Accueil arrow Philo19 arrow Articles arrow Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie

Tous les articles

Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie - Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22

ANNEE 1853.

1853.
Dans les séances du 25 janvier, 1er février, 11 février 1853, de l'Académie impériale des Sciences, belles-lettres et arts de Lyon, Francisque Bouillier communique la suite de son Tableau général sur le cartésianisme en France.

Publié dans Comptes rendus des travaux de l'Académie de Lyon. Année 1853 [Lyon : imprimerie de F. Dumoulin, libraire. Rue centrale, 20 [allée de l'Homme d'osier] 1854].

1853.
Compte rendu des travaux de la Faculté des Lettres [par Francisque Bouillier, doyen de la Faculté].
Revue du Lyonnais. Série 2. Numéro 7 [1853]. Pages 393-402.

« On exige du professeur de philosophie qu'il prenne le sujet de ses leçons, la première année, dans la psychologie et la logique ; la deuxième année, dans la morale et la théodicée ; la troisième, dans l'histoire de la philosophie. Dans le cours de cette année, il s'appliquera à donner des notions précises et exactes de la conscience, de la spiritualité, de la sensibilité et de la liberté. Mais il étudiera principalement l'intelligence, et dans l'intelligence, la raison. Sur les caractères et la nature de cette raison, il fondera l'existence d'un vrai, d'un bien, d'un beau absolus, et la réfutation du scepticisme de Kant ».

1853.
Du cartésianisme de Bossuet, par Francisque Bouillier.
Lu à l'Académie impériale des Sciences, belles-lettres et arts de Lyon.

Publié, page 29 sq., dans les Mémoires de l'Académie impériale des Sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Classe des lettres. Nouvelle série. Tome second. [Lyon : imprimerie de F. Demoulin. Rue centrale, 20, au 1er étage. 1853].

Puis publié en tiré à part : [Lyon : impr. de F. Dumoulin. In-8, 39 p., 1854].

« Ce Mémoire est détaché d'une Histoire du Cartésianisme en deux volumes in-8 que l'auteur fera bientôt paraître ».

ANNÉE 1854.

1854.
Histoire de la philosophie cartésienne, par Francisque Bouillier, correspondant de l'Institut, doyen de la Faculté des Lettres de Lyon.
[Paris : Durand, libraire, rue des Grès-Sorbonne, 5 ; Lyon : Brun et Ce, libraires, rue Mercière, 5. Deux volumes in-8, VIII-600+620 pp. Contient une longue et flatteuse dédicace à V. Cousin, et un Avertissement., 1854].

C'est, en deux volumes, la reprise profondément modifiée de la première édition, parue initialement en un volume en 1842, sous le titre : Histoire et critique de la révolution cartésienne.

Une troisième édition paraîtra en 1868 : *Histoire de la philosophie cartésienne, par Francisque Bouillier, ancien directeur de l'École normale supérieure, membre de l'Institut [Paris : Librairie Ch. Delagrave, 15 rue Soufflot. Deux volumes in-8, VIII-620+658 pp., 1868. Avec une vignette sur la page de couverture].

Réédité en 1987 : Histoire de la philosophie cartésienne, par Francisque Bouillier [New York ; London : Garland. A Garland series. Deux volumes, in-8, 620+658 pp., 1987]. Reproduction photomécanique de l'édition de Paris Ch. Delagrave et Cie, 1868.

Réédité en 1970 : Histoire de la philosophie cartésienne, par Francisque Bouillier [Genève : Slatkine. Deux volumes VIII-621+661 pp., 1970]. c'est le fac-similé de l'édition de 1868.

Réédité en 1972 [Hildesheim [Allemagne] : G. Olms. Deux volumes in-8, 1972].

Dans la séance du 8 avril 1854, le secrétaire perpétuel [François Mignet] fait hommage à l’Académie des Sciences morales et politiques, au nom de Francisque Bouillier, correspondant de la section de Philosophie, et fait présent à la séance, d’un exemplaire en deux volumes de son Histoire de la philosophie cartésienne.

1854.
Causes de la révolution philosophique du XVIII ème siècle, par M. Bouillier, doyen de la Faculté des Lettres de Lyon et membre correspondant de l'Institut.
Lu à l'Académie impériale des Sciences, belles-lettres et arts de Lyon, dans la séance du 14 février 1854.

Publié, page 5, dans les Mémoires de l'Académie impériale des Sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Classe des lettres. Nouvelle série. Tome troisième. [Lyon : imprimerie de F. Demoulin. Rue centrale, 20, au 1er étage. 1853].

