Accueil arrow Philo19 arrow Articles arrow Les enseignants de philosophie dans les territoires annexés par la France, 1812

A lire aussi

Tous les articles

Les enseignants de philosophie dans les territoires annexés par la France, 1812 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
L’Almanach de l’Université  impériale, pour l’année 1812, publié à Paris, chez Brunot-Labbé, fournit de nombreux renseignements sur les personnalités académiques. On peut y relever les noms des enseignants, dans les Facultés, les lycées et les collèges. On fournit ici la liste des enseignants de philosophie, en 1810, dans les territoires annexés par la France.

Il y a une quinzaine de personnes qui sont enseignants de philosophie dans des Ecoles ou Instituts, des Collèges, des Lycées ou des Facultés établis dans des territoires occupés puis annexés par la France impériale, à partir de 1795, et devenus départements français. Alors que les enseignants pour la France, sans ces territoires nouveaux créés au-delà des frontières de 1789, sont près de soixante dix.

Certains postes en 1811 ne sont pas encore attribués.

1.Sont enseignants dans des Ecoles ou Instituts :

Acquarone, professeur de philosophie aux Écoles Pies de Gênes [département de Gênes].

Periali, régent de philosophie et de rhétorique à l’Institution du Monte [Territoire de Turin, département du Pô].

Repetto, professeur de philosophie aux Écoles Pies de Gênes.

2. Sont enseignants dans des Collèges :

Amedeo Avogadro, régent de philosophie, au collège de Verceil [Territoire de Sesia dans le Piémont].

Murkens, régent de philosophie au collège d’Aix-la-Chapelle [département de Roer].

Sixte Pignatta, régent de philosophie, au collège de Graglia, de la province de Biella, dans la région du Piémont.

Saglietto, régent de philosophie au collège de Vintimille, en même temps principal du collège.

Tadini, professeur au collège d’Alexandrie [département de Marengo], est en même temps principal du collège.

Seul Amedeo Avogadro [1776-1856], est aujourd’hui connu, comme physicien et chimiste italien, inventeur en 1811 d’une loi, dite loi d’Avogadro, selon laquelle « des volumes égaux de gaz différents, aux mêmes conditions de température et de pression, contiennent le même nombre de molécules ».

Licencié en droit [1795] et en philosophie, docteur en droit canon [1796], avocat, il se consacre à la physique [1806]. Il fait une communication à l’Académie royale de Turin [1809] qui lui permet d’obtenir un poste d’enseignant au collège de Verceil.

Il y enseigne la philosophie, ainsi que la physique et les mathématiques. Enfin, membre de l'Académie Royale des Sciences de Turin depuis novembre 1819, il est nommé dans la chaire de Physique de la Faculté des Sciences de Turin, créée à son intention en 1820.

3. Sont enseignants dans des Lycées :

Astier, professeur de philosophie au lycée de Liège [département de l’Ourte].

Gall, professeur de philosophie au lycée de Bonn, est en même temps proviseur du lycée.

Landry, professeur de philosophie au lycée de Mayence [département de Mont-Tonnerre].

Pierre Claude de Maillart-Landreville, professeur de philosophie au lycée de Bruxelles [département de la Dyle].

4. Sont enseignants dans des Facultés :

Sachetti, professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Pise. Sconio, professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Gênes [département de Gênes].

Jean Charles Léonard Sismondi, professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Genève [département du Léman].

Seul Jean Charles Léonard Sismondi [1773-1842], est aujourd’hui connu, comme historien et économiste suisse, finalement partisan de l’intervention de l’Etat. Amené par les bouleversements de l’histoire à séjourner en France, en Angleterre, en Italie, puis à nouveau à Genève, Sismondi est titulaire d’une chaire de philosophie morale à Genève, de 1809 à 1820. Il publie la matière de son enseignement sous le titre : De la Littérature du midi de l'Europe [Paris : chez Treutel et Würtz. 4 volumes in-8, IV-444+491+534+583. 1813].

En 1833, au moment de la re-création de l’Académie des sciences morales et politiques, est un des cinq membres élus comme associés étrangers. Dans l’ordre des élections : Henry lord Brougham [1778-1868], Frédéric Ancillon [1766-1837], Edward Livingston [1764-1836], Sismonde de Sismondi [1733-1842], Thomas Robert Malthus [1766-1834], Friedrich von Schelling [1775-1854].

© JJB 06-2010

 
< Précédent   Suivant >