Accueil arrow Histoire de l'éducation arrow Appert, Claude (1774-1831), Proviseur du lycée impérial de Versailles

Tous les articles

Appert, Claude (1774-1831), Proviseur du lycée impérial de Versailles Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Affilié à la Franc-maçonnerie, et mal vu de la hiérarchie religieuse, Claude Appert [1774-1831] commence sa carrière universitaire comme maître d'études au Prytanée de Paris. Cette dernière est prolongée avec des fonctions d'autorité [censeur à Lyon, puis proviseur à Versailles], puis interrompue en 1812. Il se retire alors en province.


Claude [Jacques] Appert [1774-1831]. Écrit aussi Apert.
Né le 13 octobre 1774, à Pargny-sur-Saulx [aujourd'hui département de la Marne] ; mort le 30 mai 1831, à Laives [Saône-et-Loire].

Titulaire d'une bourse, obtenue en octobre 1786, fait ses études à Paris au collège de Maître Gervais

1803. CENSEUR DES ÉTUDES DU LYCÉE DE LYON.
Censeur des études du lycée de Lyon, par l'arrêté [Bulletin de la République n° 255, n°2405] du 23 ventôse an XI [14 mars 1803]. 
En fait, c'est l'abbé Louis Nompère de Champagny [1757-1827], chef d'institution à Fontainebleau [1792-1805], qui avait été tout d'abord nommé censeur par l'arrêté du 8 pluviôse an XI [28 janvier 1803]. Mais « non-acceptant », c'est finalement Claude Appert qui est désigné.
Claude Appert est nommé le premier censeur au moment de la création du lycée de Lyon, fondé par décret du 24 vendémiaire an XI [16 octobre 1802], et établi le 1er germinal an XI [22 mars 1803]. 
Il est nommé auprès de Joseph François Coster [1729-1813], premier proviseur, en fonction lui aussi du 22 mars 1803 au 26 août 1805, date de sa retraite.
Claude Appert reste en poste comme censeur, du 22 mars 1803 juqu'au 26 août 1805.
Après août 1805, son poste n'est pas n'est pas immédiatement remplacé. Il le sera  seulement en octobre 1809, avec la nomination de Devins [ou De Vins] des Ervilles, antérieurement censeur du lycée de Rennes [1808-1809], en poste à Lyon comme censeur d'octobre 1809 au 15 octobre 1810.

1806. PROVISEUR DU LYCÉE DE NAPOLÉONVILLE.
Ensuite Claude Appert est nommé, le 15 juin 1806, premier proviseur du lycée de Napoléonville [département du Morbihan ; académie de Rennes], aujourd'hui Pontivy, lycée inauguré le 26 novembre 1806. Dans ses premières années, le lycée reçoit en moyenne cent-cinquante élèves
Il y reste deux ans, jusqu'au 7 janvier 1808, date de sa promotion à Versailles.
Il est secondé au lycée de Pontivy par Charles Émile Desaudray [1740-vers 1825], censeur des études de 1806 au 15 décembre 1809.
Après son départ, Claude Appert est remplacé comme proviseur par l'abbé Constantin Julien Le Priol [1763-1849], ancien émigré, futur recteur de l'académie de Rennes

1808. PROVISEUR DU LYCÉE DE VERSAILLES. 
Claude Appert est second proviseur du lycée impérial de Versailles [département de Seine-et-Oise ; académie de Paris], nommé dans ce lycée de première classe, par décret de Napoléon pris au palais des Tuileries du 7 janvier, et installé le 18 février 1808.
Il succède à Dieudonné Thiébault [1733-1807], ancien professeur de Grammaire générale, à Paris, à l'École centrale de la rue Antoine, premier proviseur en exercice du 24 septembre 1803 au 5 décembre 1807, date de son décès en fonction, à Versailles.

Claude Appert est secondé d'abord par Antoine Duchesne [1747-1827], premier censeur des études du 24 septembre 1803 à 1810, puis par Boucly [aîné], ancien censeur au lycée d'Amiens [1809-1810], censeur à Versailles de 1810 au 23 octobre 1813.
Reste en poste à Versailles jusqu'en mai 1812. 
Dans la notice que Charles Fierville consacre à Claude Appert, il signale qu'on perd sa trace après 1812. Mais Roland Saussac menant ses recherches plus avant fournit des indications supplémentaires. 
Après mai 1812, Claude Appert, qui a obtenu un congé de maladie, est remplacé comme proviseur du lycée de Versailles par Pierre Antoine Robert de Saint-Vincent [1756-1826], antérieurement proviseur au lycée de Caen [1809-1812], en poste à Versailles de 1812 au 20 octobre 1814.

RETRAITE ET DÉCÈS.
Ayant échoué en octobre 1812 à obtenir une place de sous-préfet, Claude Appert n'obtient pas de nouvelle affectation.
Selon toute vraisemblance Claude Appert se retire en Bourgogne à Saint-Martin Montaigu [Saône-et-Loire], commune dont il devient maire [1814-1817] ; puis à Châlons-sur-Saône ; enfin à Laives, toujours en Saône-et-Loire, sur une propriété qui appartient à son épouse. Il devient maire de cette commune en août 1830.
Claude Appert  décède le 30 mai 1831.

SOURCE.
1894. Charles Fierville. Archives des lycées, proviseurs et censeurs, 1er mai 1802-1er juillet 1893 : documents administratifs recueillis et classés pour la première fois [Paris : Firmin-Didot. In-4. LXXXV-526 p., 1894]. Quatrième partie : notices individuelles, page 201.

1986. Roland Saussac. Les débuts du lycée de Lyon (1803-1805). [S.l.], [s.n.], 1986. Thèse de doctorat d'État en Lettres et sciences humaines. Mention Sciences de l'éducation. Université Lumière de Lyon II, 1986.
Numérisé, partie par partie : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/1986/saussac_r#p=0&a=top
 
< Précédent   Suivant >