Accueil arrow Philo19 arrow Articles arrow Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie

Tous les articles

Francisque Bouillier (1813-1899), historien de la philosophie, bibliographie - Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7
Page 8
Page 9
Page 10
Page 11
Page 12
Page 13
Page 14
Page 15
Page 16
Page 17
Page 18
Page 19
Page 20
Page 21
Page 22

ANNÉE 1878.

1878.
Quatrième édition.
Notions d'histoire de la philosophie, à l'usage des candidats au baccalauréat ès-lettres, par M. Francisque Bouillier, Inspecteur général de l'instruction publique.
[Paris : Librairie Ch. Delagrave. 58 rue des Écoles. 1878].

Reprend l'Avant-Propos, très bref, de la troisième édition : « Cette nouvelle édition a été augmentée de nouveaux chapitres sur les Pères de l'Église et sur la philosophie du XIX ème siècle qui sont de M. Ferraz, professeur de philosophie à la Faculté des lettres de Lyon ».
Comprend dix-huit chapitres.

1878.
L'Institut de France et les sociétés savantes.

Paru dans la Revue des Deux-Mondes [Paris : Bureau de la Revue des Deux-Mondes. Rue Bonaparte, 17. 1er Janvier 1878]. Tome vingt-cinquième. Pages 5-25.

C'est le premier de trois articles que Francisque Bouillier va faire paraître dans la Revue des Deux-Mondes, sur la question du rapport à établir entre les sociétés savantes de province et l'Institut de France, à savoir le 1er janvier, le 15 avril et le 15 septembre 1878.
« Mairan, secrétaire de l'Académie des Sciences et membre de l'Académie française, écrivait à l'académie de Bordeaux, où bien jeune encore il avait débuté avec éclat :
Illa mihi primum qui me sibi junxit amores
Illa habeat secum...
De pareils sentiments semblent plus rares aujourd'hui qu'au XVIII ème siècle ».

1878.
Une Académie de Province au XVIIIe siècle. L'Académie de Lyon. Par Francisque Bouillier de l'Institut de France.

Paru dans la Revue des Deux-Mondes [Paris : Bureau de la Revue des Deux-Mondes. Rue Bonaparte, 17. 15 avril 1878]. Tome vingt-cinquième. Pages 812-836.

« Nous avons déjà fait voir, par un grand nombre de témoignages, de faits et d'exemples, l'importance des académies de province au XVIII ème siècle ».

1878.
Une parfaite académie d'après Bacon et Leibniz, par Francisque Bouillier, de l'Institut.

Paru dans la Revue des Deux-Mondes [Paris : Bureau de la Revue des Deux-Mondes. Rue Bonaparte, 17. Septembre 1878]. XLVIII ème année. Troisième période. Tome vingt-neuvième. Pages 673 sq.

« Nous avons dit, dans des études précédentes, qu'il conviendrait de rattacher à l'Institut, plutôt qu'à un ministère quelconque, fût-ce le ministère de l'instruction publique, les institutions, les sociétés littéraires et scientifiques de la France ».
Cet article fait suite aux articles déjà parus dans la Revue des Deux-Mondes, le 1 er janvier  et le 15 avril 1878.

ANNÉE 1879.

En 1879, après avoir été mis à la retraite de sa fonction d'Inspecteur général de l'Instruction publique, le 10 février 1879, et avoir reçu le titre d'Inspecteur général honoraire, Francisque Bouillier partage son existence entre la province et Paris.
L'été il réside dans la région lyonnaise, à Simandres [Isère], dont il est maire pendant plusieurs années, dans la propriété familiale des Servan de Sugny. Il fonde et dirige le syndicat agricole du canton de Saint- Symphorien-d'Ozon.
L'hiver, à partir de novembre, réside à Paris, et participe à la vie académique de l'Académie des Sciences morales et politiques.

1879.
[Notice nécrologique] Alexis Pierron.

