Accueil arrow Philo19 arrow Articles arrow Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie

Tous les articles

Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie - Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22

ANNÉE 1890.

1890.
Le 4 janvier 1890, à l'occasion de l'installation du bureau de l'Académie, Francisque Bouillier prononce un discours.

Publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1890. Tome 133, pages 469-471.

« Me voici arrivé au terme d'une présidence qui a été malheureusement plus longue qu'à l'ordinaire, et qui m'oblige, afin de me conformer à l'usage, dussé-je vous lasser de mes discours, à prendre une troisième fois la parole à l'occasion de l'installation de votre bureau ».
En 1888, à la suite de la maladie qui frappe Fustel de Coulanges, Francisque Bouillier, en tant que vice-président est amené de fait à le remplacer. Il assure également, mais cette fois de droit, la présidence pour l'année 1889.

1890.
A l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 19 avril 1890, Francisque Bouillier fait un rapport verbal sur un ouvrage du comte Guy de  Brémond d'Ars intitulé : Vertu morale et sociale du christianisme.

Publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. 1890. Tome 133, pages 944 ; et tome 134, page 481.

En 1890, Guy de  Brémond d'Ars publie Vertu morale et sociale du christianisme [Paris : Perrin. In-16, III-438 p., 1890].
Il avait publié en 1884, un travail historique sur Jean de Vivonne, sa vie et ses ambassades couronné par l'Académie française.
Né en 1856, Guy de  Brémond d'Ars collabore à la Revue des deux-Mondes, au Correspondant, à la Revue des questions historiques.

1890.
Troisième édition.
Du Plaisir et de la douleur.
[Paris : Hachette. 1890].

L'ouvrage Du plaisir et de la douleur est publié initialement en 1865. Il est réédité à plusieurs reprises : 1877 ; 1885 ; 1890 ; 1891.


1890.
A l'occasion des funérailles de Charles Lucas, le lundi 23 décembre 1889, Francisque Bouillier, en tant que président, prononce un discours, au nom de l'Académie des Sciences morales et politiques. Le discours a été lu à la séance de l'Académie.

Publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1888. Tome 129, pages 256-262.

Publié également en tiré à part : [Paris : impr. De Firmin Didot; In-4, 7 p., 1890].

Charles Lucas [1803-1889], avocat, spécialiste des prisons, élu, le 19 mars 1836 à l’Académie des Sciences morales et politiques, section de Morale, est décédé le 20 décembre 1889, à Paris.

1890.
A l'occasion du cinquantenaire académique de M. Barthélemy* Saint-Hilaire, Francisque Bouillier prononce quelques paroles, en lui remettant la médaille frappée à cette occasion.

Publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1890. Tome 133, pages 518-522.

Jules Barthélemy Saint-Hilaire [1805-1895], a été élu à ’Académie des Sciences morales et politiques, dans la section de Philosophie, le 26 mars 1839. Le cinquantenaire de son élection est au 26 mars 1889.

1890.
Deux années de présidence à l'Académie des Sciences morales et politiques.
[Paris : Perrin. In-18, 120 p., 1890].

Francisque Bouillier est vice-président de l'Académie des Sciences morales et politiques en 1888. C'est à ce titre qu'il est amené à assurer les fonctions de président à la suite du décès de Fustel de Coulanges [1830-1889] le 12 septembre 1889. Étant vice-président en 1888, il sera selon l'usage président pour l'année 1889.

ANNÉE 1891.

1891. 
Quatrième édition.
*Du Plaisir et de la douleur, par Francisque Bouillier. Membre de l'Institut. Quatrième édition, revue par l'auteur [Paris : Librairie Hachette et Cie, 79 boulevard Saint-Germain. In-12].

Avec un Avant-Propos, daté du 1 er février 1877, qui commence par ces lignes : « Nous pourrions présenter ce livre comme un ouvrage nouveau plutôt que comme une édition nouvelle, à cause du peu qui lui reste de sa première forme et à cause de tous les développements que nous lui avons ajoutés ».
Reprend également l'Avertissement de la première édition.

L'ouvrage Du plaisir et de la douleur est publié initialement en 1865. Il est réédité à plusieurs reprises : 1877 ; 1885 ; 1890 ; 1891.


