Accueil arrow Philo19 arrow Articles arrow Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie

Tous les articles

Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie - Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22

ANNÉE 1882.

1882.
*La vraie conscience, par Francisque Bouillier, membre de l'Institut.
[Paris : Librairie Hachette et Cie, 79, boulevard Saint-Germain. In-12, 320 p., 1882].

Pour Francisque Bouillier, la conscience commence avec la vie. Elle ne résulte pas d'éléments inconscients. Elle est identique à la pensée.
A son plus haut degré, la conscience devient la loi morale. Elle nous découvre, en nous-même, la dignité qui nous oblige, et affirme le prix excellent de la bonne volonté. 

1882.
A l'Académie des Sciences morales et politiques dans la séance du 4 mars 1882, Francisque Bouillier commence la lecture d'un Mémoire dont il est l'auteur ayant pour titre L'Influence sur la pitié de la distance du temps et du lieu.

Publié dans les Compte-rendus des séances et travaux de l'Académie des Sciences morales et politiques. 1882. Tome 118, pages 57-79.

« De même que la sensibilité, dont elle est comme le reflet dans le cœur des autres, la sympathie a un double aspect, celui de la joie et celui de la douleur. En vertu d'une sorte d'attraction spontanée pour nos semblables, elle nous associe à toutes le diverses manifestations des sentiments qu'ils éprouvent, au rire, à la joie, au plaisir, au bonheur, comme aux larmes, à la tristesse, à la douleur et au malheur ».

1882.
Cinquième édition.
Notions d'histoire de la philosophie [...] par M. Francisque Bouillier [,...]. Nouvelle édition augmentée par M. Ferraz.
[Paris : C. Delagrave. Cinquième édition, In-18, 274 p., 1882].

1882.
A l'Académie des Sciences morales et politiques dans la séance du 30 décembre 1882, Francisque Bouillier commence la lecture d'un Mémoire dont il est l'auteur ayant pour titre De la Responsabilité morale dans le rêve.

Publié dans les Compte-rendus des séances et travaux de l'Académie des Sciences morales et politiques. 1883. Tome 119, pages 588-616.

Francisque Bouillier termine sa communication par ces mots : « A moins de méconnaître cette vérité fondamentale si solidement établie par tous les psychologues, et que nous avons rappelée en commençant, que le sommeil, inséparable du rêve, n'est pas l'image de la mort, mais l'image de la vie, et que le rêve est un enfant de la veille, il ne nous paraît pas possible de l'affranchir d'une certaine responsabilité morale, dans les limites où nous venons de la retreindre ».

ANNÉE 1883.

1883.
A l'Académie des Sciences morales et politiques dans les séances du 3 et 10 février 1883, Francisque Bouillier commence la lecture d'un Mémoire de Ernest Naville ayant pour titre La Philosophie d'Horace Bénédict de Saussure.

Publié dans les Compte-rendus des séances et travaux de l'Académie des Sciences morales et politiques. 1883. Tome 120, pages 92-125.

Horace Benedict de Saussure [1740-1799], naturaliste suisse, géologue et géographe, titulaire pendant plus de vingt ans de la chaire de philosophie naturelle à l'Académie de Genève, explorateur du massif du Mont-Blanc. Le Mémoire d'Ernest Naville [1816-1909], qui a été professeur d'Histoire de la philosophie à l'Académie de Genève [1844-1848], est également publié en tiré à part : La Philosophie d'Horace Bénédict de Saussure [Orléans : impr. de P. Colas. in-8, 36 p., 1883].

1883.
Le Comice agricole de St.-Symphorien-d'Ozon et le préfet de l'Isère, par M. Francisque Bouillier.
[Lyon : impr. de Bellon. in-8, 26 p., 1883].

1883.
*Éloges de Fontenelle, avec une introduction et des notes, par M. Francisque Bouillier, membre de l'Institut.
[Paris : Garnier frères, libraires-éditeurs, 6 rue des Saints-Pères. in-18, XXXII-308 p., 1883]. avec une Introduction, pages I-XXXII.

Réédité en 1886. Réédité en 1888, même pagination.

1883.
A  l’Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 21 avril 1883, Francisque Bouillier donne lecture d'un Rapport sur un ouvrage de M. Naville : Physique moderne.

Publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1883. Tome 120, pages 284-287.

Le philosophe et théologien genevois Ernest Naville [1816-1909], correspondant de l'Institut, membre de l'Académie de Genève, a fait paraître en 1883 : La Physique moderne, études historiques et philosophique [Paris : Germer Baillière. In-8, 278 p., 1883].
L'ouvrage sera réédité en 1890, comme deuxième édition, augmentée d'une préface nouvelle [Paris : Félix Alcan, Bibliothèque de philosophie contemporaine. In-8, VIII-276 p., 1890].
Dans la séance du 21 avril 1883, Francisque Bouillier offre à l'Académie, de la part d'Ernest Naville, un exemplaire de La Physique moderne.  


 
< Précédent   Suivant >