 1821 professeur d'histoire au collège royal de Strasbourg. Il y reste en poste jusqu'en 1828. Est remplacé par Jean Ignace Joseph Bourgon.
Docteur ès-lettres [Strasbourg, 10 août 1825], avec une thèse latine : Aphorismi philosophici de sermone [Argentorati : typis F.-G. Levrault. In-4, 20 p., 1826].
La thèse, en français, a pour titre : Considérations sur le goût dans ses rapports avec la morale [Strasbourg : de l’imprimerie de F. G. Levrault, imprimeur de l’académie. In-4, 15 p., 1826]. 
Chargé de cours d'histoire à la Faculté des Lettres de Strasbourg [1826-1828], dans la chaire occupée antérieurement par Pierre Massenet [1748-1824], professeur titulaire de 1819 à 1824.
En 1828-1829, est professeur suppléant de Littérature grecque à la Faculté des Lettres de Strasbourg auprès de Jean Geoffroi Schweighauser [1776-1844], titulaire de 1823 à 1844.
De 1829 à 1860, professeur titulaire de la chaire d'Histoire à la Faculté des Lettres de Strasbourg. Secrétaire de la Faculté [1845-1854]. Doyen [1859-1860], en remplacement de Faustin Colin [1801-1865], professeur de Littérature ancienne [1855-1858], doyen de 1855 à 1859. Remplacé comme doyen, par Frédéric Guillaume Bergmann [1812-1887], professeur de Littérature étrangère [1840-1870], doyen de 1860 à 1870. 

1825-1841. PROFESSEUR D'HISTOIRE À LA FACULTÉ DES LETTRES DE BESANÇON. 
Professeur d’Histoire à la Faculté des Lettres de Besançon, comme professeur suppléant [1825-1828], comme professeur titulaire [1830-1841]. 

La Faculté des Lettres de Besançon a été créé, lors de l'organisation des Facultés par le décret du 17 mars 1808, avec dans la composition canonique, qui se retrouve dans toutes les Facultés créées à cette époque, cinq enseignements : un enseignement de Philosophie [Jean Jacques Ordinaire] ; de Littérature latine [Édouard Simon] ; de Littérature grecque [François Génisset] ; de Littérature française [Hyacinthe Tramier de La Boissière] ; d'Histoire [Nicolas Antoine* Labbey de Billy].

L'ENSEIGNEMENT DE L'HISTOIRE À LA FACULTÉ DES LETTRES DE BESANÇON.
Alors qu'un arrêté de la Commission de l’Instruction publique du 31 octobre 1815, présidée par Pierre Paul Royer-Collard [1763-1845], arrêté confirmé par l’ordonnance royale du 18 janvier 1816, décide de la suppression de dix-sept Facultés des Lettres  [Amiens ; Bordeaux ; Bourges ;  Cahors ; Clermont ; Douai ; Grenoble ; Limoges ; Lyon ; Montpellier ; Nancy ; Nîmes ; Orléans ; Pau ; Poitiers ; Rennes ; Rouen], Besançon fait partie des six Facultés maintenues [Besançon, Caen, Dijon, Paris, Strasbourg, Toulouse].

Ainsi, l'enseignement de l'Histoire ne connaît pas d'interruption en 1815.
La liste des enseignants s'établit comme suit : 
Nicolas Antoine Labbey de Billy [1753-1825], ancien émigré, professeur titulaire de 1809 à 1825, suppléé par Toussaint Boucley [1791-1877], de 1819 à 1820.
À la mort de Nicolas Antoine Labbey de Billy, survenue le 21 mai 1825, la chaire d'histoire est occupée par Jean Ignace Joseph Bourgon, comme professeur suppléant [1825-1828].
Le 17 mars 1829, Amédée Thierry [1797-1873] est nommé professeur titulaire. Mais il ne reste que quelques mois, en étant nommé professeur d'histoire à la Faculté des Lettres de Caen [1829-1830].
Jean Ignace Joseph Bourgon est alors nommé professeur titulaire en 1830. Il reste en poste jusqu'au 11 mai 1841, date de son décès en fonction. 
La chaire est ensuite occupée par Jean Perron [1804-1882], chargé du cours [1841], puis par Louis Monin [1809-1866], chargé du cours [1841-1847], puis professeur titulaire [1848-1866].