Publié dans le Bulletin de l'Association des Anciens élèves de l'École normale supérieure. 12 janvier 1879  [Versailles : Cerf et fils, imprimeurs de l'Association. 59 rue Duplessis. 1877] pages 30-35.

Alexis Pierron [1814-1878]. Ancien élève de l'École normale [1834], de la même promotion que Francisque Bouillier. Agrégation des lettres [1837]. Professeur au lycée Saint-Louis [1841], et au lycée Louis-le-Grand [1858].


1879.
L'Institut et les Académies de province, par Francisque Bouillier, membre de l'Institut et de l'Académie des Sciences, arts et belles-lettres de Lyon.
[Paris : Hachette. In-18, X-388 p., 1879].

Réédité en 1994 : L'Institut et les Académies de province .
[Nîmes : C. Lacour. Collection Rediviva. In-8, XI-IX-386 p., 1994]. Reproduction en fac-similé de l'édition de Paris : Hachette. 1879.

Un compte rendu de cet ouvrage est effectué par E. Caillemer, doyen de la Faculté de Droit de Lyon, correspondant de l'Institut, et paraît dans les Mémoires de l'Académie des Sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Tome 18, 1878-1879. Pages 367-382.

Pour Francisque Bouillier, il faut relier autour de l'Institut toutes les Académies provinciales qui auraient fait leurs preuves scientifiques et littéraires.

1879.
L'Ancien Conseil de l'Université et le projet de loi de M. Ferry sur le Conseil supérieur de l'Instruction publique, par M. Francisque Bouillier.
[Paris : Impr. de P. Mouillot. In-8, 32 p., 1879].

Publié initialement comme article dans la Revue de France. Cette brochure fait partie d'un ensemble de brochures rédigées par Francisque Bouillier qui s'oppose aux mesures concernant la liberté de l'enseignement prises par Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique. Francisque Bouillier, compte-tenu de son opposition publique, est mis à la retraite de ses fonctions d'Inspecteur général le 10 février 1879. Il reçoit le titre d'Inspecteur général honoraire.

1879.
La collation des grades, les congrégations religieuses et M. Ferry, par Francisque Bouillier.
[Paris : impr. de la Société anonyme de publications périodiques. In-8, 31 p., 1879].

Publié initialement comme article dans la Revue de France.

1879.
Francisque Bouillier lit devant l'Académie des Sciences morales et politiques, dans la séance du 8 mars 1879, son rapport sur l'Histoire de la philosophie de l'École de Padoue.

Le texte du rapport est publié dans Compte-rendus des séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Année 1879. Tome 111, pages 449-478 et pages  576-580.

Le 8 août 1874, avait été mis au concours, sur la proposition de Barthélemy* Saint-Hilaire, pour la section de Philosophie de l'Académie des Sciences morales et politiques, Prix du Budget, un sujet sur l'Histoire de la philosophie de l'École de Padoue.
Le terme avait été fixé au 31 mars 1876. Au rapport du 13 mai 1876, prorogé au 31 mars 1878.
Le prix est décerné [mars 1879] à Léopold Mabilleau, maître de conférences de philosophie à la Faculté des Lettres de Toulouse, qui publie en 1881 : Étude historique sur la philosophie de la Renaissance en Italie [Cesare Cremonini]  [Paris : Hachette et Cie. In-8, XI-390 p., 1881].

Léopold Mabilleau [1859-1941], ancien élève de l'École normale supérieure [1873], agrégé de philosophie en 1876, membre de l'École française de Rome [1876-1877]. Est nommé  maître de conférences de morale et de philosophie à la Faculté des Lettres de Toulouse.
Docteur ès-lettres [Paris, 1881], deviendra professeur titulaire de la chaire de Philosophie à la Faculté des Lettres de Caen [1890].
Après avoir remporté plusieurs prix dans les concours proposés par l'Académie des Sciences morales et politiques, sera élu correspondant de l'Académie pour la section de philosophie en janvier 1896.


 
< Précédent   Suivant >