« Ce morceau est un chapitre de l'Histoire de la philosophie cartésienne de M. Bouillier, en 2 vol. in-8, qui est actuellement sous presse et paraîtra le 1er avril chez Durand, à Paris, rue des Grès-Sorbonne, et chez Brun, à Lyon, rue Mercière ».
« Le scepticisme de Bayle marque le terme des progrès, des développements originaux et des grandeurs du cartésianisme français, mais non de son histoire ».


1854.
Observations critiques sur les examens.
[Lyon : A. Vingtrinier. In-4, 14 p., 1854].

Il s'agit du texte du Discours d'ouverture prononcé le 15 novembre 1854, dans la séance solennelle de rentrée des Facultés.

1854.
Dans le cadre de la rentrée solennelle des Facultés de Théologie, des Sciences et des Lettres et de l'École préparatoire de Médecine et de Pharmacie de Lyon, le 15 novembre 1854, Francisque Bouillier, en tant que doyen, prononce un rapport, sur l'état de l'enseignement des lettres en 1853-1854. Pages 40 sq.

Publié dans : Académie du Rhône, Rentrée solennelle des Facultés de Théologie, des Sciences et des Lettres et de l'École préparatoire de Médecine et de Pharmacie de Lyon. 15 novembre 1854. [Lyon : imprimerie d'Aimé  Vingtrinier. Quai Saint-Antoine, 36*. In-8, 67 p., 1854].

Le texte du rapport de Francisque Bouillier commence par ces mots : « La Faculté des Lettres va, à son tour, vous entretenir quelques instants, de ses divers travaux […] ».

1854.
Influence de la philosophie cartésienne sur le XVII ème siècle.
Revue du Lyonnais. Série 2. Numéro 8 [1854]. pages 113-130.

Une note en bas de la première page indique : « Nous devons à l'obligeance de l'auteur, M. Francisque Bouillier, la communication de ce chapitre, détaché d'un important ouvrage intitulé : Histoire de la philosophie cartésienne, actuellement sous presse, et qui paraîtra en 2 vol. in-8, le 1 er avril prochain, chez M. Brun, libraire, rue Mercière, à Lyon, et à Paris, chez M. Durand, rue des Grès-Sorbonne ».

1854.
Rentrée solennelle des Facultés, le 15 novembre 1854.
La Revue du Lyonnais. Série 2. numéro 9 [1854]. Pages 463-491.

Les textes qui paraissent dans la revue sont ceux de l'abbé Joseph Matthias Noirot [1793-1880], nouveau recteur de l'Académie de Lyon ; de Charles Henri Tabareau [1790-1866],  doyen de la Faculté des Sciences ; Francisque Bouillier, doyen de la Faculté des lettres.
A la fin de son discours, F. Bouillier déclare : « Ainsi, l'Université qui, au sein de nos troubles politiques et dans nos plus mauvais jours, avait semblé un instant menacée, reparaît plus puissante et plus prospère. Nos espérances n'ont pas été trompées, et comme le premier empire avait eu la gloire de la fonder, le second empire devait avoir celle de l'accroître et de la raffermir ».
L'abbé Joseph Matthias Noirot [1793-1880], professeur de philosophie au collège royal de Lyon [1827-1852] avait été Inspecteur général de l'enseignement primaire [1852-1853],  Inspecteur général de l'enseignement secondaire [1853-1854] puis recteur de l'Académie de Lyon à dater du 22 août 1854. il reste en fonction jusqu'au 28 septembre 1856.

1854.
Sur les Offices de Cicéron […], leçon d'introduction au cours de morale, par M. F. Bouillier, membre correspondant de l'Institut, doyen de la Faculté des Lettres de Lyon.

Publié, page 69 sq., dans les Mémoires de l'Académie impériale des Sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Classe des lettres. Nouvelle série. Tome quatrième. [Lyon : imprimerie de F. Demoulin. Rue centrale, 20, au 1er étage. 1854].

Puis publié en tiré à part : [Lyon : impr. de F. Dumoulin. In-8, 23 p., 1854].

F. Bouillier montre par l'histoire l'existence d'une morale naturelle. Il établit l'objet, la méthode, les divisions et le principe de la morale. C'est sur l'idée d'un bien absolu révélé par la raison à tous les hommes qu'il fait reposer la morale toute entière.


 
< Précédent   Suivant >