Accueil arrow Le livre, l'imprimerie... arrow Livres du XIXe siècle arrow Bibliothèque hellénique de Coray, Prodromos, 1805

A lire aussi

Tous les articles

Bibliothèque hellénique de Coray, Prodromos, 1805 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Reprenant à son compte le terme médical de « prodrome », au sens de signe avant-coureur, le médecin et philologue grec Adamantios Coray [1748-1833] établi depuis de longues années en France, donne au premier ouvrage de la Bibliothèque hellénique, paru en 1805, le titre grec de Prodromos.
Cet ouvrage est le « précurseur » des seize volumes répartis sur sept titres de la Bibliothèque hellénique s’échelonnant de 1805 à 1826.

 

LES TITRES DE LA COLLECTION DE LA BIBLIOTHÈQUE HÉLLÉNIQUE.

Les sept titres, dont certains sont en plusieurs tomes sont les suivants :

1. Harangues et lettres d’Isocrate, en deux tomes.

2. Vies des hommes illustres de Plutarque, en six tomes.

3. Géographie de Strabon, en quatre tomes.

4. Politique d’Aristote.

5.  Morale à Nicomaque d’Aristote.

6. Mémorables de Xénophon ; Gorgias de Platon.

7. Discours contre Léocrate de Lycurgue.

PROJET CULTUREL ET POLITIQUE.

Financée au départ avec l’aide de négociants grecs et les souscriptions des frères Zosima, marchands grecs établis à Moscou, la collection de la Bibliothèque hellénique d’Adamantios Coray [1748-1833] a une visée culturelle : mettre à la disposition des lettrés des textes bien établis ; mais elle a aussi une intention patriotique et politique : manifester un lien entre la civilisation grecque ancienne et la Grèce contemporaine, de manière à favoriser l’indépendance culturelle grecque face à la tutelle des Turcs. 

LA PAGE DE TITRE DU PRODROMOS.

La page de titre indique que ce volume de la Bibliothèque hellénique  contient :

1. Les Histoires diverses d’Élien.

2. Les fragments des Constitutions d’Héraclide du Pont.

3. Les fragments de Nicolas de Damas.

La page de titre indique en grec l’édition :

À Paris : Typographie Firmin Didot. 1805. [In-8, 425 p.].

La Préface, rédigée en grec moderne, numérotée alpha-theta, est signée d’Adamanthios Koraïz.

AVIS AUX ÉTRANGERS.

La diffusion de la collection de la Bibliothèque hellénique est prévue à l’échelle de l’Europe. Treize villes importantes sont signalées dans l’Avis aux étrangers, seul texte rédigé en français, parmi lesquelles Paris, Londres, Berlin,  Vienne, Moscou.

ELIEN.

Elien, surnommé parfois Elien le Sophiste [vers 175-vers235] est un historien et orateur romain, de langue grecque. Les Histoires variées, dont seuls des fragments nous sont parvenus, forment originellement quatorze livres de compilation d’auteurs anciens, dont certains ne sont plus connus que par ses extraits. 

Dans son Histoire de la littérature grecque profane [1824] l’imprimeur libraire allemand établi en France, Frédéric Schoell [1766-1833], faisant l’histoire des éditions des Histoires diverses d’Élien, depuis la première édition à Rome de Camille Peruscus de 1545 [contenant également Héraclide, Polemon, Adamantius et Melampus], indique : « Le Prodromus de la Bibliothèque hellénique de M. Coray, Paris, 1805 in-8, contient le meilleur texte, et des notes critiques et exégétiques écrites en grec ancien. M. Coray n’a pourtant pas eu de manuscrits à sa disposition.

Joseph Dacier [1742-1833] avait publié en 1772 : Histoires diverses d’Elien, traduites du grec, avec des remarques. [Paris : Moutard. In-8, XII-520 p., 1772]. Dans sa Préface, Dacier fournit des éléments d’une biographie d’Élien. Réédité en 1827.

HÉRACLIDE DE PONT.

Disciple de Platon, de Speusippe, et d’Aristote, le philosophe et astronome Héraclide de Pont [vers 388-vers 315 av. J.-C.] après avoir fréquenté l’Académie, succède un temps à Platon lorsque ce dernier entreprend son dernier voyage en Sicile.

Puis Héraclide fonde sa propre école dans sa ville natale : Héraclée sur la mer Noire [aujourd’hui Ereğli en Turquie].