1891.
A l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 24 janvier 1891, Francisque Bouillier communique un rapport verbal sur un ouvrage de George L. Fonsegrive, intitulé : Elements de philosophie.

Publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. 1891. Tome 135, pages 471 et 904.

George L. Fonsegrive [1852-1917], professeur agrégé de philosophie au lycée Buffon, a publié en 1891 : Elements de philosophie. I. Psychologie ; II. Logique, métaphysique, morale, histoire de la philosophie, dissertations philosophiques [Paris : A. Picard et Kaan, s. d. ].
Avait remporté, en avril 1885, le prix sur le Libre-arbitre dans un concours de la section de Philosophie de l'Académie des Sciences morales et politiques.

1891.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 11 avril 1891, son rapport sur la Théodicée.

Le texte du rapport de Francisque Bouillier est publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1891. Tome 135, pages 789-809.

Le 16 juin 1888, avait été mis au concours, sur la proposition d'Adolphe Franck, pour la section de Philosophie, Prix Crouzet, un sujet sur la Théodicée.
Premièrement : État actuel des questions qui se rapportent à la théodicée.
Deuxièmement : Coup d'œil rétrospectif sur les systèmes métaphysiques et les théories scientifiques qui s'y rapportent.
Troisièmement : Quelles sont les conclusions qui sortent de cette comparaison entre le présent et le passé ?

Le terme avait été fixé au 31 décembre 1890.
Le prix est décerné à Eugène Maillet, professeur de philosophie au lycée Louis-le-Grand.
Eugène Maillet [1837-1897] publiera en 1897 : La création et la Providence devant la science moderne, par Eugène Maillet. Docteur ès-lettres, ancien professeur de philosophie au lycée Louis-le-Grand [Paris : Librairie Hachette et Cie. In-8, XII-463 p.,1897].

1891.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 18 avril 1891, son rapport sur un ouvrage de Belhache : La Pensée et le principe pensant.

Le texte du rapport de Francisque Bouillier est publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1891. Tome 135, page 907  ; et Tome 136, année 1891, page 271-272.

Ernest Belhache, juge au tribunal du Havre, a publié en 1891 : Les Forces immatérielles. La pensée et le principe pensant [Paris : Perrin. in-8, 379 p., 1891].

1891.
Septième édition.
Notions d'histoire de la philosophie [...] par M. Francisque Bouillier, [...] Nouvelle édition augmentée par M. Ferraz.
[Paris : C. Delagrave. In-18, 274 p., 1891].

1891.
Discours de Francisque Bouillier, de l'Institut.
Prononcé lors du pèlerinage à Saint-Point.

Publié dans Annales de l'Académie de Mâcon : société des arts, sciences, belles-lettres et d'agriculture. Page 67 sq.
Le centenaire de Lamartine [18, 19, 20 et 21 octobre 1890] II ème série. Tome VIII. [Macon : Protat frères, imprimeurs 1891].

Alphonse [Marie Louis] de Lamartine [1790-1869] est né le 21 octobre 1790 à  Mâcon. Il meurt d'une apoplexie le 28 février 1869, à Paris.
Lamartine est enterré au cimetière de Saint-Point le 4 mars 1869. C'est au château de Saint-Point, reçu  comme cadeau de mariage en 1820, que Lamartine s'installe en 1823, avec sa femme et ses enfants.

1891.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 12 décembre 1891, un Rapport sur un ouvrage d'Alexis Bertrand : Lexique de philosophie.

Publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1892. Tome 137, pages 275 et 415-416.

Alexis Bertrand, professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Lyon, dans la chaire occupée par F. Bouillier en 1839-1864 ; puis par Marin Ferraz en 1820-1898, va publier au début 1892, Lexique de philosophie [Paris : Librairie classique Paul Delaplane. 48, rue Monsieur-le-Prince. In-8, XV-220 p.,1892].
Alexis Bertrand [1850-1923], agrégé de philosophie [1877] ; de 1877 à 1882, professeur aux lycées d'Auch, de Carcassonne et de Dijon ; docteur ès-lettres [Paris, 1880]. Professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Dijon [1882-1885], puis à partir de 1885, à la Faculté des Lettres de Lyon.
Alexis Bertrand sera élu correspondant de l'Académie des Sciences morales et politiques, section de philosophie, en décembre 1894.


 
< Précédent   Suivant >