1832. ABRÉGÉ DE L'HISTOIRE DE FRANCE.
En 1832-1833, Jean Ignace Joseph Bourgon fait paraître un Abrégé de l'histoire de France, comprenant les Gaulois, les Gallo-Romains, les Franks et les Français, jusqu'à nos jours, par M. J. J. Bourgon, Élève de l'École normale, Professeur d'histoire à la faculté des Lettres de Besançon, et membre de plusieurs sociétés savantes  [Besançon : Bintot, libraire-éditeur. Deux volumes in-12, tableaux. 1832-1833]. Préface.
Intégré comme Abrégé d'histoire universelle : quatrième partie.
• Numérisé par Hathi Trust.
• Numérisé par Google books.
Réédité en 1835, comme deuxième édition [deux volumes in-12, tableaux].

1836-1838. PUBLICATIONS CONCERNANT LES ANTIQUITÉS ROMAINES.
Autour de 1836, publie une Notice sur la borne romaine trouvée à côté de la source intermittente de Fontaine-Ronde, près Pontarlier (Doubs),  par M. Bourgon […] ; avec la lithographie de cette colonne par M. Wager [Auxonne : impr. X. -T. Saunié].

Autour de 1838, fait paraître Recherches archéologiques sur la station Ad stabulos de la "Chronique de Saint-Bénigne" de Dijon et sur celle de Filo-musiacum de la carte théodosienne de Peutinger [In-8, 15 p.].

1838. ABRÉGÉ DE L'HISTOIRE DE L'EMPIRE ROMAIN DEPUIS SA FONDATION.
Jean Ignace Joseph Bourgon publie en 1838, un Abrégé de l'histoire de l'Empire romain depuis sa fondation jusqu'à la prise de Constantinople, par le professeur Bourgon [Besançon : Bintot. In-12, 397 p., 1838].

1837*. DÉMARCHES POUR OBTENIR LE DÉCANAT DE LA FACULTÉ DES LETTRES.
Depuis 1834, c'est l'abbé François Joseph Génisset [1769-1837], professeur de Littérature grecque [1811-1814], puis latine [1814-1837] qui est le doyen de la Faculté des Lettres de Besançon. Son décès, survenu le 28 juillet 1837, libère le poste.
Jean Ignace Joseph Bourgon se porte candidat. Mais c'est Jean Baptiste Pérennès [1800-1873], professeur de Littérature française qui est finalement nommé doyen [1837-1872].
Jean Ignace Joseph Bourgon sera secrétaire de la Faculté.

1841. RECHERCHES HISTORIQUES SUR LA VILLE DE PONTARLIER.
Jean Ignace Joseph Bourgon publie en 1841 un ouvrage : Recherches historiques sur la ville et l'arrondissement de Pontarlier [Doubs] Par M. Bourgon, professeur d'histoire à la Faculté des Lettres de l'académie de Besançon, Inspecteur-conservateur des monuments historiques du Doubs, membre de plusieurs sociétés savantes, etc. Ouvrage orné de cartes et de lithographies. Tome premier [Pontarlier : Laithier, imprimeur-libraire, éditeur. In-8, XII-388 p., portrait et planches, 1841]. Préface. Additions et corrections.
• Numérisé par Google Books

Le décès de Jean Ignace Joseph Bourgon, survenu le 11 mai* 1841, à Besançon, empêche la publication du deuxième tome, initialement prévue. 

Réédité en 1990, en fac similé [Paris : Res Universis. In-8, XII-388 p., cinq feuilles de planches, 1990]. Couverture illustrée.

1828-1841. ACADÉMIE DES SCIENCES, BELLES-LETTRES ET ARTS DE BESANÇON.
Jean Ignace Joseph Bourgon est élu, le 28 janvier 1828, membre de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon et de Franche-Comté [Académie créée en 1752].
L'abbé François Joseph Génisset [1769-1837], professeur de Littérature grecque à la Faculté des Lettres de Besançon, en est le Secrétaire perpétuel.