Auteur d’œuvres très nombreuses dans les domaines les plus variés, il ne reste que les titres de ses œuvres et quelques bribes de ses textes.

NICOLAS DE DAMAS.

Historien, dramaturge et philosophe grec aristotélicien [vers 64-vers 10 av. J.-C.] ] Nicolas Damascène, précepteur des enfants d’Antoine et Cléopatre, puis conseiller d’Hérode, tétrarque de Judée, et de son fils Archélaos, est l’auteur d’une Histoire universelle en cent quatorze livres, dont des fragments qui ont subsisté sont édités par Coray.

Frédéric Schoell déclare aussi à propos de Nicolas de Damas : « M. Coray en fit l’objet d’un travail particulier, et inséra dans son Prodrome de la Bibliothèque hellénique […] un texte plus pur, accompagné d’excellents remarques ».

CONTENU DU PRODROMOS.

L’ouvrage comporte une longue préface de cent quarante quatre pages intitulées Pensées improvisées, présentant une histoire de l’altération successive de la langue grecque.

Coray rédige en grec moderne des articles biographiques et littéraires sur Élien [deux cents pages] ; sur Héraclide [vingt-huit pages] ; sur Nicolas de Damas [cinquante-quatre pages].

Les notes [cent une pages] sont rédigées en grec ancien.

Index détaillé : un index des notions, un index des noms propres.

ADAMANTIOS CORAY.

Adamantios Coray [ou encore Adamántios Koraís], lorsqu’il commence à éditer la Bibliothèque hellénique en 1805 a cinquante-sept ans.

Adamantios Coray [1748-1833], est né le 27 avril 1848, à Smyrne [aujourd’hui Izmir en Turquie] ; il mourra le 6 avril 1833, à Paris, et sera enterré au cimetière Montparnasse.

Coray est le fils aîné d’une importante famille de commerçants en soie originaire de l’île de Chios mais établie à Smyrne [aujourd’hui Izmir, en Turquie]. À vingt-quatre ans il est envoyé en Europe, à Amsterdam, pour représenter les intérêts commerciaux de sa famille. Il y réside pendant six ans.

En 1782, Coray s’établit à Montpellier, pour faire des études de médecine. Il obtient son doctorat de médecine en 1786 avec une thèse «Pyrétologiae synopsis».

Puis en 1788 se rend à Paris qu’il considère comme une « nouvelle Athènes » ; il y demeure jusqu’à sa mort. Médecin érudit,  Coray se consacre à l’édition de textes grecs anciens. On lui doit une édition  des Caractères de Théophraste [1799] avec le texte grec et une traduction nouvelle ; une traduction en grec moderne du livre de Beccaria Des Délits et des peines ; l’édition et la traduction des Airs, des Eaux et des Lieux d’Hippocrate [1800] en deux volumes ; les Éthiopiques d’Héliodore d’Émèse [1804].

Grâce à Jean Antoine Chaptal [1756-1832] alors ministre de l’intérieur du Consulat, qu’il a connu auparavant à Montpellier dans la chaire de chimie de l’Université, il a fait partie avec François Gabriel La Porte du Theil [1742-1815]  et le géographe et helléniste Pascal François Gosselin [1751-1830], de l’équipe chargée par Bonaparte, alors premier Consul, de traduire le géographe Strabon [1805].

Connaisseur accompli de la langue grecque, aussi bien celle de l’antiquité que de la moderne, ayant appris dans sa jeunesse l’italien, le français,  le latin, l’hébreu, l’arabe il est en rapport avec les lettrés de son temps : Simon Chardon de la Rochette [1753-1814] ; Ansse de Villoison [1750-1805] ; Jean François Boissonade [1774-1857] ; Jean Denis Barbié du Bocage [1760-1825] ; Jean François Thurot [1768-1832].

PROLONGEMENT DE LA BIBLIOTHÈQUE HELLÉNIQUE.

A la suite de la Bibliothèque hellénique Adamantios Coray, publie, sous le titre général de Parerga, conçus comme opuscules complémentaires, neuf autres ouvrages : les Stratagèmes de Polyen ; les Fables d’Ésope ;  Xénocrate, sur la Nourriture que fournissent les productions aquatiques ; les Réflexions morales de Marc-Aurèle ; Onosandre ; les Œuvres politiques de Plutarque ; le Manuel d’Épictète : le Discours sur Épictète par Arrien.

 JJB, 12-2009

 
< Précédent   Suivant >