Accueil arrow Philo19 arrow Articles arrow Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie

Tous les articles

Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie - Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22

ANNÉE 1892.

1892.
Notice sur Antoine Pierre Laurent Macé de Lépinay.
[Versailles : impr. De Cerf et fils. In-8, 4 p., 1892].
 

C'est la reprise de la notice nécrologique, parue dans le Bulletin de l'Association des anciens élèves de l'École normale supérieure [Versailles : impr. De Cerf et fils. 1892], pages 13-16.

Antoine [Pierre Laurent] Macé [de Lépinay] [1821-1891], ancien élève de l'École normale [1834] de la même promotion que Francisque Bouillier, agrégé d'Histoire et géographie [1837], professeur d'histoire aux collèges royaux de Nantes et de Lyon, professeur au collège royal de Saint-Louis. Docteur ès-lettres [Paris , 1847] avec des Lois agraires sous les Romains.
Professeur d'Histoire et doyen de la Faculté des Lettres de Grenoble.

1892.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 17 décembre 1892, un Rapport sur un ouvrage de Domet de Vorges : La Perception et la psychologie thomiste.

Publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1893. Tome 139, pages 318-319 et 325.

Spécialiste de la philosophie scolastique, le philosophe catholique Edmond Domet de Vorges [1829-1910], ancien diplomate, ministre plénipotentiaire, publie en 1892 : La Perception et la psychologie thomiste [Paris : A. Roger et F. Chernoviz. In-8, 1892].

ANNÉE 1893.

1893.
Le Centenaire de l'Institut de France, par Francisque Bouillier.
[Paris : impr. de De Soye et fils. In-8, 15 p., 1893].

Tiré à part d'un article paru initialement dans Le Correspondant.

Victor Brochard [1848-1907], dans sa notice sur Francisque Bouillier auquel il succède en 1900, comme membre titulaire à l'Académie des Sciences morales et politiques, indique : «C'est [Francisque Bouillier] qui, en 1893, eut la première idée de la célébration du Centenaire de l'Institut. Il fut, comme l'a reconnu J. Simon, le premier promoteur de cette idée et la brochure qu'il publia Le centenaire de l'Institut, traçait d'avance ce qui fut à peu près complètement réalisé deux ans plus tard ».
L'Institut est créé par la Constitution de l'an III. Le titre IV de  la loi sur l'Instruction publique du 3 brumaire an IV [25 octobre 1795] est relatif à l'organisation de l'Institut : le centenaire de l'Institut de France est le 25 octobre 1895.

1893.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 21 janvier 1893, son rapport sur un ouvrage de E. Joyau : La Philosophie en France pendant la Révolution.

Le texte du rapport de Francisque Bouillier est publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1893. Tome 139, pages 470-471 et 486.

Emmanuel Joyau, professeur de philosophie à la Faculté d'Aix, a publié en 1893 : La Philosophie en France pendant la Révolution [1789-1795]. Son influence sur les institutions politiques et juridiques [Paris : Arthur Rousseau. In-12, 307 p., 1893].

Emmanuel Joyau [1850-1924], ancien élève de l'École normale supérieure [1869], agrégé de philosophie en 1873, professeur au lycée d'Auch. Docteur ès-lettres [Paris, 1879]. Professeur de philosophie à la Faculté d'Aix, puis à la Faculté de Clermont [1910].

1893.
Vieux souvenirs académiques lyonnais, par Francisque Bouillier.
Lecture faite à l'Académie de Lyon, à la séance de rentrée, le 8 novembre 1892, par M. Bouillier, membre de l'Institut.

Publié dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Sciences et lettres [Troisième série. Tome premier 1893]. Page 389 sq.

La lecture commence par ces mots : « Si chaque membre de cette Académie est tenu par vos statuts, et plus encore par les convenances, de ne pas laisser s'écouler un trop long temps sans payer un tribut à la Compagnie, je suis bien en retard avec vous, et je ne puis différer davantage de m'acquitter enfin de ma vieille dette académique. Il est vrai que j'ai pour excuse d'avoir passé à l'éméritat et de ne plus séjourner à Lyon depuis déjà bien des années […] ».

Le tome est édité [Lyon : Ch. Palud ; Paris : J. B. Baillière. In-8, XVIII-428 p., 1893].


ANNÉE 1894.

1894.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 20 janvier 1894, son Rapport verbal sur un ouvrage de Charles Huit : La Vie et l'œuvre de Platon.

Le texte du rapport de Francisque Bouillier est publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1894. Tome 141, pages 412 et 532-535.

Charles Huit a publié en 1893 : La Vie et l'œuvre de Platon [Paris : Thorin et fils. Deux volumes in-8, IX-506+478 pp., 1893].
Ces volumes sont le mémoire amélioré et augmenté qui a obtenu en 1887, sur le rapport de Paul Janet, le prix Victor Cousin dans le concours ouvert, sur la proposition de Charles Lévêque, en 1884 sur les Dialogues de Platon.
La Vie et l'œuvre de Platon est réédité en 1973, en fac-similé [Hildsheim ; New York : G. Olms, 1973].
Charles Huit [1845-1914], docteur ès-lettres [Paris, 1873] avec une thèse De l'Authenticité du Parménide, est, depuis 1875, titulaire de la chaire de Littérature grecque à l’Université catholique de Paris.
Le 3 mars 1883, Charles Huit avait été admis à lire un Mémoire sur les Voyages de Platon et les rapports philosophiques entre la Grèce et l'Orient.

Charles Huit interviendra à plusieurs reprises auprès de l'Académie des Sciences morales et politiques, pour lire des textes se rapportant à ses publications.
 

1894.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 17 mars 1894, son Rapport sur un ouvrage de Robert Flint, intitulé : Histoire de la Philosophie de l'histoire

Le texte du rapport de Francisque Bouillier est publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1894. Tome 141, pages 670 et 782.

Le théologien et historien de la philosophie Robert Flint [1838-1910], professeur de philosophie à l'Université d'Edimbourg et correspondant de l'Académie des Sciences morales et politiques [juin 1883], a publié en 1878, en deux volumes : Histoire de la philosophie de l'histoire. Tome I : en France ; tome II : en  Allemagne. Traduit de l'anglais en français par Ludovic Carrau [Paris : Germer Baillière. Bibliothèque de philosophie contemporaine. In-8, CVI-423+445, 1878].

1894.
L'École normale pendant la guerre par Francisque Bouillier.
[Paris : A. Colin. In-8, 16 p., 1894].

Tiré à part de la Revue universitaire, 15 janvier 1894.

1894.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 17 novembre 1894, son Rapport sur un ouvrage de Naville, associé étranger de l'Académie, intitulé : Définition de la philosophie.

Le texte du rapport de Francisque Bouillier est publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1895. Tome 143, pages 170 et 320-323.

Le philosophe et théologien genevois Ernest Naville [1816-1909], élu correspondant de l'Institut  [1865], puis associé étranger [1886], spécialiste de Maine de Biran, a publié Définition de la philosophie en 1894 : La Définition de la philosophie [Paris : Félix Alcan. Bibliothèque de philosophie contemporaine. in-8, XVI-289 p., 1894].
Francisque Bouillier, en 1883, avait déjà fait un Rapport sur un ouvrage de E. Naville : La Physique moderne, études historiques et philosophique [Paris : Germer Baillière. In-8, 278 p., 1883].


 
< Précédent   Suivant >