La même année, et à la même date, est élu titulaire, l'abbé Jacques [Nicolas] Gattrez [1796-1860], proviseur du Collège royal [1826-1828].
Jean Ignace Joseph Bourgon deviendra secrétaire-adjoint de l'Académie, en remplacement de Guillaume, juge au Tribunal d'instance.

En 1830, publie un Mémoire sur l'authenticité du trait d'héroïsme attribué à Guillaume Tell, lu à l'Académie des Sciences de Besançon, dans la séance du 6 mai 1830.
Fait l'objet d'un tiré à part [Besançon : imprimerie de Vve Daclin. In-16, 16 p. (1830)].

En 1832, publie un Mémoire sur l'Origine des États-Généraux en France, et sur les motifs qui en ont amené la première convocation.
Publié dans le Compte-rendu de la séance publique du 28 janvier 1832.

Compose et rédige le Rapport sur le Concours de 1834, qui posait la question : Quelle fut l'influence du séjour de l'Empereur Frédéric-Barberousse en Franche-comté, sur les lettres, les sciences, les arts et les mœurs des habitans de cette province.

En 1839, dans la séance du 28 janvier, communique un Essai sur quelques antiquités trouvées sur le territoire d'Amancey [Doubs]. Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon. Fait l'objet d'un tiré à part [Besançon : Imprimerie de L . Sainte-Agathe. In-8, 24 p., planches. 1839]. 
• Numérisé par Google Books.

Également, dans la séance du 28 janvier 1839, Jean Ignace Joseph Bourgon prononce le discours d'ouverture : Sur les efforts tentés à toutes les époques par les Francs-Comtois pour obtenir et conserver les hautes-études.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Besançon. Et en tiré à part [Besançon : Sainte-Agathe, impr. de l'Académie. In-8, 47 p., 1839].

Également, dans la séance du 28 janvier 1839, Jean Ignace Joseph Bourgon communique Essai sur quelques antiquités trouvées, par M. le professeur Bourgon et M. Ed. Clerc, sur le territoire d'Amancey [Doubs].
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Besançon. 1839, séance du 28 janvier, pp. 160-181, 2 planches h.-t. dont 1 dépliante.
• Numérisé par Google Books.

Le 24 août 1839, alors qu'il est le président annuel, Jean Ignace Joseph Bourgon, à la séance publique de l'Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Besançon, prononce un discours : Discours sur l'utilité des recherches archéologiques.
Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Besançon. 1839. Publié en tiré à part [In-8, 16 p.]

AUTRES PUBLICATIONS.
Jean Ignace Joseph Bourgon apporte sa contribution à plusieurs autres publications. Notamment à la Biographie, puis la Biographie universelle de Michaud, avec des articles : Massieu et le duc d'Orléans depuis Louis-Philippe ; Lycurgue ; Iphycrate ; Saint Justin. 
Participe à la révision du Dictionnaire historique de l'abbé François Xavier de Feller ; et à la révision de la Grammaire grecque de Port-Royal [initialement publiée par Claude Lancelot en 1655].
Publie des articles dans les Tablettes Franc-Comtoises [1827-1828]. Et dans les journaux de Besançon.

SOCIÉTÉ DES SCIENCES, AGRICULTURE ET ARTS DU BAS-RHIN.
Membre de la Société des Sciences, Agriculture et Arts du Bas-Rhin [fondée en 1802].

SOCIÉTÉ D'ÉMULATION DU JURA.
Membre correspondant [1830-1841] de la Société d'émulation du Jura [fondée en 1817, à Lons-le-Saulnier].

SITOLOGIE.
Françoise Huguet et Boris Noguès, « Les professeurs des Facultés des Lettres et des Sciences en France au XIXe siècle (1808-1880) », juin 2011 [en ligne] http://facultes19.ish-lyon.cnrs.fr/ 
 
< Précédent   Suivant >